mardi 25 juin 2019

[Chronique] Orange - Ichigo Takano

Orange - Ichigo Takano













Titre: Orange
Autrice: Ichigo Takano
Éditions Akata
Genre: manga, shojo, tranche de vie, fantastique
Âge: tout public
Série en 5 tomes + 1 spin-off, terminée (possibilité de spin-off supplémentaires dans l'avenir, par contre)






Résumé:


Un jour de printemps, Naho Takamiya, âgée de 16 ans, reçoit une étrange lettre signée de son propre nom, datant de dix ans dans le futur. Elle croit d'abord bien sûr à une plaisanterie. Cependant, en commençant à lire la lettre et les détails qui y sont écrits, elle se rend compte au fur et à mesure que des événements relatés se sont réalisés, tels que l'arrivée du nouvel étudiant, Kakeru Naruse, qui est assis à côté d'elle en classe.

Dans la lettre, la Naho du futur parle de ses nombreux regrets, sous-entendant à la Naho du présent de prendre de meilleures décisions, en particulier concernant Kakeru. En effet, le jeune garçon n'est plus de ce monde dans le futur. La Naho du futur lui demande donc de veiller sur lui...



Chronique d'Aurélie


Je m’étais promis de chroniquer ce manga direct après sa lecture, mais je n’ai pas eu le temps, et puis j’ai été tellement bouleversée qu’il m’était difficile de trouver les mots. C’est l’un des plus gros coups de cœur que j’ai eu ces dernières années. J’ai ri, pleuré, souri, souffert, avec ce récit incroyable, qui ne nous laisse aucun répit.

Les couvertures sont toutes douces, elles collent parfaitement bien à l’ambiance. Des changements de saisons, mais au final, on en revient beaucoup à cette douce mélancolie d’arrière-saisons douces-amères, comme une orange. J’ai tenu à vous présenter toutes les couvertures en visuel, parce qu’elles sont toutes très parlantes, oscillant entre les deux grands axes de l’histoire : le passé, et le futur. On en reparlera après, mais pour finir avec ces couvertures, je les trouve très touchantes, plus encore après lecture. Elles parlent d’amour et d’amitié, de complicité et aussi de nostalgie. De sacrifice.

Les dessins, à l’intérieur du manga, sont très beaux. Très doux, ils sont touchants, remplis d’émotions qu’ils savent parfaitement retransmettre. J’ai beaucoup aimé ce style de dessins et ce plus qu’ils apportent à l’histoire. Ils nous font vibrer avec les sentiments et émotions des héros, mais apportent aussi une grande délicatesse même dans les plus grandes tragédies.

Et la tragédie, cette histoire est basée dessus. De multiples manières, à travers plusieurs personnages qui vont tenter de lutter pour changer leur avenir… parce qu’ils veulent sauver un ami. Pourtant, certains savent ce qu’ils ont à y perdre, également.

Tout commence avec Naho, jeune lycéenne qui reçoit une lettre bien étrange. Une lettre signée d’elle-même… dans le futur. D’abord dubitative, elle découvre à l’intérieur un véritable journal de tout ce qui s’est passé pour elle au lycée cette année-là. Avec des notes lui demandant d’agir de telle ou telle manière, de changer le cours de son histoire personnelle, parce qu’elle a énormément de regrets et beaucoup souffert de ce qui s’est passé. La Naho du futur va donc enjoindre la Naho de 16 ans à ne pas vivre avec ces regrets, à vivre pleinement et, surtout, à protéger les choses qui lui sont importantes.

On apprend très vite que le nouveau venu de sa classe,  Kakeru, sur lequel elle flashe très rapidement, est mort dans un « accident » et n’est donc plus de ce monde dans le futur duquel Naho s’écrit à elle-même. L’adulte qu’elle est dans l’avenir lui demande donc de veiller sur Kakeru, sur son bien-être, d’empêcher l’accident d’arriver en s’occupant de lui et en se rapprochant de lui comme elle n’avait pas osé le faire. Naho, rapidement, se rend compte que les évènements dont parle son alter égo du futur se déroulent réellement, et décide de suivre ses indications. D’abord à la lettre puis, en réalisant que le présent commence à changer, elle va peu à peu s’émanciper de ses instructions tout en gardant en tête qu’elle doit sauver Kakeru, de l’accident… mais aussi de lui-même.

En effet, peu à peu, le terrible et sombre passé de Kakeru va être révélé, et avec lui, on va de bouleversement en bouleversement. Naho ayant décidé de ne pas lire toutes les pages du journal, on découvre peu à peu les tragédies qui s’accumulent sur le chemin de cette bande de lycéens, et la souffrance de Kakeru, qui va nous être révélée partiellement par le biais de la Naho du futur, et partiellement par Kakeru lui-même, au fur et à mesure qu’il prend confiance et se livre un peu.

Je parle de bande de lycéens, parce que Naho et Kakeru sont loin d’être seuls. Autour d’eux, gravite une petite bande d’amis fidèles, qui vont les épauler et les pousser l’un vers l’autre, même Suwa, qui pourtant est amoureux de Naho. Et c’est là l’un des éléments à mes yeux les plus tragiques de l’histoire : les sacrifices de Suwa tout au cours de l’histoire, alors qu’il est si jeune, m’ont arraché un nombre de larmes incalculable. C’est de loin mon personnage préféré dans ce manga, même si je les ai tous aimés, particulièrement Naho et Kakeru, bien sûr.

Autre élément majeur de l’histoire, on oscille entre les passages au présent, et les passages où l’on est projeté dans le futur, dans la vie de nos lycéens, dix ans plus tard. Dix ans après le drame, ils ont construit une vie, et se retrouvent pour honorer la mémoire de Kakeru et tenter le tout pour le tout, pour essayer d’éviter le drame. On y découvre Naho et Suwa mariés, ayant une vie ensemble, amoureux et heureux, avec même un enfant (on les voit sur les couvertures, et on les découvre très vite, tous les deux). Cependant, ils continuent de porter le poids de la mort de Kakeru, cette plaie à vif qui ne peut pas se refermer tout à fait. Le poids des regrets. C’est pourquoi ils vont tout faire pour essayer de prévenir les personnes qu’ils ont été avant la mort de Kakeru, et de tenter de faire changer le destin.

Vous l’avez donc compris, même s’il souhaite plus que tout sauver Kakeru, Suwa, ce faisant, sait qu’il va sacrifier son avenir avec Naho, qu’il aime pourtant de tout son cœur. C’est un personnage fort, dont l’amour est tellement détaché, un de ces héros cachés qui se battent pour le bonheur des autres, fut-ce à son propre détriment. Un de ces sauveurs de l’ombre, dont beaucoup ignoreront toujours ce qu’il a fait… mais pas nous. Et mon dieu que j’ai pu pleurer en le voyant renoncer, avec le sourire, mais sachant ce qu’il perdait, parce que ce qu’il gagnait, ce qu’ils gagnaient tous, en sauvant Kakeru, valait à ses yeux tous les sacrifices du monde.

Et puis se pose la question des « plans d’existence ». Une belle réflexion en découle : si nos héros changent le passé, est-ce que leur futur va disparaitre ? Ou bien existera-t-il toujours un univers, quelque part, où Kakeru sera mort ? Où ils auront toujours des regrets, mais aussi, quelque part, où Suwa aura sa chance de bonheur auprès de ceux qu’il aime. Est-ce qu’il y aura deux futurs différents, parallèles, chacun avec ses joies et ses souffrances ?

Le tome 6 est un tome un peu à part, puisque le corps de l’histoire se termine à la fin du tome 5. Ce dernier opus est un spin-off qui nous relate l’histoire du point de vue de Suwa. Entre son futur scellé par la mort de Kakeru, et celui où ils ont réussi à le sauver, on découvre deux perspectives, toutes les deux bouleversantes.

Vous l’aurez compris, ce manga m’a juste émue encore et encore, et rien que de repenser à l’histoire, je sens cette petite boule douce-amère qui se forme dans ma gorge. Oui, cette histoire est douce-amère comme une orange, et réellement magnifique.



Points positifs : de magnifiques dessins, tout doux et très expressifs ; une histoire touchante et poignante, originale et très bien menée ; une oscillation entre passé et futur qui nous permet de suivre la vie des personnages selon leurs choix et leurs conséquences ; des personnages terriblement attachants, particulièrement celui de Suwa dont les choix  ne peuvent pas ne pas bouleverser.

Points négatifs : pas trouvés.




Note : 5/5



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire