mercredi 3 juillet 2019

[Chronique] Super Lovers 11 - Miyuki ABE

Super Lovers, tome 11 (et retour sur la série toute entière) - Miyuki ABE










Titre: Super Lovers
Autrice: Miyuki ABE
Éditions Taifu comics
Genre: manga, yaoi, tranche de vie
Âge: 14+
Série en cours, 11 tomes parus



SERVICE PRESSE





Résumé:


Haru est à l’hôpital depuis une semaine après être tombé dans des escaliers. Quand il revient à lui, ses frères se rendent compte qu’il a perdu la mémoire et croit avoir dix-sept ans. Il n’a plus aucun souvenir de Ren et va devoir se faire à l’idée que ce garçon impertinent et désagréable est son nouveau petit frère. Cependant, Ren le prévient qu’il n’est pas « qu’un simple petit frère » et demande à Haru de l’embrasser.




Chronique d'Aurélie


Tout d’abord, un immense merci à Taifu comics pour l’envoi de ce service presse. C’est toujours un plaisir de travailler avec vous !

Je voulais depuis longtemps chroniquer cette série que j’adore, mais je n’ai pas pris le temps de le faire. Commencer par une chronique du tome 11 c’est un peu spécial, je vais donc vous faire un topo de la série, afin que vous puissiez la découvrir depuis ses débuts, et finir par un petit point sur le tome 11, en évitant les spoilers au passage (vous pouvez donc lire la chronique même si vous n’avez pas lu le premier tome ^^).

Bon, d’abord, je dois dire un truc : j’ai beaucoup de mal avec le titre. Je le trouve tellement cucul et inadapté. Mais à force de connaitre cette série, et sa grande qualité malgré son titre, il est devenu un peu emblématique, et je m’y suis faite. C’est devenu partie intégrante de l’histoire.

Par contre, les couvertures sont toutes très chouettes et, quant à elles, collent super bien à l’ambiance. Souvent mélange de tendresse, de sensualité et d’humour, on y voit aussi les deux héros évoluer pas à pas, particulièrement Ren qui, au début, est encore un enfant.

Les dessins sont de toute beauté. Sans doute un des grands plus de la série, à mes yeux. Haru, particulièrement, y est représenté de manière hyper charismatique, tout à fait en accord, donc, avec son personnage. Ren y est souvent plutôt mignon, malgré son côté très terne. Ses yeux immenses nous permettent vraiment de lire ses émotions, ou ses absences d’émotions. On peut presque entendre ses questionnements et ses non-dits en plongeant dans son regard de biche.

Dans l’ensemble, tous les personnages sont assez différenciés pour qu’on les reconnaisse sans soucis. Ils sont très nombreux, au fil de l’histoire, donc c’est un grand plus qu’ils soient bien reconnaissables ^^ Côté physique, tout comme côté caractère, d’ailleurs.

Ren enfant est super mimi, et l’on suit bien, à travers les dessins, son évolution, ses changements, transformations, alors qu’il devient un bel adolescent. Il reste tout petit, contrairement à Haru qui est immense, c’est vraiment un très beau duo, quand ils sont ensemble.

L’histoire est assez particulière, puisqu’elle démarre quand Haru a dix-sept ans et Ren huit. Leur relation est toujours un peu étrange, mais l’autrice a su jouer sur le fait que vraiment, ces deux-là sont bizarres tout court. Haru a un vrai complexe affectif concernant Ren, et ce dès l’enfance. Il s’attache à lui et ressent des choses très fortes pour lui, même si, malgré certains comportements un peu déplacés quand il rencontre Ren enfant (il l’embrasse une fois sur la bouche vite fait, ce n’est pas non plus vraiment malsain), sa relation avec lui démarre comme celle d’un grand « frère » qui prend soin de son petit « frère ». Je mets des guillemets, parce que la notion de frère semble être un peu particulière pour Haru, et qu’aucun lien de sang ne les lie l’un à l’autre.

Quant à Ren, je crois qu’il tombe amoureux d’Haru dès qu’il est enfant, et il ne perd jamais ce sentiment-là.

Suite à cette première rencontre, Haru va perdre la mémoire dans un accident de voiture qui verra mourir ses parents, et ne se souviendra plus de Ren. Ren à qui il a fait une promesse, celle de le laisser venir vivre avec lui quand il serait plus grand… C’est ainsi qu’un jour, Ren jeune adolescent débarque chez lui sans qu’il ne se rappelle de lui.

La relation d’Haru et Ren va se créer petit à petit, au fur et à mesure que Ren grandit, et qu’ils se rapprochent. C’est lent et doux à la fois, drôle, aussi, énormément. C’est une histoire très pétillante, avec énormément d’humour. Les deux frères d’Haru, Aki et Shima, particulièrement, vont apporter beaucoup de peps au manga, et s’occuper de remettre les idées en place à leur aîné, de lui dire ses quatre vérités, aussi.

C’est aussi une histoire de tolérance, qui nous parle d’un amour fort et plutôt pur (même si forcément, Haru, en tant qu’adulte, éprouve pas mal de désirs naissants). La relation de Ren et Haru est touchante et attachante, autant qu’ils le sont tous les deux (de même que les nombreux personnages de l’histoire, qu’on apprend à connaitre et à apprécier). Comme Ren grandit et se change peu à peu en un bel adolescent, on va aussi suivre ses questionnements, ses changements physiques, ses émois face à Haru, qu’il adore et qu’il va peu à peu désirer de manière beaucoup plus charnelle.

C’est un manga qui reste très soft, même si la sexualité y est beaucoup abordée, les scènes en sont très discrètes. Pas vraiment censurées, c’est juste qu’on ne voit rien. Les questions autour de la sexualité sont pertinentes, Ren cherche des interlocuteurs pour répondre à ses interrogations, on y suit vraiment son cheminement d’adolescent sans pudeur, qui a tellement envie, et besoin, qu’on lui réponde. Évidemment, parfois il met les gens mal à l’aise autour de lui, ce qui est très drôle, tout autant que cet embarras que les proches d’Haru ressentent parfois face au comportement très spécial, à la fois tendancieux et naïf, d’Haru.

Il va y avoir de nombreux retournements de situation, dans cette histoire. Peu de temps morts, et franchement, on arrive au onzième tome et l’alchimie se fait toujours ! La nouvelle perte de mémoire d’Haru, dans ce tome, va nous mener à réfléchir autrement sa relation avec Ren, qu’il semble régulièrement oublier (pauvre Ren ^^). Le comportement de Ren face à ces pertes de mémoire, centrales dans l’histoire, est toujours admirable. Même si ça le blesse et l’énerve, il sait réagir avec lucidité et patience, mais aussi avec persévérance, pour arriver à ses fins. On voit particulièrement bien son évolution dans ce tome 11, il est devenu mature et sait se débrouiller par lui-même, ce qui va créer chez Haru, qui aime tellement que tout le monde ait besoin de lui, un vrai sentiment de frustration. J’ai hâte de découvrir la suite des aventures de Ren, Haru et leur entourage si attachant ! <3



Points positifs : de très beaux dessins ; des personnages adorables et attachants, aussi bien les deux personnages principaux (Ren et Haru) que tous les nombreux personnages secondaires que l’on apprend à connaitre et à apprécier ; une belle histoire d’amour étonnante, atypique mais non moins touchante ; beaucoup d’humour, mais aussi d’évènements dramatiques ; des questionnements autour de la relation amoureuse, de la sexualité, etc, qui sont bien abordés, avec simplicité et réalisme.

Points négatifs : pas trouvés.



Note : 4,7/5



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire