samedi 21 octobre 2017

[Interviews] Marjorie Levasseur

Bonjour à tous,
 
On se retrouve aujourd'hui pour une nouvelle interview et c'est la charmante Marjorie Levasseur que nous accueillons sur le blog.
 
 
 
 
*****
 
 
Bonjour Marjorie et bienvenue sur Amabooksaddict,
 
 
 
 


1. Pour commencer, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Marjorie Levasseur (c’est mon vrai nom, pas de pseudo ^^), j’ai 40 ans et je vis en Bourgogne avec mon mari et mes trois enfants. Signe particulier : boulimique de lecture !





2. Depuis quel âge écris-tu? Qu'est-ce qui t'a poussé à écrire la première fois ?

J’ai toujours beaucoup aimé écrire. J’ai commencé par un journal intime, bien, sûr, des poèmes et même, à une certaine période de ma vie, des textes de chansons, je voulais même devenir chanteuse ^^. J’ai lu beaucoup de romans policiers vers vingt ans et je m’amusais à écrire des synopsis, j’entamais quelques histoires que je ne finissais jamais…

Le déclic s’est produit assez tard en fait. Depuis 2015, j’ai considérablement augmenté mon nombre de lectures et à force de dévorer tous ces livres, l’envie d’écrire s’est réveillée à nouveau mais cette fois-ci je suis allée jusqu’au bout. J’avais plein d’idées dans la tête et j’avais besoin de les coucher sur du papier, enfin plus souvent sur l’ordinateur ^^.
Je suis quelqu’un de nature assez réservée et l’écriture est un bon moyen d’exprimer tout ce que j’ai envie de dire.





3. Pourquoi publier en autoédition ?

Ce n’était pas ma première intention. Quand j’ai terminé l’écriture d’ « Une parenthèse dans ta vie… », j’ai d’abord envoyé le manuscrit à plusieurs maisons d’édition traditionnelle. A ce jour, je n’ai même pas encore eu tous les retours mais je pense que j’en ai eu assez d’attendre et je me suis lancée, en janvier dernier, presque sur un coup de tête !
Ce n’est pas toujours évident quand on débute dans l’auto-édition, il y a énormément de choses à faire. Moi qui n’ai pas du tout la fibre commerciale et qui n’aime pas trop attirer l’attention en général, il a fallu que je me mette en avant et ça, c’était un gros challenge pour moi.
Mais finalement, j’y trouve un bien-être et une liberté très appréciable. Et les retours que j’ai eus de lecteurs, c’est une belle récompense.





4. D'où viennent tes idées pour l'écriture ?

Je serais tentée de dire dans la vie de tous les jours, ce qui est presque toujours le cas. Mais l’idée d’écrire mon premier roman m’est venue dans le cadre de mon travail. J’étais aide-soignante à domicile à l’époque et les patients avaient toujours des petites anecdotes à me raconter. Une dame me parlait de son enfance pendant la guerre et j’ai eu l’idée de créer Madeleine !





5. En quelques mots, peux-tu nous présenter tes romans ?

Le premier tome relate l’histoire de Clémence, une jeune aide-soignante qui va aider une vieille dame à retrouver son arrière-petit-fils, elle ne l’a jamais rencontré et il ignore son existence. Au-delà de la romance de cette histoire, il y a une véritable quête identitaire, faire face au passé pour mieux affronter l’avenir. Cette quête on la retrouve aussi dans le tome 2.
J’ai voulu aborder des thèmes qui me tenaient à cœur comme l’entraide intergénérationnelle, la confiance en soi et la nécessité de se construire…
J'ai sorti le 2 juin mon troisième roman, qui n’a aucun lien avec les deux premiers. J’y aborde des sujets assez graves, donc même s’il y a un peu de romance, le genre qui prédomine est surtout le drame.





6. As-tu d'autres projets à venir ?

Je suis en train d'écrire un spin-off des deux premiers romans. On y retrouve Clémence et Frédélian mais cela tourne aussi autour de 2 personnages existant dans les deux premiers tomes et deux protagonistes résidant aux Lilas (maison de retraite où travaille Clémence). L'action se situe entre les deux derniers chapitres du Tome 2.
J'ai d'ores et déjà une autre histoire en tête, ce sera mon projet de roman pour 2018.





7. As-tu un rituel particulier avant - pendant - après l'écriture d'un roman ?

J’ai essayé, je jure que j’ai essayé, de m’installer face à un bureau, bien calée sur une chaise mais je n’y arrive pas. Mon rituel c’est d’écrire, assise sur mon lit, en général le casque vissé sur les oreilles en écoutant de la bonne musique.
Après l’écriture, il me faut un certain temps pour sortir de ma bulle, l’idéal pour penser à autre chose c’est de parler à mon mari ou mes enfants.





8. Pour finir, un dernier mot ?

Merci à toi pour cette interview et ton soutien aux auteurs auto-édités. Merci également à tous (toutes) les amoureux(ses) des livres qui nous donnent notre chance et nous aident à sortir de l’anonymat. Toutes les chroniques et les commentaires que j’ai pu avoir sur mes livres m’ont fait chaud au cœur. MERCI !





*****
 
L'interview touche à sa fin, merci Marjorie pour ta participation et à très vite.
 
Vous pouvez retrouver l'autrice sur Facebook, Twitter et son blog ; ses romans sont sur Amazon.

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire