samedi 14 juillet 2018

[Interviews] Hope Tiefenbrunner



Présentation Amazon

Bien qu'elle soit de formation scientifique, Hope Tiefenbrunner a toujours accordé une place importante à l'écriture. Si la romance est et a toujours été son plat préféré, elle aime l'assaisonner d'une pointe humour, d'un zeste d'érotisme, d'un soupçon de modernité, le tout servi par des personnages généralement fort en bouche.

Son blog: http://www.baran-tiefenbrunner.com/
Sa page facebook: https://www.facebook.com/ValeryKBaranHopeTiefenbrunner
Sa page Amazon






Depuis combien de temps écris-tu ?



J’écrivais plus jeune, mais je me suis vraiment remise à écrire en 2008, de la fanfiction.






Est-ce ton premier livre, combien en as-tu écrit ?



Ce n’est pas mon premier livre. Combien ? Ca dépend comment on compte !! parce que j’ai des fanfictions qui font la taille d’un roman (et Jeux de Scène a été l’une d’elle à la base) mais édités j’ai actuellement 7 livres (dont deux co-écrit avec Valéry K Baran), plus un qui sortira en décembre et je suis en train de finaliser le tome 3 de Malchance & Objets Magiques.






Quels sont tes auteurs et tes genres littéraires préférés?



J’ai un gros faible pour la littérature classique (Maupassant et Zola pour ne citer qu’eux), j’ai lu quasi que ça jusqu’à la vingtaine. Ensuite, je suis une fan de John Irving et dans un côté plus fantastique, j’adore Dean Koonz et Anne Rice.






As-tu d’autres projets dans l’immédiat?



Et bien, boucler le tome 3 de Malchance et objets magiques et ensuite, je m’atèle à mon prochain projet, du MM toujours fantastique avec des Cupidons qui doivent sauver l’amour. Ca a l’air tarte dit comme ça, mais promis ça va pas l’être J






Penses-tu/Veux-tu te faire éditer un jour ou tiens-tu à t’auto-éditer pour garder plus de libertés sur tes écrits ?
 



L’autoédition ne me tente pas pour le moment, on a certes une liberté totale, mais c’est beaucoup de boulot et l’édition me convient. Si je devais faire de l’autoédition, ce serait sûrement avec une publication gratuite sur le net en parallèle.






Où puises-tu toutes ces idées ? D’où vient l’inspiration ?



Aucune idée !! Plus sérieusement, ça dépend des histoires. Par exemple, Jeux de Scène est une histoire qui a maturé pendant au moins deux ans. J’avais plein de trucs que je voulais écrire, je voulais faire un truc sur un spectacle, cabaret, je voulais faire un truc sur les années folles, la mafia etc… et petit à petit, les idées se sont agencées les unes avec les autres pour créer cette histoire. Mais parfois, c’est plus rapide. Malchance et objets magiques, ça vient d’une demande par exemple. Ca peut être une image, une musique, ça peut me venir n’importe quand.






Quand tu commences à écrire une histoire, la connais-tu en entier ou bien improvises-tu au fur et à mesure ?



Je suis très mauvaise élève et j’ai tendance à beaucoup improviser ce qui n’aide pas forcément. J’ai souvent les grandes lignes (les scènes de sexes oups !) et je comble au milieu. Pour le prochain, par contre, je vais essayer de faire un vrai plan détaillé !






Combien de temps mets-tu pour écrire un livre ? Ecris-tu plusieurs heures par jour ?



Ca dépend du livre, mais en moyenne je dirais un roman par an mais ça dépend de beaucoup de choses. Et le temps passé ? En moyenne deux heures par jours mais là-dedans, y’a du temps passé à glandouiller sur internet, à faire tout autre chose. Et puis, ça dépend aussi de la période de l’année. Je participe quasi à chaque fois au nanowrimo ou au camp nano et dans ces cas-là, j’écris plus.







Comment procèdes-tu pour écrire un livre ?



Et bien, je me lance généralement dans le bain. J’écris le plus souvent chapitre par chapitre, il est rare que j’écrive dans le désordre même si ça m’est arrivé par le passé. J’utilise trois outils principaux pour m’aider. Scrinever qui me sert à prendre mes notes sur les lieux, les personnages etc. Quand j’ai besoin de faire une chronologie, ce qui est généralement le cas dans la plupart de mes histoires, je fais un fichier excel. Et pour finir Antidote pour l’ortho et surtout les répétitions. Après, mon petit truc, c’est de passer sur le téléphone pour relire un chapitre une fois qu’il est presque finalisé, ça m’aide de changer de support, je vois les choses différemment.






Où écris-tu ? As-tu besoin d’une certaine ambiance, de conditions de travail particulières?



Rien en particulier. J’écris beaucoup dans le RER pendant mes trajets, donc dans un joyeux brouhaha, qui est parfois plus facile à occulter qu’un petit garçon qui veut vous montrer un truc là mais maintenant maman !






Quelle est la phase la plus difficile, dans l’écriture d’un roman ?



Quand tu réalises que tu aurais dû faire un plan, parce que tu ne sais pas où tu vas !! Quand tes personnages t’échappent, que tu ne parviens pas à les emmener où il faut parce que tu ne trouves pas le bon ton, la bonne psychologie et que tu dois recommencer, encore, jusqu’à ce que ça colle.






A qui confies-tu ton manuscrit en premier ?
 


Valéry, ma primo lectrice, c’est elle qui l’a en tout premier et qui me fait réécrire quand ça ne va pas.







Un conseil pour quelqu’un qui décide de se lancer dans l’écriture ou l’auto-édition ?



Je donne souvent le même conseil à cette question. Apprendre à sacrifier un morceau de texte, un chapitre si besoin, même s’il est top, même s’il est bien écrit. Je crois que c’est le plus difficile. Et apprendre à arrêter. On pourra toujours faire mieux, changer un mot, une virgule, mais il faut savoir dire stop et passer à autre chose.







À travers Jeux de scène, tu nous transportes complètement dans l’atmosphère des années 30. Qu’est-ce qui t’a poussé à choisir cette époque précisément ?



Parce que j’adore cette époque. J’adore les fringues, j’adore la musique, j’adore les meubles et la déco, bref, c’est mon époque de prédilection. 






Tu passes avec une facilité déconcertante de l’historique (même si c’est dans un univers « parallèle » à la fantasy avec La Rotonde aux Objets. Est-ce que tu as une prédilection pour un style en particulier, ou bien aimes-tu varier ?



J’aime varier même si j’adore la fantasy, c’est ce que j’aime le plus lire d’ailleurs. Mais, c’est important de changer d’univers, en tout cas, j’aime ça, ça permet aussi de d’ouvrir d’autres possibilités, de créer des personnages différents, d’avoir des contraintes différentes également. En bref, je ne suis pas du genre à m’enfermer, même si soyons honnête, je ne crois pas que je parviendrais à ne pas mettre de romance ^^.










Interview d’Aurélie

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire