samedi 4 mai 2019

[Interviews] Association : Les Auteurs Indépendants du Grand Ouest #1


Hello, 

On se retrouve aujourd'hui pour une interview particulière puisqu'elle regroupera les réponses de plusieurs auteurs de l'association l'AIGO. 
En effet, après discussion avec Shealynn Royan, je trouvais cette idée très différente de ce que je peux faire d'habitude tout en étant très fun donc j'espère que ça vous plaira également. 


Je pense que vous l'avez vu sur le blog mais je soutiens cette association depuis le début. Je n'ai pas encore lu tous les romans mais ça viendra bien un jour. 
Pour ceux que j'ai déjà pu lire, je peux vous dire que ce sont de sacrées petites merveilles qui m'ont énormément plu. 

Trêve de blabla, passons à l'interview… Du moins, à une partie de l'interview. En effet, j'ai décidé de diviser cette interview en 4 articles avec 4 questions par articles.





1. Pour commencer, pourquoi avoir créé l'AIGO ? 

Aidan Fox : Shealynn Royan sera la mieux placée pour répondre. A la base, il s'agit de partager des connaissances du marché et du process éditorial, des bonnes pratiques d'auto-édition, de tisser un réseau pour la communication, dans l'optique de désenclaver chaque auteur et de le libérer de sa solitude professionnelle



Shealynn Royan : Bah non, en fait... tu as parfaitement répondu 😁 La seule chose que je peux ajouter, c'est que l'envie de créer une association est partie d'une rencontre. Myriam Cln et Gwen Le Tallec avaient aussi envie de s'unir afin d'être plus crédibles aux yeux des partenaires culturels avec lesquels nous souhaitions travailler pour proposer nos propres salons du livre indépendants.

Céline Poullain : Rien à ajouter, Aidan et Shealynn ont tout dit (ils parlent super bien en plus !) :) 


Lynda Gld : Pour allier nos forces :) 

Huth Claire Auteur : Moi je suis arrivée quand tout était fini donc j'ai vraiment rien à dire et c'est pour ça que j'occupe un post super long pour dire ça ! 😂 Et de toute façon, je demande systématiquement à Shealynn Royan



Shealynn Royan : Je confirme ^^'




2. Pouvez-vous vous présenter vous et vos romans respectifs ? 


Aidan Fox : Aidan Fox, auteur de fantasy et de steampunk. Ma première série, les Murmures du Shar, est une saga de fantasy épique dans un monde souterrain, où l'on suit une héroïne en quête de vengeance. La seconde, la Fille de l'Eau, est à cheval entre fantasy et steampunk. Elle met en scène une équipe de héros qui participer à une course de véhicules dans un monde insulaire. L'héroïne maîtrise la magie de l'eau, ce qui la rend précieuse pour la course, mais ce qui la met aussi en danger... Les deux séries font partie d'un univers plus grand, les Chroniques d'Yshal, qui englobera 8 séries.



Céline Poullain : Un seul roman publié pour le moment. "Octobre en juin" raconte le basculement de vie d'Eva, femme de 40 ans, qui découvre la vie secrète de sa grand-mère qu'elle croyait "bien rangée". Une histoire qui évoque le pardon, l'acceptation de l'autre et l'amour. J'ai également deux nouvelles publiées. Je travaille actuellement sur mon second roman dont le héros va se retrouver embarqué dans les méandres du terrorisme…

Shealynn Royan :  *traîne les pieds* 😇 S'il y a bien un exercice avec lequel j'ai toujours du mal, c'est parler de moi ou de mon travail... Pour faire court, j'écris de la romance SFFF et des comédies romantiques modernes. J'ai déjà 5 romans à mon actif et travaille actuellement sur le 6e, La meilleure résolution de l'année, sous la forme d'épisodes qui paraissent (ou sont censés paraître😱) tous les mois durant l'année 2019. En plus des romans, je publie des carnets à destination des lecteurs et des auteurs et je suis également graphiste et réalise des couvertures de livres 



Lynda Gld : Pour ma part, je suis romancière. J'ai publié 2 romans historiques et 3 romans contemporains. Avec toujours de l'amour dedans, mais pas seulement. Je suis bretonne et j'aime mettre ma région à l'honneur dans mes livres, les lieux sont à la fois une grande source d'inspiration et des personnages à part entière. Mon 1er roman historique a été auto-édité, puis publié en traditionnel chez City Editions, les autres sont auto-édités (via la plateforme Librinova que je suis depuis presque ses débuts).

Myriam Caillonneau : Myriam Caillonneau, auteure de l'imaginaire. Ma première trilogie est un Space Opera racontant une révolte contre une dictature religieuse et militaire. Cette histoire parle de destin, de rédemption, de lutte pour la liberté.
J'ai en suite écrit un roman post apocalyptique.
Enfin, je me suis lancée dans une trilogie de Fantasy Epique, parlant de magie.



Sophie Val-Piguel : Sophie Val-Piguel, bretonne et passionnée de grand nord, toute nouvelle dans l'asso et bien contente de ce questionnaire qui me permet de mieux connaître les membres et leurs écrits :) Actuellement, j'ai auto-édité deux livres par la plateforme Books On Demand : le tome 1 d'une trilogie d'heroic fantasy jeunesse, Le Sabre d'Amzer, qui relate la quête d'une jeune navigatrice. Le second, le tome 1 du dyptique Le Dernier Brûleur d'Étoiles, toujours en fantasy jeunesse. Le dyptique avait été édité en un seul tome par les éditions Nouvelles Plumes pour un prix de l'imaginaire ; maintenant que j'ai récupéré la main dessus, j'ai préféré le remettre sous sa forme d'origine, avec une couverture plus appropriée (il était classé en SF/Fantasy adulte, et ça ne correspond pas du touuuuuut à ce public :) )

Huth Claire Auteur : Je suis auteure mixte (autopubliée et publiée aux éditions Alter Real) plutôt sur le registre fantasy. J'ai deux romans publiés et trois nouvelles. Je suis en route sur un roman portant sur le développement personnel. Je suis une pièce rapportée du Grand Est puisque pour l'instant j'habite dans les Ardennes mais je compte bien migrer en Bretagne d'ici deux ans.



Audrey Pleynet : Je suis autrice de romans et de nouvelles. J'ai publié un premier roman d'anticipation appelé Noosphère en auto-édition, qui parle du rapport individuel et collectif au savoir. J'ai aussi publié un recueil de nouvelles d'anticipation dont le titre est Ellipses. Et j'ai d'autres nouvelles publiées dans des anthologies de maisons d'édition et un roman de SF militaire qui est en attente de réponses des éditeurs

Jeanne Sélène : Je suis autrice "exploratrice de l'écrit", c'est-à-dire que je ne peux pas m'empêcher de papillonner d'un genre à un autre et d'un format à un autre. J'ai publié 4 romans (fantasy, feel good, dystopie-horrifico-fantastique), une petite flopée de nouvelles, 3 romans jeunesse, 3 documentaires jeunesse et 9 albums jeunesse en collaboration avec une bonne vingtaine d'illustrateurices.



Mélanie De Coster : Mélanie De Coster, j'écris surtout des romans young adult et du SFFF. Au choix, on a des mondes parallèles, une sorcière sur une île bretonne et un monde dirigé par les bibliothécaires (pas tout en même temps, hein !)

Jérémie Babin : Jérémie Babin. J'écris essentiellement des nouvelles. J'ai publié ma première, une comédie romantico-dramatique, en Janvier 2017 sous le titre de "Sexe, drogues, rock'n'roll, et lumière blanche." C'est l'histoire de Jack Morrisey, un trentenaire à qui la vie ne fait pas de cadeau. Jack vit très mal sa descente aux enfers mais l'arrivée d'une femme va changer tout ça. Une nouvelle qui fait nous demander si on est malchanceux par nature ou si on le devient.
Mon deuxième livre publié en Juin 2018 est un recueil de nouvelles. "Vue sur l'angle mort" comporte 4 nouvelles noires. Des histoires mettant en scène différentes personnalités qui vont devoir affronter ces moments de la vie où tout semble être hors de contrôle. Des nouvelles brutales, tragiques, souvent teintées de haine et d'amour, qui nous laissent en pleine méditation de ce que la vie peut nous réserver.





3. Comment vous êtes-vous rencontrer ?

Aidan Fox : En prospectant sur le marché, j'ai posé pas mal de questions à plein d'auteurs, dont Myriam Cln... Qui a su si bien me vendre l'asso que j'ai pas hésité longtemps ^^


Céline Poullain : Alors là, je ne sais plus (mon grand âge, sans aucun doute ! ;) ). J'ai du fouiner sur facebook et tomber sur la page de l'association ?

Shealynn Royan : J'ai rencontré les premiers membres lors d'un salon du livre que j'avais organisé sur la commune de Pacé. Et je suis ravie que de nombreux autres auteurs, un peu fous, nous aient rejoint depuis :) La première rencontre avec les nouveaux auteurs se fait généralement sur internet, avant de pouvoir officialiser cela en vrai, sur les salons et/ou en week-end d'écriture, comme ce fût le cas pour Jeanne Sélène, par exemple. Week-end mémorable, s'il en est, d'ailleurs, où toute sorte de légendes urbaines ont vu le jour, notamment celle des lamas et cloportes obsédés et des bébés raclettes. Ne cherchez pas, on est fous, on vous dit !

Frédérique Bonizec : Myriam m'a parlé de l'association au salon de Guerande puis j'ai rencontré Shealynn et Gwen... Et là, j'ai eu peur 😱

Lynda Gld : Je ne me souviens plus comment j'ai rejoint l'AIGO, mais je crois que c'était au tout début, l'asso venait d'être créée.

Myriam Caillonneau : J'ai rencontré Shealynn Royan, Gwen Le Tallec et Jérémie Babin lors d'un salon à Pacé. C'est là que nous avons eu l'idée de l'association. J'ai rencontré les autres au hasard des salons, rencontres... Nous avons créé de super liens d'amitié.

Gwen Le Tallec : Ben moi tu sais du coup ! Salon de Pace et Shealynn qui porte la création de l'asso!

Sophie Val-PiguelJ'ai entendu parler de l'asso par la collègue d'une collègue d'un collègue (etc.) de ma maman :D

Huth Claire Auteur : Je ne me souviens plus mais certainement par facebook. Shealynn Royan s'en rappelle peut-être. 😅
Réponse : aucune idée ! Faut pas compter sur moi pour se rappeler des trucs 🙄

Audrey Pleynet :  Je crois que j'ai du trouver ça par notre ami google

Jeanne Sélène : Si mes souvenirs sont bons, je suis tombée sur la présentation d'Audrey via son blog. J'ai dû lire "promouvoir" "auto-édition" "démarche professionnelle" et hop, j'étais conquise. Cerise sur le gâteau, je suis tombée sur aussi barges que moi !

Mélanie De Coster :  J'ai entendu parler de l'asso par une autre autrice, via facebook. je l'ai rejointe, les ai rencontré via un premier salon, puis on a fait plein de dates ensemble, on a partagé des chambres, des trajets de fous en voiture…

Jérémie Babin : J'ai rencontré Myriam, Shealynn et Gwen lors d'un salon des auteurs indépendants, le 1er Avril 2017 à Pacé. Je me souviens que Shealynn avait fait un appel à candidatures sur Twitter pour participer à cet évènement. J'ai postulé, et à l'heure d'aujourd'hui, je ne regrette absolument pas de les avoir rencontré.





4. Quand vous avez entendu parler de l'AIGO, qu'est-ce qui vous a donné envie d'en faire parti ? 

Aidan Fox : Le partage, la synergie qu'on pouvait créer entre les membres, l'aspect local aussi (parce qu'il existe plusieurs asso sur le territoire national, mais aucune n'est implantée localement - or c'est ce qui fait le succès de l'AIGO, parce qu'on peut se rassembler régulièrement et participer à des salons ensemble)


Céline Poullain : Ils ont eu la bonne idée de faire un appel à texte au moment où j'étais disponible ! Le thème "jour de pluie" m'a bien plu (sans jeu de mots, ce n'est pas mon genre... quoi que...). Je me suis jetée dans le concours et j'ai été très heureuse (et je le suis toujours) d'avoir gagné :)
Ensuite, je me suis laissée tenté par la promesse de trouver un groupe d'auteurs tous plus sympathiques et tous plus barges les uns des autres. Et je ne suis pas déçue :)

Frédérique Bonizec :  L'entraide, la solidarité et leur bonne humeur. Ils ont aussi beaucoup de patience avec moi. 😊

Lynda Gld : L'envie de rencontrer d'autres auteurs, de pouvoir aller sur des salons en groupe car ce n'est pas ce que je préfère faire.
Réponse d'Aidan Fox :  Lynda Gld a raison, c'est très motivant pour les salons. Je pense qu'on y allait tous à reculons avant, c'était plus une contrainte que maintenant où c'est presque devenu un délire entre amis. D'ailleurs j'ai bien l'impression que ça se voit en salon, de plus en plus de gens viennent nous voir parce qu'on a l'air bon délire ^^

Sophie Val-Piguel : J'ai vu le site Internet, j'ai trouvé que tout était carré, clair, que ça faisait professionnel ; et en même temps, le côté associatif me donnait une bonne idée d'entraide, de rencontres, de discussions... J'ai d'ailleurs hâte de rencontrer "en vrai" les membres, même si les échanges par messages et FB sont déjà super.


Huth Claire Auteur : Le besoin, l'envie de rejoindre un groupe porteur avec plein d'idées géniales. Je suis persuadée qu'on avance bien mieux et plus vite ensemble.

Audrey Pleynet : Le besoin de rompre la solitude et surtout de faire des salons du livres à plusieurs car toute seule j'avais trop le trac :)


Jeanne Sélène : J'avais vraiment envie de promouvoir l'auto-édition comme une démarche professionnelle et de rencontrer des gens comme moi !

Mélanie De Coster :  l'envie de pouvoir échanger avec d'autres auteurs proches de chez moi, de penser collectif pour une fois, alors que la vie d'auteur est souvent assez solitaire.






****



Et voilà, ce premier article est terminé. Rendez-vous samedi prochain pour les 4 prochaines questions de cette interview. 



Je remercie une fois encore tous les auteurs ayant répondu à mes questions ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire