mercredi 8 mai 2019

[Chronique] Blue Lust 3 - Hinako

Blue Lust, tome 3 - Hinako











Titre: Blue Lust
Autrice: Hinako
Éditions Taifu comics
Genre: manga, yaoi
Âge: 14+
3 tomes, série terminée



SERVICE PRESSE





Résumé:


Hayato, qui a révélé son passé à Sôma, se voit rejeté par ce dernier. Cependant, il assume son erreur et continue à lui dire qu’il l’aime. Mais Sôma apprend que l’ami blessé par Hayato au collège n’est autre que Noboru et il décide de prendre ses distances avec lui. 

Voici l'ultime tome émouvant de cette série !



Chronique d'Aurélie


Tout d’abord un grand merci à Taifu comics pour ce beau partenariat et pour leur continuelle gentillesse et disponibilité.

J’attendais ce troisième et dernier opus avec impatience, forcément. Heureusement, il n’a pas mis très longtemps à faire suite au tome précédent, ce qui a évité une trop grande frustration. C’est parfois long de patienter entre deux tomes ;-)

La couverture reste dans la continuité des autres, niveau tons de couleurs, quoiqu’elle soit un peu plus dynamique dans le choix du bleu que l’on retrouve comme à chaque tome. Je n’y avais pas fait attention au premier abord, mais il y a un réel contraste entre les trois tomes, le bleu très clair du premier opus, le blanc du second (le seul bleu étant les ombres des chemises), qui donne une sensation plus mélancolique, et ce tome 3, lui, est plus pétillant. Même si la relation de Sôma et Hayato va rester agitée presque jusqu’au bout, cette couverture est plus joyeuse, plus tendre, aussi, avec l’étreinte toute douce et complice des deux héros.

Le dessin n’est pas super magnifique, mais j’aime beaucoup l’énergie qui se dégage de lui. Encore une fois, tendresse et complicité. D’ailleurs, dans l’ensemble, j’apprécie énormément les dessins de cette série. Ils ne sont pas parfaits mais ils m’ont beaucoup touchée, par leur simplicité et leur beauté. Les visages des personnages, en plus, sont très expressifs, ce qui renforce le côté émotionnel. C’est pour moi un gros plus de cette histoire.

J’ai été par moment un peu mitigée concernant les réactions de Sôma sur ce tome, même si je comprends bien qu’il a souffert du rejet et du harcèlement plus jeune, et qu’il se méfie donc énormément. Il communique très mal, mais on le sait, depuis le début il a du mal à s’exprimer pleinement et à faire confiance à l’autre. J’aime beaucoup sa façon de douter et de stresser, de perdre confiance si facilement, d’un autre côté il y a eu des moments où j’ai trouvé ça un poil too much. C’est une critique sans en être une, car j’ai malgré tout beaucoup aimé ce tome 3, ses rebondissements et questionnements.

On va ici en découvrir davantage sur le vécu de Noboru, qui prend plus de place dans l’histoire. Si celui-ci peut ressembler à une menace pour la relation entre Sôma et Hayato qui, déjà, a plus que battu de l’aile, il n’en reste pas moins touchant. Il a traversé l’enfer, et vécu des années dans une haine qui l’a empêché de se construire, mais aussi de voir la réalité en face. S’il a bel et bien subi un véritable harcèlement au collège, sa colère envers Hayato est beaucoup trop forte pour sonner juste. Au fond, si Hayato a commis une énorme maladresse, ce qui l’a le plus blessé c’est sans doute de se renfermer et de rejeter Hayato par crainte d’être lui-même rejeté.

Ce tome est le tome de la « guérison », d’une certaine manière. Dénouer les nœuds des cœurs et des esprits de ces trois adolescents rongés par leur passé, par leurs craintes et leurs doutes, va être compliqué. C’est déjà difficile pour des adultes, mais l’adolescence n’autorise pas toujours à avoir le recul nécessaire pour apaiser les sentiments douloureux. Pourtant, certains, comme Noboru, d’abord, puis Hayato, vont apprendre à mûrir, devenir plus matures et assumer ce qui les a blessés, ce qui les perturbe, ce qui leur fait encore peur. Cela leur permettra d’apprendre à assumer leur passé, et à aller de l’avant.

Chose qui n’est pas gagnée pour Hayato, qui se retrouve, depuis la fin du tome 2, rejeté par Sôma. Ce faisant, il a réalisé complètement ses sentiments pour lui, compris que son amour n’avait plus rien à voir avec son besoin de se dédouaner de ses erreurs passées. Il comprend enfin la profondeur de son amour pour Sôma, et va tout faire pour le reconquérir.

Ce sera difficile d’apprivoiser complètement l’oiseau blessé qu’est Sôma. Mais peut-on lutter contre un amour de cette force éternellement ? Les questions s’enchainent, les peurs s’atténuent, mais d’autres submergent Sôma de nouvelles anxiétés. Hayato n’est pas gay. Que se passera-t-il quand il aura réalisé que son amour n’est qu’une passade ? Mais est-ce à Sôma de définir la profondeur des sentiments que lui voue Hayato ?

Autant d’interrogations d’adolescence, mais aussi une entrée dans l’âge adulte, avec de belles réflexions autour d’une tranche de vie entre deux mondes. L’un s’accroche au passé, l’autre a peur de l’avenir, mais peut-être qu’en se donnant la main ils sauront avancer ensemble en oubliant les pots cassés, en apprenant à vivre l’instant présent sans se projeter dans un avenir qui n’existe pas encore…

Petite mention pour Mâ et Itô, les deux grands amis d’Hayato, qui m’ont fait sourire plus d’une fois par leur douceur, leur gentillesse, et leur discrétion.
Une très belle histoire qui m’a beaucoup touchée. Un superbe moment de lecture tout doux malgré les thèmes abordés, et la relation complexe des différents protagonistes. <3



Points positifs : des personnages très touchants ; une relation émouvante et belle ; de magnifiques dessins ; une histoire douce-amère comme on les aime ; le thème du harcèlement scolaire qui est traité en douceur mais avec réalisme.

Points négatifs : pas trouvés.




Note : 4,7/5


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire