mardi 10 avril 2018

[Interviews] Yoake Nemu

Bonjour à tous,

On se retrouve aujourd'hui pour une nouvelle interview et c'est Yoake Nemu que nous accueillons sur le blog.





*****



Bonjour Yoake et bienvenue sur Amabooksaddict,






Pour commencer, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis Nemu Yoake (c'est un pseudo, évidemment). J'habite au Japon où j'enseigne l'anglais à plein temps (titulaire) dans un lycée privé. Je vis dans une préfecture rurale du nord de l'archipel, loin de la folie des grandes agglomérations. Je suis tombée dans la soupe manga/anime dès mon plus jeune âge, ce qui a énormément nourri mon imaginaire. J'aime parler d'anime/light novels/manga etc. mais j'essaye de ne pas trop embêter mes interlocuteurs avec cette passion dévorante. J'essaye.

Mon quotidien d'enseignante au Japon en charge de l'éducation de jeunes Japonais me fait poser beaucoup de questions sur ce qu'est l'éducation. Je dois prendre du recul sur les méthodes d'éducation, prendre conscience des différences culturelles, ce qui m'amène à une introspection sur ma perception du monde, ce qui est, ce qui doit être, ce qui pourrait être. J'aime observer les Japonais, les voir évoluer et cela nourrit beaucoup mes écrits.





Depuis quel âge écrivez-vous ? Quel a été votre premier roman terminé ?

J'écris depuis l'adolescence, mais j'en avais besoin. J'ai créé beaucoup d'histoires en classe au lieu d'écouter mes enseignants. Mon corps était en classe, mais mon esprit était ailleurs, dans des endroits bien plus passionnants. C'est à cette époque que j'ai écrit mon premier roman (SF, fantastique), qui est d'ailleurs toujours non publié à ce jour et que je ne compte pas publier tout de suite. Un jour peut être.





Pourquoi publier en autoédition ? 

J'ai choisi l'auto-édition car je voulais tout contrôler. Je veux choisir, décider. Bien sûr, l'inexpérience me fait commettre des erreurs, mais j'apprends. La partie promotion est intéressante, bien que chronophage. J'ai trouvé sur internet nombre de personnes ayant fait le même choix d'auto-éditer leurs ouvrages et je pense que c'est une vraie richesse : beaucoup plus de choix de lectures s'offrent aux lecteurs ! Le manque de visibilité est bien sûr regrettable, mais c'est à nous de nous faire entendre, haut et fort !





D'où viennent vos idées pour l'écriture ?

De mon expérience d'enseignante au Japon. De mon expérience d'expatriée au Japon. Je trouve fascinant d'observer les gens, regarder comment ils évoluent dans leur milieu naturel, comment ils interagissent entre eux et avec moi... J'adore analyser mon environnement, établir des stratégies pour arriver à mon but. Vivre dans une société, quelle qu'elle soit, est comme participer à un jeu géant auquel on est obligé de jouer, qu'on le veuille ou non : il faut comprendre les règles du jeu pour pouvoir les exploiter et faire son trou dans cette société. Je ne suis pas anthropologue, mais je veux partager avec mes lecteurs mes expériences afin de leur donner les règles du jeu pour qu'ils puissent un peu mieux comprendre la société japonaise.





En quelques mots, pouvez-vous présenter votre/ roman ?

Mon livre "Intuitu Personae" raconte mon parcours pour devenir enseignante au Japon. Il est composé de scénettes réalistes (ou surréalistes des fois) qui montrent chacune un aspect de la société japonaise, présentent les façons de penser des Japonais que j'ai rencontrés. C'est un livre que j'ai voulu distrayant, facile à lire, mais qui apporte de nombreuses informations sur la société japonaise telle que je l'ai expérimentée. Ce n'est pas un travail de recherche, plutôt un travail d'introspection, une tentative de comprendre cette société, ses règles, ses non dits. C'est un ouvrage qui est destiné à toute personne intéressée par le Japon, sa culture et ses habitants.





Avez-vous d'autres projets à venir ?

Je vais commencer en avril un nouveau livre qui va raconter mon quotidien dans un lycée japonais, mois par mois. Ce sera la suite de "Intuitu Personae". J'ai maintenant en effet pris assez de recul pour analyser le microcosme dans lequel j'évolue. Bien sûr, comme pour "Intuitu Personae", il ne s'agira pas d'un travail de recherche objectif, décrivant les lycées japonais dans leur ensemble (et vu la diversité des préfectures, je défie quiconque de le faire), mais je pense que toute personne s'intéressant au Japon y trouvera de quoi satisfaire sa curiosité.

Je compte aussi écrire des romans, mais ce sera après. Pour l'instant, je suis bien trop fascinée par tout ce qui se trouve devant mes yeux et par mon envie d'y faire sens. Les Japonais et leur société me passionnent.





Avez-vous un rituel particulier avant - pendant - après l'écriture d'un roman ?

Mon rituel est assez simple : avant d'écrire, j'écoute de la musique, cherchant les bons mots, le bon rythme des phrases, imaginant les scènes que je vais écrire. Je ne me mets jamais devant mon ordinateur sans savoir précisément ce que je vais écrire, mot pour mot. Pendant la phase d'écriture, je suis en transe et je risque de mordre le premier qui essaie de me déranger. Ca dure pendant 2/3 heures, le temps de vider mon sac de scènes déjà écrites dans ma tête et puis j'ai fini pour la journée. Je ne me force jamais à écrire, car l'écriture forcée me fait produire des horreurs sans nom. Une fois qu'une scène est écrite, elle l'est pour de bon et ne subira pas de grosses modifications par la suite.





Une dernière chose à nous dire ?

Je suis toujours extrêmement reconnaissante vis à vis des lecteurs qui ont fait le choix de me soutenir en achetant le livre d'une inconnue, lui ont fait confiance. Merci !




*****

L'interview touche à sa fin, merci Yoake Nemu pour votre participation et à très vite.

Vous pouvez retrouver l'autrice sur Twitter et son Blog ; son roman est disponible sur Amazon.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire