mardi 29 mai 2018

[Chronique] Les talons aiguilles rouges - Chise Ogawa

Les talons aiguilles rouges - Chise Ogawa







Titre: Les talons aiguilles rouges
Auteur: Chise Ogawa
Éditions Hana collection
Genre: manga, yaoi
Âge: 18+
One-shot




Résumé:


Dans le milieu de la mode, à Paris, les femmes les plus élégantes n’ont plus qu’un seul nom à la bouche : Abalkin. Mais derrière le charismatique PDG de cette entreprise se cache un lourd secret. Youri, jeune patron, n’hésite pas à se servir de son physique androgyne et à coucher avec les bonnes personnes pour élargir sa clientèle. Mais en réalité, ce n’est pas pour lui qu’il le fait. Tout ce qu’il souhaite, c’est réaliser le rêve d’Adam, le véritable designer d’Ablkin, qui travaille dans l’ombre depuis des années. Youri a parfaitement conscience d’être manipulé, mais il serait prêt à tout pour le garder à ses côtés…




Chronique d'Aurélie


Encore un manga dont j’ignore absolument comment j’ai eu l’idée de me le procurer. Je crois bien avoir lu sur un blog d’un ami que c’était un coup de cœur, mais ce qui, de toute manière, m’a poussée à l’acheter, c’est le titre et la couverture.

Le titre est intrigant, il m’a de suite questionnée. Quant à la couverture, elle annonce des dessins splendides, tels que je les aime, et une ambiance qui va forcément secouer. Elle est tranchante, cette illustration, tout en tons de gris et noirs, ce qui rend plus percutant les chaussures rouges et… les yeux verts de Youri. On le sent direct, il y aura là de l’érotisme brûlant, mais aussi une atmosphère qui risque bien de nous remuer de l’intérieur. Il suffit de voir le visage de Youri, son sourire ironique, peut-être un peu pervers, son regard intense, sa posture… la main qu’Adam lui tend.

Comme prévu, les dessins à l’intérieur sont de purs bijoux. Encore un manga dont la qualité ne se définit pas seulement par la profondeur et la justesse de l’histoire et du scénario, mais aussi par ces illustrations qui sont splendides. Les scènes érotiques y sont crues, visuelles, mais aussi choquantes. Attention, au-delà de l’érotisme, ce manga nous parle de sujets durs et crus, et les scènes ne sont pas simplement les étreintes passionnées de deux amants éperdus, au contraire. On a du trash, ici. Ce qui s’apparente à de la prostitution… mais légale.

Qu’est-ce que j’entends au juste par-là ? Eh bien, Youri est le PDG de l’entreprise Abalkin, qui crée et fabrique des chaussures à talons de haute qualité. Ce sont des chaussures chères, faites pour « embellir les femmes », souvent inconfortables mais qui en mettent plein la vue. Avant Youri, c’était sa mère qui dirigeait l’entreprise, mais à la mort de cette dernière (droguée, ivrogne, violente, les passages où l’on remonte sur sa vie sont terribles), le grand monde est persuadé qu’Abalkin va couler. C’est sans compter sur Youri, qui débarque aux funérailles monté sur une paire de splendides chaussures signées Abalkin. Ce sera sa marque de fabrique : partout où il va, il porte les nouveautés Abalkin, et il fait jaser médias et people par son excentricité, sa beauté androgyne… et sa réputation sulfureuse.

Parce que derrière Youri, se tient le véritable maître d’Abalkin, Adam, l’homme qui crée ces chaussures si renommées de par le monde… l’homme qui manipule Youri. Qui lui dit ce qu’il doit faire, qui contrôler, avec qui il doit coucher pour obtenir plus de gloire et vendre mieux. Son but ? Se placer en number one des ventes internationales, en écrasant toutes les autres entreprises.

Et Youri, fou amoureux d’Adam, qui ne veut jamais que ce dernier s’éloigne de lui, est prêt à tout pour lui. Quitte à offrir son corps à ces gros porcs sans vergogne qui le baisent, parfois à plusieurs, parfois dans des conditions horribles qui le feraient presque se rebeller et pleurer… Mais Adam a dit un jour que tant que Youri portait ses chaussures, jamais il ne s’éloignerait de lui. Ce que ça signifie ? Qu’Abalkin doit rester une entreprise puissante et en vogue. Et pour cela, Youri n’a pas d’autre choix que cette forme de prostitution qui le voit, contre services rendus, soutien, publicité et contrats commerciaux, donner à ces hommes ce qu’ils désirent : les laisser le posséder, parfois jusqu’à une forme de torture (une scène notamment est à la fois magnifique visuellement parlant, violente et profondément choquante) pour leur bon plaisir.

Youri est un personnage très ambivalent. D’un côté, face au « grand monde », il est cet homme sûr de lui, mature, sensuel et prêt à tout, courtois et séduisant qui rend fous les autres hommes. Mais lorsqu’il sort de son rôle, il redevient un presque-adolescent rebelle, bougon, et surtout… qui manque cruellement d’assurance. Surtout vis-à-vis d’Adam, auquel il tient plus qu’à sa propre liberté.
Adam, lui, est un homme que j’ai eu énormément de mal à cerner. Je ne sais pas encore si je l’ai apprécié ou détesté, en fait. Il a ruiné la vie de Youri en le manipulant, tout ça pour toujours plus de pouvoir et de gloire, même s’il reste dans l’ombre. D’un autre côté, derrière ce masque de cruauté et de froideur, se cache une fragilité touchante. Adam a peur de répondre aux sentiments et désirs de Youri, parce qu’il sait que s’il cède, jamais plus il ne pourra se passer de lui. « Pire » encore, jamais plus il ne pourra le laisser à un autre. Rude combat entre son désir de gloire et cet amour qu’il refoule. Il est la cause de la déchéance de Youri, mais il pourrait aussi bien être sa porte de sortie… celui qui le libèrera des chaînes d’Abalkin, créées, finalement, par la mère de Youri. Au fond, à la fin, qui sacrifiera-t-il ? Youri, ou bien sa vie, en tant qu’homme, en tant que cordonnier réputé de par le monde, en tant que véritable chef caché d’Abalkin ?

Une histoire poignante, violente, qui m’a parfois franchement mise mal à l’aise, mais de laquelle je n’ai pu décrocher, que j’ai suivie avec fascination et émotion. Elle en valait la peine, la fin m’a énormément touchée. Un sentiment de tendresse et de soulagement mêlés qui s’est emparé de moi et m’a donné du mal à refermer ce manga. Une perle, bouleversante, ébranlante, dure et un peu horrifiante, à lire par un public averti qui aime les histoires sombres et torturées, bien sûr… Pour ma part, vous le savez, c’est le genre de lectures que je sais apprécier, et j’ai été profondément émue par cette histoire-là ! <3



Points positifs : des dessins magnifiques ; des personnages attachants, questionnants, aux caractères torturés et bien développés ; une histoire difficile avec une romance aussi complexe que dramatique ; une ambiance profonde, malsaine, fascinante, violente, et pourtant un fond de douceur.

Points négatifs : pas trouvés.




Note : 4,8/5


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire