samedi 2 février 2019

[Interviews] K. Sangil


Bonjour à tous,



Nous nous retrouvons aujourd’hui pour une nouvelle interview et c’est K. Sangil que nous accueillons sur le blog.


Bonjour, bienvenue sur Amabooksaddict,

Merci, c’est toujours un plaisir, Amandine.



1.Pour commencer, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Romancière et nouvelliste, j’aime raconter des histoires peuplées de vampires, loups-garous et autres créatures de l’ombre. Lier le réel et l’imaginaire est ma passion. 



2.Depuis quel âge écrivez-vous ? Quel a été votre premier roman terminé ?

Bien avant l’adolescence, j’écrivais en douce des histoires, celles que je rêvais de vivre sans les trouver dans les romans. Ensuite, les jeux de rôles sur PC ont occupé une grande partie de ma vie, puis le travail. L’écriture est revenue en force depuis quelques années et c’est lors de la publication de mon premier roman que mon entourage a appris ma passion pour l’écriture.

Ma première histoire terminée reprend des personnages d’un JDR, mais je ne l’ai pas encore publiée, elle se peaufine lentement. Le premier roman édité est Le Clan Tarran. 



3. Pouvez-vous nous parler de la publication de votre/vos roman(s) ?

Après avoir écrit dans mon coin « La Romancière », j’ai partagé cette histoire sur un forum d’écriture (Les Jeunes Écrivains). Les conseils reçus m’ont beaucoup aidé, ainsi que le regard de bêta-lecteurs, qui m’ont permis de voir ce que je ne voyais plus (à force de côtoyer mes personnages, les incohérences ne sautent plus aux yeux).

Ce qui devait être qu’un seul roman est devenu une trilogie, parce que je n’arrivais pas à lâcher mes personnages et qu’ils avaient encore des choses à vivre et à partager avec les lecteurs. « La Romancière » a vu le jour en 2016, « L’aînée » en 2017 et « Le Damné » cette année. Trois livres en trois ans et une version intégrale qui sort pour les fêtes, le 3 décembre.

Pouvoir partager son imagination et faire rêver d’autres personnes, c’est que du bonheur pour moi, un cadeau de Noël que je m’offre au quotidien. 



4. D’où viennent vos idées pour l’écriture ?

De partout ! Un reportage, une image dans un magazine, une phrase dans un roman, un visage, un chien sur un trottoir, tout est source d’imagination. Même les discussions avec des lectrices me donnent envie de rajouter des détails dans mes histoires. J’aime beaucoup lier l’IRL et l’irréel, mettre en scène le mystère, les sentiments et les dangers. 



5. En quelques mots, pouvez-vous présenter votre/vos roman(s) ?

Le Clan Tarran est une invitation au voyage.

De Paris à Genève, en passant par la Sibérie et l’Irlande, vous suivrez la vie de la romancière Annie Virène qui découvre des êtres hors norme, un monde empli de dangers et de pièges, mais fait aussi de belles rencontres. Les vampires pourront-ils un jour vivre en toute liberté aux côtés des humains ? Une prophétesse, une nettoyeuse, des Éternels et leurs alliés suffiront-ils pour repousser une puissance occulte surgie du fond des âges ? Vous le saurez en découvrant la vie du clan. ;-) 



6. Avez-vous d’autres projets à venir ?

Oui, je suis toujours en train d’améliorer « Union des mondes » et j’écris « L’héritage », un roman steampunk-postapo-sportif.^^ J’ai plein d’autres idées, mais c’est le temps qui manque pour les concrétiser aussi vite que je le souhaiterai. Pour prendre mon mal en patience, je me dis qu’il faut aussi laisser mûrir les idées. 



7. Avez-vous un rituel particulier avant - pendant - après l’écriture d’un roman ?

Avant l’écriture, je note mes idées, un fil rouge que je ne suis pas forcément, car mes personnages me font parfois de mauvais tours et m’emmènent dans des endroits improbables.

La majorité du temps, j’écris à mon bureau, dans le calme et toujours en compagnie d’un bon thé (c’est probablement pour cela que chacun de mes romans a une saveur spécifique : jasmin pour « La Romancière », pomme d’amour pour « L’Aînée » et un goût russe pour « Le Damné »).

Après l’écriture, c’est un moment d’attente. J’essaie d’oublier l’histoire quelques semaines, de passer à autre chose pour pouvoir me replonger dans la lecture et les corrections avec un regard « neuf ». Je corrige en fonction des retours des bêta-lecteurs, et ensuite je croise les doigts en espérant que l’histoire plaise à la maison d’édition. 



8. Une dernière chose à nous dire ?

Un grand merci à toutes les personnes qui ont lu mes romans et à celles qui les liront, à toutes les blogueuses, youtubeuses et instagrameuses qui chroniquent les lectures, car sans vous on ne serait rien. J’adore discuter de mes histoires et de mes personnages, alors n’hésitez pas à me faire signe pour échanger nos avis.

Merci pour votre participation.







L’interview touche à sa fin ; vous pouvez retrouver l’autrice sur son Blog, Facebook YouTube et Twitter. Ses romans sont disponibles sur Amazon.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire