samedi 23 juin 2018

[Interviews] Fabrice David



Bonjour à tous,
On se retrouve aujourd’hui pour une nouvelle interview et c’est Fabrice David que nous accueillons sur le blog.


Bonjour et bienvenue sur Amabooksaddict,




1.Pour commencer, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Journaliste au service des sports de TF1 et surtout Telefoot, depuis plus de 20 ans. On m’entend, tous les dimanches, mais on ne me voit pas à l’antenne. 48 ans, marié, des jumeaux de 16 ans. Parisien pur jus. Amateur de polars qui se déroulent en France, dans un climat lourd où l’ennui mène à tout et surtout au pire. Amateur d’humour, aussi. On dit que je me défends bien dans cet exercice….





2. Depuis quel âges écrivez-vous ? Quel a été votre premier roman terminé ?

J’écris depuis mes 22 ans, et mes premiers stages dans la presse écrite. J’ai toujours écrit des histoires et les romans ont été comme une prolongation logique de cet exercice. Mon premier roman est paru en 2010 chez un micro-éditeur savoyard, la Main Multiple. Le titre : La mort aux crampons. Ce n’était pas à compte d’auteur mais bien l’éditeur qui a aimé et publié…





3. Pouvez-vous nous parler de la publication de votre/vos roman(s) ?

J’ai envoyé mon manuscrit à plusieurs maisons prestigieuses en imaginant que je me tournerai peut-être vers l’auto-édition si il n’y avait pas de réponse. Mais Plon a aimé, souhaité publier. Donc je n’ai évidemment pas hésité.  





4. D'où viennent vos idées pour l'écriture ?

Mes reportages sportifs en province, toute petite province reculée parfois. Des soirées tristes dans le seul bar du coin, en semaine. Des matchs suivis au bord des mains courantes en écoutant les commentaires de ceux qui venaient là surtout pour remplir un quotidien trop vide. Des rencontres avec des types qui ne parlaient que de foot et semblaient vivre leur bonheur par procuration. Des nuits dans des hôtels 2 étoiles en zones industrielles…





5. En quelques mots, pouvez-vous présenter votre/vos roman(s) ?

« Au fin fond des Ardennes, une petite équipe de foot locale enchaîne les mauvais résultats. Tout le monde s'en fout sauf lui, supporter excessif et pas bien malin. Pour sauver son club, seul centre d’intérêt de sa vie médiocre, il a une idée. Il y entraine ses copains de beuverie, qui ont, pour certains, un lourd passif. Et c’est justement son erreur ! » 
Je précise que le foot est un prétexte, une toile de fond. Inutile d’être amateur de football pour apprécier (j’espère), ce roman.





6. Avez-vous d'autres projets à venir ?

Le roman suivant est bien entamé.





7. Avez-vous un rituel particulier avant - pendant - après l'écriture d'un roman ?

Avant d’écrire, je m’allonge, au calme, je ferme les yeux, et me réinstalle dans mon histoire. Si l’inspiration vient, je me mets à écrire. Si rien n’est cohérent, je laisse tomber.





8. Une dernière chose à nous dire ?

Si vraiment vous n’aimez pas « Au pays des barbares », je vous invite à dîner pour m’excuser ! Cette boutade n’est pas le fait d’une prétention excessive ou d’un ego surdimensionné. Simplement, la confiance que m’a accordé Plon, en me publiant, est contagieuse et me laisse croire que ce roman a quelques qualités…


*****

L'interview touche à sa fin, merci pour votre participation Fabrice et à très vite.

Vous pouvez retrouver l'auteur sur Twitter et son roman juste ici.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire