mercredi 6 février 2019

[Chronique] Jealousy 1 - Scarlet Beriko

Jealousy, tome 1 - Scarlet Beriko










Titre: Jealousy
Autrice: Scarlet Beriko
Éditions Taifu comics
Genre: manga, yaoi
Âge: 18+
Série en cours, un tome paru



SERVICE PRESSE





Résumé:


À la suite de sa rencontre avec le jeune Hachi, Rogi Uichi se souvient de son passé. Aujourd’hui père de famille, l’énigmatique yakuza est loin d’avoir eu une jeunesse aussi rangée que la vie qu’il semble mener maintenant… Entre guerre de gangs, passion et manipulation, Uichi se remémore l’époque où il fit la connaissance d’Akitora, l’actuel chez du clan des Ôyamato et père du personnage principal du one shot Yondaime Ôyamato Tatsuyuki.




Chronique d'Aurélie


Tout d’abord un grand merci à Taifu comics pour ce beau partenariat et pour leur continuelle gentillesse et disponibilité.

Je l’attendais énormément, ce manga-ci ! D’abord parce que j’avais flashé sur la couverture, et puis que le personnage de Uichi m’intrigue passablement.

Cependant j’ai dû en reporter la lecture pour cause de déménagement, ça comme toutes mes autres chroniques, vous avez dû vous apercevoir que j’étais plutôt en pause. Mais me revoici avec cette lecture que j’aurais dû faire en janvier, et que je suis heureuse de vous présenter enfin.

La couverture est tout simplement splendide. Elle démontre tellement parfaitement la débauche de Uichi, tout en laissant transparaitre sa sensibilité, les tourments de son monde intérieur. Le fond rouge se reflète dans la couleur du très beau shibari que porte Uichi (pour ceux qui ne connaissent pas ce mot, le shibari est l’art japonais du bondage avec des cordes). Son visage pourrait paraitre inexpressif, mais son regard semble exprimer toute sa souffrance. Uichi est d’une beauté sensuelle et attirante, son androgynie est splendide. J’aime le physique de ce personnage.

Les dessins de Scarlet Beriko sont toujours à la fois spéciaux et magnifiques. Les visages sont très simples mais expressifs, touchants, et très beaux. Akitora et Uichi sont superbes, et ensemble ils forment un duo dont on ne peut pas ne pas apprécier la beauté. Le travail sur le bondage, dans ce volume, est particulièrement réussi. Les scènes érotiques sont hot, splendidement dessinées. Seul petit reproche à leur faire : la censure. Assez discrète heureusement, elle n’en est pas moins dommage vu la sensualité des scènes.

Nous démarrons cette histoire aux côtés de Uichi adulte, la quarantaine, père d’une petite fille au caractère bien trempé, pour laquelle il est prêt à tout. La relation entre Uichi et sa fille est juste géniale, ça a été quelque chose que j’ai énormément apprécié dans cette histoire, tout comme je l’avais appréciée dans Yondaime. Uichi adore sa fille, on sent une immense tendresse entre eux. On ignore ce qui a mené Uichi à la naissance de cette enfant, mais on sent que c’est lié à des éléments très douloureux de son passé, pourtant, il l’aime de tout son cœur. Il tient à son bien-être, lui passe tous ses caprices.

Uichi n’a pas franchement l’air d’un yakuza, dans ce manga. Il mène sa vie en solitaire, est plutôt super gentil, même s’il a des idées et pulsions bizarres. Il n’a pas l’air vraiment capable de tuer quelqu’un. En fait, je dois avouer que dans la plupart des mangas de Scarlet Beriko mettant en scène des yakuzas, ceux-ci n’ont pas tellement l’air de yakuzas. M’enfin si ça enlève un peu de réalisme à ses histoires, ça ne leur enlève pas leur beauté pour autant.

On plonge très rapidement dans le passé de Uichi, en fait 90% de ce premier tome nous fait remonter à la jeunesse de Uichi, qu’on suit presque d’une traite, avec quelques rares incursions dans le présent. On retombe donc tout de suite dans ce passé où Uichi, encordé, nu dans le lit d’un homme qui vient de se « suicider » (en fait il jouait à la roulette russe lol), fait la rencontre d’Akitora. C’est le coup de cœur, sans doute réciproque. Uichi, malgré ses habitudes de prostitué et sa perversion, tombe éperdument amoureux d’Akitora. Quant à ce dernier, il est tout de suite fasciné et intrigué par cet étrange et sensuel personnage qu’est Uichi.

Va alors démarrer entre eux une relation singulière, posée sur des bases mouvantes et peu stables. Uichi veut devenir yakuza dans le clan d’Akitora, qui lui refuse ce droit. Il lui dit qu’il n’est pas taillé pour être yakuza, mais en vérité, il se soucie trop de lui pour le laisser donner sa vie pour lui, le futur chef de clan. Uichi est trop têtu pour l’entendre de cette manière, aussi va-t-il accomplir toutes les bêtises et machinations possibles et imaginables pour obtenir ce droit.
Sauf que derrière son côté lubrique et pervers, Uichi semble posséder une âme « d’enfant », un peu naïve, qui possède sa lumière propre, quoique viciée. Aussi va-t-il se retrouver dans des situations trop périlleuses, à frayer avec des hommes dangereux qui veulent le posséder.

La scène bonus de fin, qui revient sur le passage drôle et sensuel au cours duquel Uichi et Akitora font un concours (très bête ;-) ) dans un sauna, est magnifique. Une très belle scène, érotique et tendre, dans le secret  des sources chaudes…

Un très bon premier tome, qui met l’eau à la bouche et donne envie de connaitre la suite, vraiment. J’ai hâte de voir paraitre le second opus, d’en apprendre davantage sur le passé de Uichi et Akitora, même si on sait d’avance, forcément, que ce sera déchirant. En espérant qu’on les voie également évoluer dans le présent, qu’ils se retrouvent et puissent enfin goûter à cet amour hors norme qu’ils partagent tous les deux…



Points positifs : des personnages attachants et intrigants ; des dessins splendides ; une histoire torturée qui donne envie de savoir la suite ; la relation entre Uichi et sa fille est très belle ; l’âme tourmentée de Uichi m’a autant touchée que la pureté qui émane d’Akitora.

Points négatifs : manque de réalisme sous tous niveaux ; les choses vont parfois trop vite ; on a parfois du mal à comprendre ce qui se passe.




Note : 4,4/5



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire