vendredi 14 septembre 2018

[Chronique/Interview/Boutique] Papier, Violette, Filante - Aloyse Taupier

Hey,

On se retrouve aujourd'hui pour une nouvelle rubrique, en quelque sorte, puisqu'il s'agit d'un mélange d'interview et de chronique littéraire pour des romans de l'Attelage.



1. Dans un premier temps, pourrais tu te présenter s'il te plait ?

Je suis autrice à L’Attelage et la fière Lead de la meute Thêta ! Je suis également étudiante, et je vais rentrer en Master de psycho-criminologie et victimologie à l’heure où nous parlons. C’est vraiment quelque chose qui me passionne et je peux passer ma journée à lire des articles scientifiques dessus ah ah. À côté de ça j’aime beaucoup jouer, lire forcément mais est-ce bien la peine de le préciser regarder des animés et manger des pâtisseries (très important les pâtisseries).

2. Si tu devais présenter Papier, Violette, Filante, que dirais-tu exactement ?

Je dirais que c’est un livre qui peut plaire à beaucoup de personnes pour peu qu’on ait envie d’être du voyage. C’est un recueil de textes qui regroupe différents instants de vie, (qui n’est pas autobiographique comme on pourrait le penser) et chacun dégage une ambiance particulière dans laquelle le lecteur va se retrouver plus ou moins. J’aborde des thématiques diverses, donc selon le vécu et les goûts de chacun tout le monde ne préfère pas les mêmes textes. Mais si on accepte de se laisser porter, je pense qu’on peut trouver quelque chose qui vaut la peine dans chaque papier. En revanche, si vous n’êtes intéressés ni par les autres ni par ce qui leur arrive, et que vous êtes peu empathique, je ne peux que vous conseiller de choisir un autre livre que le mien sur le site (vous avez l’embarras du choix, personnellement je les ai tous aimés, parole de lectrice !).

3. Tes nouvelles parlent toutes de sujets divers avec une certaine mélancolie, dans quel ambiance les écris-tu ?

Tu as raison, c’est quelque chose qui est toujours plus ou moins présent dans mes textes. Eh bien c’est très variable en fait. Souvent j’ai du mal à écrire en journée car j’ai besoin de silence et de tranquillité pour arriver à vraiment me concentrer. Ou au contraire d’un bruit de fond mais qui soit uni pour que je puisse me fondre dedans, comme une foule (en amphi par exemple c’est top, même si j’évite pour ne pas que ça influence mes notes ah ah). La plupart du temps j’écris le soir, plus ou moins tard selon la période de l’année. En été ça va être plutôt entre 23h et 3h du matin ; je suis un animal nocturne. J’ai besoin de beaucoup de concentration car j’écris lentement et douloureusement. Je pars d’une idée que j’ai eu, je sais quels éléments principaux je veux transmettre, mais avant d’arriver à en faire un texte qui arrivera à toucher le lecteur il y a beaucoup d’étirements et d’yeux levés au ciel, de migraines et de soupirs. Mais je ne pense pas que ce soit pour cette raison qu’il y ai toujours un peu de mélancolie dans mes papiers ; c’est peut-être tout simplement parce que j’écris de nuit, ou le côté très contemplatif qu’on retrouve dans la plupart. La contemplation amène souvent à la mélancolie.

4. Parmi celles disponibles sur l'attelage, laquelle a ta préférence ?

C’est une question difficile. J’hésite entre le Papier n°4 (dans le cimetière) et le n°12 (la fureur). J’aime beaucoup l’ambiance du premier, il a quelque chose de très apaisant et je trouve qu’il donne envie de penser à se poser, et à prendre le temps de divaguer. Le personnage est complètement seul, et ça fait du bien parfois (ou souvent selon quel type de personne vous êtes). Le second lui m’a demandé énormément de travail, il est violent et plus on est quelqu’un d’empathique, plus il nous touche je pense. J’en suis contente car j’ai l’impression d’être bien arrivée à retranscrire cette rage implacable, et l’état d’esprit du narrateur. Il faut jongler entre donner suffisamment d’informations sur le vécu du personnage pour qu’on se sente proche de lui, mais sans laisser l’expression de la colère passer trop à la trappe. Ma meute m’a pas mal conseillée pour arriver à maintenir cet équilibre et le résultat a l’air d’avoir plu aux lecteurs.
Bon si je dois absolument en choisir une, ce sera la n°4, c’est mon ambiance préférée.



*****

Passons donc à mon avis.

Il faut savoir que la couverture a été réaliser par Mikonow (https://www.deviantart.com/mikonow), elle est à la fois douce, poétique et très très jolie. Personnellement, j'aime beaucoup.

Les nouvelles n'ont pas forcément de lien entre elles et elles parlent de sujet divers et variés sur la vie de tous les jours. Tout comme la couverture, elles sont douces, légères et poétiques ; c'est un véritable plaisir de lire autant de douceur.

Chaque textes nous fait ressentir une (ou plusieurs) émotion(s) particulière(s) ; par exemple dans la dernière que j'ai pu lire (la 16e), j'ai ressenti toute l'anxiété et la peur du narrateur et ça m'a prit au cœur pendant toute la durée de ma lecture.

C'est vraiment ce que j'aime le plus dans ces différentes nouvelles, Aloyse Taupier a cette manière d'écrire qui te prend aux tripes, ce qui te fait ressentir toutes les émotions du narrateur.
De plus, sa plume est riche et c'est un véritable plaisir à lire.

Je ne peux que vous recommander de suivre l'autrice via l'Attelage, elle vous transportera dans différents textes tous plus agréables les uns que les autres en vous faisant ressentir beaucoup d'émotions fortes.



*****

Si ça vous tente, je vous laisse l'interview de l'Attelage ainsi que le concours qui est toujours ouvert via le blog.


*****

Je ne sais pas si vous avez vu mais l'Attelage a sorti sa boutique de posters et autres futurs goodies et je trouve ça sacrément canon. Les posters sont de trop bonnes qualités !




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire