vendredi 3 août 2018

[Film] Danish Girl - Tom Hooper

Danish Girl







Sortie: 31 mai 2016 (DVD)
Réalisateur: Tom Hooper
Studio: Universal Pictures
Genre: film dramatique, LGBT, historique




Résumé:


The Danish Girl retrace la remarquable histoire d'amour de Gerda Wegener et Lili Elbe, née Einar Wegener, l'artiste danoise connue comme la première personne à avoir subi une chirurgie de réattribution sexuelle en 1930. Le mariage et le travail de Lili et Gerda évoluent alors qu'ils s'embarquent sur les territoires encore inconnus du transgenre.



Chronique d'Aurélie



Je suis tombée par hasard sur ce film, en en cherchant un autre, et j’ai tout de suite eu l’envie de le découvrir. Et en même temps, une fois le film en ma possession, j’ai hésité et tergiversé un bon moment avant de me lancer : je savais qu’il serait dur, et qu’il faudrait que j’aie le cœur accroché pour le visionner.

Et en effet, il est très dur. Mais aussi, surtout, terriblement émouvant. Ce film, c’est l’histoire d’une femme enfermée dans le corps d’un homme : Lili. Elle a toujours existé en Einar, mais il ne l’a jamais laissé tout à fait sortir, a tenté, souvent, de l’oublier, de la refouler. Jusqu’à ce que son épouse, Gerda, lui demande de se travestir, d’abord pour des raisons professionnelles, puis pour qu’Einar puisse savourer une soirée mondaine sans avoir à porter son habituel masque de société. Et là… c’est une révélation. Lili prend le dessus sur Einar, et, malgré les suppliques de Gerda, refuse de retourner dans l’ombre. Elle veut vivre, elle veut exister.

Et peu à peu, Einar perd le dessus. Il essaie, mais n’y parvient plus. Il se sent de plus en plus mal dans son corps, ce corps d’homme qui ne lui convient pas. Il essaie, pour Gerda entre autres, de rester l’homme qu’on s’attend qu’il soit, mais la lutte est vaine. Lili est sortie de l’ombre, et elle ne veut plus y retourner, de même qu’Einar n’a plus la force de la repousser. Parce qu’être Lili, c’est ce qu’il désire, ce qu’il a toujours désiré, au fond.

L’acteur principal, jouant le rôle d’Einar/Lili, est un fabuleux interprète de la dualité de ce personnage magnifique et réel, puisque oui, ce film est tiré d’une histoire vraie : celle d’une des premières trans’ opérées au monde. Il joue à la perfection la timidité et le racé d’Einar, nous montre ses désirs, ses doutes, ses dégoûts et ses espoirs, au fur et à mesure que Lili nait au monde. Il interprète l’homme, et il interprète la femme, avec une éloquence (souvent plus en comportements et expressions qu’en mots, d’ailleurs) touchante et un don véritablement artistique. Comment ne pas être bouleversé par ce combat qui se livre dans la tête d’Einar/Lili, par cette dichotomie, par ses questionnements et ses révélations, ses joies et sa souffrance ?

De même que Gerda m’a semblée incroyable dans son rôle si délicat, si difficile, celui de l’épouse qui aime, qui aime si fort qu’elle s’inquiète mais fera tout son possible pour comprendre son époux, sa transformation si soudaine (à ses yeux), la vérité qui se cache derrière le « masque » de Lili. Elle sera son roc, son ancre, celle qui croit en lui et qui l’accompagne, même si parfois ses pas sont balbutiants, même si parfois elle ne sait pas comment agir ou réagir, même si elle souffre, si profondément. Elle a la force d’âme de rester là pour Einar ET Lili, de croire en eux, et même de se remettre en question. Et d’accepter, simplement.

Cette histoire tragique et fortement ébranlante est posée dans un cadre magnifique, artistique, avec le thème de la peinture qui est central à l’histoire, qui est même un élément capital et déclencheur. Nous arpentons avec ravissement les rues de Copenhague et de Paris, suivons Einar, Lili et Gerda à travers leurs luttes, leurs victoires et leurs échecs, le tout sur un fond de lyrisme magique, qui ne peut que faire vibrer plus fort encore la beauté de cette histoire. Chaque scène est travaillée avec la finesse d’un orfèvre et un véritable petit bijou. Les lieux (en extérieur et en intérieur), les personnages, les séances de peinture, les interactions humaines, tout est splendide et poétique.

C’est dans cette ambiance, dans ce cadre unique qui m’a fait profondément vibrer (je n’ai pas eu un temps d’ennui, même dans les scènes moins dynamiques, tant il y avait à voir et à savourer), que va se dérouler cette histoire bouleversante. Ce n’est pas l’histoire d’un homme qui aurait souhaité être femme, non. C’est celle d’une femme qui ne se sent pas homme, qui ne peut supporter ce corps dans lequel elle a échoué. Ce film, c’est une manière percutante et bouleversante de découvrir l’univers des trans’, et d’apprendre à comprendre ce qui peut amener un homme ou une femme à désirer ardemment changer de corps. C’est une véritable leçon de vie, qui nous invite à revisiter nos propres limites, notre propre univers étriqué, et à souhaiter avec Lili qu’elle puisse avoir la possibilité de prendre vie tout à fait, d’être ce qu’elle a toujours été au fond. De découvrir qu’un corps n’est qu’un véhicule qui nous transporte à travers les joies et épreuves de la vie, mais que lorsque le véhicule est inapproprié, les choses peuvent parfois être juste insoutenables. Au point de, parfois, souhaiter n’avoir jamais existé.

Un énorme coup de cœur pour ce film unique, touchant, émouvant et vibrant de justesse et de vérité. Qui en plus est tiré d’une histoire vraie, et retrace le parcours de Lili Elbe d’après les traces qu’elle a laissées, notamment à travers son journal intime, qui l’a suivi tout du long de sa transformation. Je vous laisse le découvrir par ces quelques citations, des perles que je me ferai un plaisir de traduire si vous ne les comprenez pas (je les cite en VO, donc en anglais, mais le film existe traduit en français également).


« No, God made me a woman. But the doctor… He… the doctor is curing me of the sickness that was my disguise.  » Lili

« Sometimes, I think about killing Einar. But it’s only the thought that I’d be killing Lili too that stops me.  » Einar

« It’s hard for a man to be looked at by a woman. Women are used to it, of course, but for a man to submit to a woman’s gaze… it’s unsettling.  » Gerda

« Mrs Wegener, I do believe I can help your husband. But he won’t be your husband when I’ve finished.  » Dr Warnerkros

« I’ve only liked a handful of people in my life, and you’ve been two of them.  » Hans

« Last night, I had the most beautiful dream. I dreamed that I was a baby in my mother’s arms. And she looked down at me, and she called me Lili.  » Lili




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire