mercredi 1 août 2018

[Chronique] La Fusion - Hope Tiefenbrunner

Malchance et Objets Magiques, Livre 2: La Fusion - Hope Tiefenbrunner





Titre: Malchance et Objets Magiques, Livre 2: La Fusion
Autrice: Hope Tiefenbrunner
Éditions MxM Bookmark, collection feel good
Genre: romance MM, fantasy



SERVICE PRESSE




Résumé:


Maintenant que la pierre de Loamsdaün est en sa possession, les soucis d’Adrien devraient être derrière lui, ça et sa malchance chronique. Après tout, il a libéré sa magie, il a la chance d’être lié à un extraterrestre sexy et puissant et la fusion de leurs pouvoirs fait de lui un Talent VIP. Oui, tout devrait aller pour le mieux, si on oublie : les démons, les entraînements brutaux, l'acharnement de ses équipiers à le blesser et l'impossibilité de dialoguer avec un Dalek buté et trop sûr de lui. 

Peut-être que, finalement, tout ne se passe pas si bien que ça et il a soudain l'impression que toute cette magie, toute cette fusion, n'est pas là pour contrer sa malchance, bien au contraire.



Chronique d'Aurélie


Tout d’abord un grand merci à MxM Bookmark pour ce service presse, et pour leur gentillesse. C’est toujours un plaisir de communiquer et d’échanger avec cette maison d’édition que j’apprécie énormément.

Voici un second tome bien différent du premier. Toujours dans la même veine, bien évidemment, et on retrouve avec plaisir Adrien et Dalek (même si j’ai un peu plus de mal avec Dalek, je vais vous expliquer pourquoi après). Hope Tiefenbrunner possède une plume magnifique, un vrai régal à lire. Ce livre, je l’ai lu presque d’une traite et à chaque fois que j’ai dû m’arrêter, j’ai eu tout le mal du monde à le reposer.

Il faut le dire, en plus d’être hautement addictif, ce roman possède des chapitres très longs. C’est un inconvénient autant qu’un avantage, à mes yeux. D’une part c’est frustrant de devoir arrêter sa lecture en plein milieu d’un chapitre parce que la vie a oublié de s’arrêter pour me laisser lire en paix, d’autre part, on a envie d’aller au bout du chapitre, avidement, c’est encore plus addictif en fait, je crois.

Ce second tome possède moins d’humour que le premier, notamment parce que les états d’âme d’Adrien sont plus pesants (pour lui, pas pour nous, je vous rassure), les problématiques prises plus au sérieux. On garde la légèreté du premier opus, d’une certaine manière, en partie grâce au style de l’autrice, aux références d’Adrien et à l’interprétation de certaines situations, cependant les émotions d’Adrien sont de plus en plus torturées et déprimées, aussi y a-t-il également pas mal de gravité dans ce second opus.

Le point de vue oscille entre Adrien et Dalek, et j’ai beaucoup aimé les transitions en cours de chapitre, en cours de partie, même, qui font basculer le point de vue de l’un à l’autre. C’est très bien fait, fluide et bien dosé. Cela apporte un vrai plus à l’histoire, et j’ai apprécié même si je préfère en général les points de vue internes centrés sur un seul héros, là c’était vraiment parfait.

Dalek a le don de m’agacer énormément, par moments. Je l’avais déjà dit dans le premier tome, je suis « team Adrien ». Personne, dans la nouvelle équipe forcée « de facto » d’Adrien, ne semble comprendre ses états d’âme, sa rébellion, le fait qu’il râle et n’est pas du tout enthousiaste à l’idée d’aller se faire massacrer volontairement par des démons, et ils m’ont tous un peu agacée. Ce sont des guerriers, certes, mais des fois on se demande ce qu’ils ont dans la cervelle. Leurs méthodes d’apprentissage de l’art de la guerre laissent vraiment à désirer, et la scène où Adrien démarre sa formation… j’étais à la fois morte de rire et outragée par leur façon de faire. Pour le coup j’ai complètement compris les réactions d’Adrien, son ras-le-bol, son envie de partir et de tout lâcher. Même Line, pourtant humaine, ne fait aucun effort pour le comprendre.

Dalek, au départ, fait partie de cette équipe de bras cassés qui pensent qu’Adrien en fait des caisses et qu’il pourrait faire un effort, mais heureusement, son lien avec Adrien lui permet peu à peu de réaliser que quelque chose cloche, de mettre de l’eau dans son vin pour se soucier plus d’Adrien. Parce que si tout le monde passe son temps à reprocher des choses à ce pauvre Adrien, personne ne semble réaliser ses sacrifices, ceux qu’il accomplit en restant pour que Dalek ne perde pas ses pouvoirs.

Alors oui, bien sûr qu’Adrien a énormément de caractère. Chose que j’adore chez lui, d’ailleurs. Sa grande gueule, son humour, et ses rébellions continuelles (parfois par principe). Mais derrière ce masque se cache en fait une énorme sensibilité et une immense générosité, notamment dans le choix qu’il fait de rester et de subir ce qu’on lui impose sans prendre en considération ses propres besoins. Besoins que personne d’ailleurs ne semble comprendre ni admettre, ce qui fait que, peu à peu, il se renferme sur lui-même et cesse de les communiquer. Il est seul face à tous, même Dalek ne fait aucun effort pour le comprendre pendant une bonne partie de ce tome 2. Et quand il fait cet effort et se montre de plus en plus attentionné, je l’ai trouvé beaucoup plus touchant et j’ai arrêté d’avoir envie de le claquer ;-)

Ceci dit, j’apprécie beaucoup le personnage de Dalek, n’en doutez pas. Autant dans les différences qui l’opposent à Adrien et font souvent que ces deux-là se clashent violemment que dans sa gentillesse quand il arrête de se regarder le nombril, ses attentions, sa tendresse et sa fougue. Dalek est sexy, il est sûr de lui, mais au fond, il doute facilement, dès qu’Adrien remet tout en question. Au lieu de se poser et de réfléchir, il a tendance à réagir au quart de tour, mais c’est également le cas d’Adrien, ce qui donne lieu à des passages très épiques. Au fond, Dalek est aussi sensible qu’Adrien, et c’est sans doute ce qui les lie l’un à l’autre, ces émotions à fleur de peau, cette façon de dissimuler à quel point ils tiennent l’un à l’autre, ce manque de communication parce qu’ils n’y arrivent juste pas, ils sont juste trop émotionnels.

Et leurs différences culturelles sont un grand plus. Adrien ne cesse de faire des références hilarantes, qu’évidemment personne ne comprend, personne sauf les quelques rares humains qu’il fréquente peu et qui n’ont pas toujours son humour, en prime. J’adore l’humour d’Adrien, sa façon de dédramatiser les situations par le biais de l’ironie, parfois mordante.

C’est donc un très bon second tome que nous avons ici, que dans l’ensemble j’ai même encore préféré au premier opus. Les réflexions d’Adrien, sa lente descente en enfer, sa relation à la fois plus posée et toujours tumultueuse avec Dalek et ses décisions en font un tome plus mature, plus profond, et j’ai beaucoup apprécié ce côté, d’autant que l’humour n’est jamais loin, mais toujours bien dosé. La scène de combat centrale, dont je ne vous dirai pas grand-chose pour ne pas vous spoiler, à part qu’il s’agit du tournant majeur de l’histoire, est excellente. Adrien possède bien des qualités qu’il ignore lui-même (et oui, Dalek le savait et est exaspéré que son amant ne l’écoute jamais, mais il devrait savoir que rien ne vaut l’expérimentation personnelle… à son propre rythme !) et cette scène nous montre de nouvelles facettes de lui vraiment bien menées.

La fin m’a cependant laissée un peu sur ma faim. Dans l’état, avec l’épilogue, je n’arrive pas à savoir s’il y aura une suite. Je l’espère, et si c’est bien le cas, ce second tome est un vrai coup de cœur, même si justement j’ai trouvé l’épilogue un peu « facile », il est drôle et rempli d’action, c’est un gros clin d’œil pétillante et drôle au reste du roman que j’ai beaucoup apprécié. Dans le cas où ce second tome serait le dernier, je serais très déçue, j’avoue, que cela s’arrête alors que c’est aussi prometteur et que l’intrigue mérite une belle série de plusieurs tomes, encore, à mon avis. Mais je reste persuadée qu’il y aura bel et bien une suite, en tout cas je l’espère de tout cœur ! Je veux suivre encore et encore les aventures d’Adrien et Dalek ! <3

Malchance et Objets Magiques est donc un roman rempli de punch et d’humour, et ce second tome est vraiment à la hauteur de ce que j’en attendais après la lecture du premier opus. C’est original, pétillant, drôle, magique, et un vrai super moment de lecture. Il mérite bien sa catégorie « feel good », c’est vraiment un roman qui donne du peps et fait sourire, malgré la plus grande gravité de ce second volet.



Points positifs : un univers délirant toujours plus construit et creusé, dans lequel on a enfin envie de poser nos bagages ; des personnages bien campés, désopilants et aux fortes personnalités ; un duo du tonnerre qui nous promet bien des étincelles et autres explosions ; une plume magnifique qui participe grandement à la superbe ambiance de ce roman.

Points négatifs : la fin est un peu rapide, un peu « facile », mais du coup on n’en attend qu’un troisième tome très explosif !




Note : 4,8/5


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire