mardi 30 avril 2019

[Acquisitions Livresques] Avril 2019

Services presse / Concours

Clair-Obscur d'Aidan Fox (bêta lecture, sortira le 25 mai) / Le résumé est disponible sur les réseaux sociaux de l'auteur.

Une bêta lecture également écrite par Aurélie Chateaux-Martin et Jonathan Lhuillier...












Projets Ulule


C'est donc la première fois que je participe à des projets Ulule mais ce sont trois projets qui me plaisent beaucoup et que, j'espère, avoir un jour en main. J'ai fait ces soutiens le 4 avril et je publie cette partie d'article à la suite. Je croise donc les doigts pour que les projets voient le jour. 

29.04.2019 : Tous les projets ont dépassés les 100% donc je suis vraiment trop contente !!!

[Top Ten Tuesday] Les 10 romans avec des vilains/criminels/méchants préférés

Hello,



On se retrouve pour un nouveau Top Ten Tuesday : "Le Top Ten  Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français pour une 2e édition sur mon blogue Frogzine."

Je remercie  Frogzine pour son thème du jour (voici la page de tous les thèmes d'ailleurs). 





*****

Vous l'avez vu, j'ai énormément de retard mais c'est un rendez-vous que j'aime bien donc je compte reprendre à partir du 23 Octobre. Ces articles sont rédigés et programmés le 22 Février, à raison d'un article par semaine. 

Si on part du principe que Damon et Spike sont des méchants, alors j'en ai plusieurs… :p 













lundi 29 avril 2019

[Chronique] Bless You - Ayumi Komura

Bless You, tome 1 - Ayumi Komura










Titre: Bless You
Autrice: Ayumi Komura
Éditions Akata
Genre: manga, romance, transidentité,humour, fantastique
Âge: tout public
1 tome paru, série en cours, 5 tomes prévus




Résumé:


Yashiro, jeune lycéen, vient de déclarer son amour à son meilleur pote !! Il savait que c'était peine perdue, et que son ami hétéro ne pourrait que le repousser. Suite à cela, sous le coup de l'émotion, il s'enfuit sans faire attention et... se fait renverser par un camion ?! Un dieu, plutôt taquin, décide d'exaucer son souhait le plus cher, et de rendre son amour possible : il lui permet de revenir en ce bas monde sous les traits d'une jeune lycéenne ! Yashiro, dans son corps d'adolescente, va tout mettre en œuvre pour séduire celui qu'il aime... Mais comment faire pour se comporter comme une jeune fille, quand toute sa vie, on s'est senti comme un garçon ?


Dans Bless You, Ayumi Komura mélange les genres (dans tous les sens du terme), pour revendiquer le droit à l’amour, quelle que soit sa forme. Entre récit fantastique, humoristique et revendicatif, voilà un manga qui vous réserve bien des surprises !



Chronique d'Aurélie


Je suis tombée sur ce manga par hasard, sur une convention, une vendeuse de manga adorable m’en a parlé au cours d’une discussion autour des yaoi et mangas LGBT+ (nous en étions venues à parler de Celle que je suis, que j’ai chroniqué il y a peu, sorti chez Akata aussi et qui a été un immense coup de cœur).

Bref, le concept du manga, à savoir un jeune homme amoureux de son meilleur ami, qui meurt, obtient la possibilité de réintégrer le monde des mortels avec un nouveau corps et choisit de revenir en jeune femme pour séduire l’homme qu’il aime, m’a beaucoup parlé, je me suis donc décidée à l’acheter.

La couverture est super dynamique, elle nous montre Yashiro mort (regardez l’auréole sur sa tête ^^) avec, au-dessus de lui, le dieu qui va le faire revenir à la vie. On pourrait croire à une romance entre les deux personnages de l’illustration, mais en fait ce n’est pas du tout le cas (du moins, pas pour l’instant ;-) ). Par contre, en regardant bien, on peut lire toute la curiosité qui meut le dieu pour cet humain auquel il a décidé de s’intéresser.

Les dessins sont très chouettes, plutôt simples, mais très jolis. Les expressions sont bien rendues, le tout donne un beau mix d’émotions, entre humour et mélancolie.

C’est l’ambiance globale de ce premier tome. Plutôt léger, j’ai eu de beaux éclats de rire (vraiment, mes enfants se sont demandé pourquoi je me marrais ;-) ), mais aussi pas mal d’émotions. La scène au cours de laquelle Yashiro déclare ses sentiments à Kenta est à la fois douce et touchante, respectueuse, en plus, car si Kenta ne rend pas ses sentiments à Yashiro, il ne le repousse pas pour autant, lui expliquant simplement qu’il ne peut pas y répondre.

Alors évidemment, dans tout cela, l’arrivée du camion qui met fin aux jours de Yashiro est assez brutale, même si elle n’est pas violente en soi. On passe du camion qui arrive à Yashiro qui se réveille auprès du dieu qui a décidé de l’aider. Et par l’aider, n’entendez pas seulement qu’il va le renvoyer sur terre sous la forme qu’il a choisie, mais également qu’il va le suivre partout et commenter chacune de ses actions. En fait, le dieu s’ennuie, et trouve un parfait divertissement dans ce petit humain qui va faire ses premiers pas dans un corps d’adolescente.

Il y a quelques autres passages touchants, comme lorsqu’on réalise la tristesse de Kenta face à la mort de son meilleur ami, et qu’on s’aperçoit qu’il tenait plus encore à lui qu’on ne l’imaginait.

Malgré tout, l’ambiance dans l’ensemble est plutôt bon enfant et drôle. Yashiro s’est réincarné en femme, mais il a gardé son esprit de mec, et plus « mec » dans sa tête que lui, tu meurs. Il est incapable de se comporter comme on l’attend d’une fille, et accumule bourde sur bourde, tout en découvrant la réalité de sa nouvelle vie de lycéenne.

Face à cet incroyable clivage qu’il y a entre son corps et son esprit, Yashiro va se trouver confronté à de nombreux défis, et va devoir faire des choix : doit-il tout faire pour devenir une « fille parfaite », et ainsi conquérir le cœur de Kenta ? En est-il capable ? Doit-il renoncer à lui-même par amour ? Est-ce vraiment ce qui va faire tomber Kenta amoureux de lui ? Au fond, est-ce que Kenta n’était pas amoureux de lui, sans être capable de s’engager dans une relation charnelle parce qu’il n’envisage pas l’idée d’être en couple avec un homme ?

Les questions s’accumulent autour de Yashiro, à présent Kagura. Il doit apprendre à s’adapter, et ce n’est pas le dieu qui va vraiment l’aider. Ukon, l’esprit qui suit le dieu partout (et dont il semble épris, même si elle possède une forme animale), sera peut-être le meilleur soutien pour Yashiro-Kagura, à moins que ce ne soit Rin, l’ex de Kenta, dont Yashiro était autrefois amoureux ?
Beaucoup d’humour, donc, pour ce premier tome décapant et captivant. Yashiro semble incapable de s’adapter tout à fait, déjà qu’il a du mal à parler de lui au féminin (en fait, il ne parle presque jamais de lui au féminin, sauf quand il s’y essaie de toutes ses forces devant les autres lycéens, mais souvent il oublie qu’il n’est plus un homme ^^). Au passage, j’emploie volontairement le masculin pour parler de lui, même si la majorité de ce volume, il est femme. Parce qu’il a beau posséder un corps de fille, Yashiro-Kagura reste un homme, au fond. Ce qui fait de ce manga une superbe « leçon » sur la transidentité, qui nous est présentée avec humour plutôt qu’avec souffrance, puisqu’ici, Yashiro tente de s’adapter pour le regard des autres mais n’a aucun doute sur sa masculinité malgré son corps féminin.

Je précise que cet humour qui est presque omniprésent dans ce manga est très bien mené, et absolument respectueux de la cause LGBT+. D’ailleurs dès le départ, Yashiro n’a vraiment aucun souci avec sa bisexualité, qui est présentée comme étant tout à fait normale et légitime, en nous montrant son amour pour Kenta autant que son attirance pour la gent féminine.

Le personnage de Kenta reste très mystérieux pour l’instant, doux et discret au début malgré son refus de sortir avec Yashiro, mélancolique mais dragueur par la suite, quand il rencontre Kagura. Il semble renfermer en lui tout son mal-être, et on se doute qu’il porte en lui le poids et la blessure de la mort de son meilleur ami, qui s’est déroulée sous ses yeux, en plus.

Les personnages du dieu et de Ukon sont géniaux. Le dieu est magnifique, avec ses cheveux longs, sa beauté androgyne et ses tenues traditionnelles superbes. Il est drôle, ses réflexions sont décalées et son humour parfois douteux. Il a décidé de prendre en charge Yashiro par ennui, mais on sent qu’au fond il l’aime vraiment bien, ce petit humain qui était le seul à venir encore prier à son temple… Ukon est une sorte de renard-fennec trop mignonne, très râleuse, mais adorable, qui a décidé de réellement veiller sur Yashiro-Kagura pour l’aider à trouver ses marques dans sa nouvelle vie. Elle est fan de Boy’s love, elle trouve ça trop excitant, deux garçons ensemble.

Enfin, à la fin du tome, apparait un nouveau personnage, Rin, l’ex de Kenta, dont Yashiro, donc, était amoureux fut un temps (ou au moins avait-il de sacrées vues sur elle). Une fille qui semble toute sage toute mignonne, mais qui cache bien son jeu, et pourrait devenir une vraie alliée pour Kagura dans sa quête de féminité… à moins que les choses dérapent là aussi et ne se passent pas comme prévu…

Un premier opus décapant, léger et pétillant, qui m’a fait rire et que j’ai vraiment adoré ! J’ai hâte de lire la suite et de savoir comment tout ce beau monde va gérer l’arrivée de la nouvelle venue aka le retour de Yashiro ! <3
Un beau coup de cœur douceur et humour, et un manga tout public que mes fils ont adoré également.



Points positifs : des personnages drôles, adorables et décalés ; des relations inter personnages délirantes ; un sujet à la fois profond et traité avec légèreté et humour ; un décalage entre le corps et la personnalité de Yashiro qui est vraiment bien mené.

Points négatifs : pas trouvés



Note : 4,8/5


dimanche 28 avril 2019

[Chronique] Balles en jeu, Tome 1 - Kate Stewart



Saga : Balles en jeu
Titre : Tout sauf mineur
Tome : 1
Auteur : Kate Stewart
Editions : Juno Publishing
Genres : Romance, Humoristique
Pages : 202
Sortie : 4 Août 2017
Prix : Numérique





SERVICE PRESSE
Netgalley





Résumé : — C’est une nerd.

— Hé !

— D’accord, c’est une instructrice de vol.

— C’est mieux.

— Il joue à la balle.

— Le meilleur qui soit dans sa catégorie.

— Techniquement, tu ne l’es pas si on se base sur les statistiques de la Ligue majeure de baseball.

— Tu vois ? Une véritable nerd. Elle n’a pas de filtre non plus.

— Ce n’est pas un gentleman du Sud.

— J’ai eu une dernière saison pour prouver ma valeur.

— Je n’avais jamais vu de match.

— Il m’a dit qu’il était un joueur.

— Elle m’a dit qu’elle était lesbienne.

— Mais tu es tombé amoureux de moi de toute façon.

— Ouais, bébé, absolument.





Avis : Pour commencer, un grand merci aux éditions Juno Publishing et à Netgalley pour ce service presse numérique.

Nous faisons la rencontre d'Alice, une jeune femme qui n'a jamais réellement pu vivre à cause de la surprotection de sa mère. Dès qu'elle en a l'occasion, elle quitte sa ville natale pour changer d'air et vivre pleinement sa vie. C'est d'ailleurs dans cette nouvelle ville qu'elle rencontre Rafe, un joueur de baseball, avec qui elle va apprendre -en quelque sorte- à vivre.

Pour tout vous dire, c'est le résumé sous forme de discussion qui m'a intrigué et je me suis tout de suite laissée tenter par cette nouvelle histoire. Dans l'ensemble, je dois dire que j'ai passé un très bon moment de lecture.

Alice est instructrice de vol mais préfère être dans les airs. C'est une jeune femme pleine de vie qui est très drôle à suivre au fil des pages. Elle est touchante, attachante et complètement folle.
Rafe est persévérant, sexy et plutôt attachant même si, par moment, il m'exaspérait un peu sans que se soit négatif. Je me suis juste beaucoup plus attachée à l'héroïne qu'à ce protagoniste.

En soit, l'histoire est assez simple mais est plaisante à lire, la plume est fluide et c'est un récit qui est addictif au final. Selon moi, les protagonistes sont un gros plus dans cet histoire, que se soit les principaux ou les secondaires, et j'ai hâte de les retrouvés dans le prochain tome …

samedi 27 avril 2019

[Chronique] Yarichin Bitch Club 2 - Ogeretsu Tanaka

Yarichin Bitch Club, tome 2 - Ogeretsu Tanaka











Titre: Yarichin Bitch Club
Autrice: Ogeretsu Tanaka
Éditions Taifu comics
Genre: manga, yaoi
Âge: 18+
série en cours, 2 tomes parus



SERVICE PRESSE





Résumé:

Pensant s'être inscrit au club photo, Tônô se voit obliger de fréquenter le Yarichin bich club et ses étranges membres obsédés par le sexe. Les ayant rejoints en même temps, Kashima est attiré par Tônô, mais ce dernier a un faible pour Yaguchi, le membre le plus populaire du club de foot. C'est dans ce contexte que survient le fameux week-end de la sortie en forêt...

Coincés en pleine nature et séparés en équipe, quelles surprises attendent nos jeunes éphèbes ?!



Chronique d'Aurélie


Tout d’abord un grand merci à Taifu comics pour ce beau partenariat et pour la gentillesse de leur accueil.

J’attendais ce tome 2 avec impatience. Même si cette série n’est pas à mes yeux la meilleure d’Ogeretsu Tanaka et qu’elle a été pas mal polémiquée, je la trouve rafraichissante et drôle, et le concept me fait beaucoup rire.

La couverture est aussi délirante que celle du premier tome. Ces champignons partout, là, et ces couleurs vives, ça me donne la sensation que c’est une histoire à lire sous drogues hallucinogènes, ou que le manga a été écrit sous ce genre de substance ;-) On y découvre les quatre personnages plus centraux de ce tome 2, avec sur l’avant Tônô toujours accompagné de Yacha, et derrière, Itome et Shikatani. Une couverture pétillante, qui donne du punch, et qui nous plonge tout de suite dans l’ambiance décalée de ce manga.

Avant toute chose, petit « avertissement » : ce second opus est beaucoup moins érotique que le premier (oui, je sais, d’habitude on fait un avertissement dans l’autre sens ;-) ). Il est plus centré sur l’histoire, les liens des personnages qui se créent et/ou se resserrent alors que leur camp nature va permettre des associations plus qu’improbables.

Dès le début de ce second opus, on découvre une vérité sur l’un des personnages, à laquelle on ne s’attendait pas du tout. Ne souhaitant pas vous spoiler, je ne vous dirai pas de qui et de quoi il s’agit, mais sachez que ce second tome nous fait aller de révélation en révélation, et nous montre certains personnages sous des angles inattendus et fortement intéressants, qui nous promettent de sacrés rebondissements.

Dans le premier tome, on était surtout dans le délire, même si certaines personnalités étaient déjà très marquées, on les effleurait encore juste du regard. Ici, on entre plus en profondeur dans le caractère des différents protagonistes, en particulier Tônô, Yacha, Itome et Shikatani, même si les autres restent présents et qu’on les découvre également plus avant.

Si ce second tome reste complètement perché, il est plus sérieux, développant même le passé de certains des « héros ». Je ne vais pas vous refaire un topo sur les nombreux personnages principaux, mais j’adore Yacha et Yuri et, dans cet opus, j’ai apprécié de cerner un peu plus le doux et discret Itome. Shikatani, de son côté, est assez déstabilisant et un peu gênant, mais en le côtoyant plus, on s’y intéresse davantage. Il est difficile à cerner, mais plutôt amical, derrière sa froideur et ses propos déplacés.

Gros hic du manga, par contre, la censure. Non seulement les sexes ne sont pas dessinés mais remplacés par du blanc, mais en plus ils sont barrés par des lignes blanches. Ça fait beaucoup, surtout sur un manga si explicitement érotique. J’ai un peu de mal à comprendre pourquoi faire des scènes érotiques explicites si c’est pour les censurer ensuite. J’ai trouvé ça vraiment dommage.

Par contre, en parlant d’érotisme, j’ai beaucoup aimé le concept de la scène bonus, dessinée comme si elle avait été filmée par une caméra fixe. Ça ne mettait pas spécialement en valeur la scène, mais c’était original et la scène est vraiment marrante.

Un bon moment de lecture avec un second tome plus sérieux, qui nous amène à mieux connaitre les différents protagonistes de l’histoire.


Points positifs : de magnifiques dessins ; une histoire délirante et drôle ; des personnages haut en couleur, qu’on a envie de découvrir davantage ; un scénario qui nous projette de surprises en surprises.

Points négatifs : la censure des scènes érotiques.


Note : 4,4/5