jeudi 12 avril 2018

[Interviews] Loraline Bradern



Bonjour à tous,



On se retrouve aujourd'hui pour une nouvelle interview et c'est Loraline Bradern que nous accueillons sur le blog.





*****




Bonjour Loraline et bienvenue sur Amabooksaddict,





Bonjour Ama, c’est un plaisir de répondre à tes questions. Du moins j’espère pouvoir y répondre sans raconter trop de bêtises…



  1. Pour commencer, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Alors je ne suis pas douée du tout pour ce genre de truc. Je peux te donner la biographie officielle faite avec ma maison d’édition : « Originaire du Sud de la France, Loraline vit en Provence avec son mari et ses trois enfants. Enfant unique et solitaire, son imagination un peu trop fertile et envahissante l’a incitée à élaborer des scénarios et à être une grande rêveuse dès son plus jeune âge. Friande de lecture depuis toujours, sa tendance à s’évader dans les livres s’est encore accentuée, une fois arrivée à l’âge adulte.

Incurable romantique, passionnée d’histoire médiévale et de l’univers militaire depuis l’adolescence, elle a toujours été une lectrice assidue de romances historiques et de romances militaires ou policières. C’est donc naturellement qu’elle a commencé à écrire dans ses catégories de prédilection. Lors d’une grossesse difficile, pendant laquelle elle a dû rester alitée de longs mois, elle a commencé à jeter sur le papier les grandes lignes d’une romance. Trop occupée par la suite par sa vie familiale et professionnelle, cet embryon d’histoire est resté à l’état de projet pendant plusieurs années jusqu’à fin 2015, date à laquelle elle s’est lancée dans le partage de quelques chapitres sur Wattpad, encouragée par sa mère.
Suite à la perte d’une grande partie de sa famille dans un accident au début 2016, elle a trouvé refuge dans l’écriture. Ecrire des romances lui a permis de s’évader, d’oublier sa douleur et d’évacuer certaines émotions. C’est ainsi qu’en quelques mois sont nés les différents tomes de Combat d’Amour (romance historique) et d’Unité d’Élite (romance militaire). »

Bon ça c’était la version officielle et donc assez sérieuse maintenant voici ma bafouille personnelle…

Je suis une fille plutôt simple et pas trop chiante (enfin je crois). J’ai un gros défaut : je suis hypersensible, ce qui me joue régulièrement de mauvais tours. Un peu trop naïve aussi car j’ai désespérément besoin de croire que l’humain est foncièrement bon. Ce qui m’a valu et me vaut encore parfois de sacrées désillusions et de grandes claques morales quand je me rends compte que je me suis fait avoir par des hypocrites manipulateurs.

Je cumule les gaffes et je suis une spécialiste des pieds dans le plat. Un véritable Gaston Lagaffe au féminin. Véritable stressée de la vie, l’humour est ma bouée de sauvetage.





2. Depuis quel âge écrivez-vous ? Quel a été votre premier roman terminé ?

J’ai toujours aimé inventer des histoires depuis mon plus jeune âge. Mais je n’ai réellement commencé à écrire que vers 2003 pendant ma 2e grossesse. J’ai jeté sur le papier les grandes lignes d’une romance historique : Combat d’Amour. Puis c’est resté dans mon ordi. J’ai ensuite écrit des histoires pour jeunes enfants, textes qu’il faut d’ailleurs que je présente à des maisons d’édition. Puis je me suis remise à l’écriture fin 2015, sous l’incitation de ma maman qui avait lu mon ébauche de Combat d’Amour et qui souhaitait me voir aller jusqu’au bout. J’ai commencé la mise en ligne sur Wattpad fin octobre ou début novembre il me semble et assez rapidement ça a fonctionné, je suis devenue un peu accro à la plateforme en quelques semaines. Puis un événement dramatique a fait dérailler mon quotidien. L’écriture est alors devenue le moyen de survivre, ma bouée de sauvetage pour ne pas sombrer. Je ne dormais plus, je me suis réfugiée dans l’écriture pour ne plus penser et je me suis mise à écrire de manière frénétique faisant parfois deux mises en ligne par jour. C’est comme cela que l’histoire s’est rapidement développée. Puis à un moment j’ai eu besoin d’extérioriser certaines choses et le personnage d’Alyssandra d’Unité d’Elite est arrivé comme une évidence. J’ai pu transférer sur elle certaines de mes émotions. Au final Unité d’Elite a été mon premier roman terminé alors que je pensais finir d’abord Combat d’Amour. Mais UE a été ma première histoire mise sous contrat d’édition et j’ai donc eu des échéances à respecter. Je pense que ça a beaucoup influé.








3. Pouvez-vous nous parler de la publication de vos romans ?

Le tome 1 d’Unité d’Elite est paru début mars 2018 aux éditions BMR et le tome 2 devrait paraître en mai mais je n’ai pas encore la date précise.

Pour ce qui est du chemin vers l’édition, j’ai eu la chance d’avoir été repérée sur Wattpad par BMR pour Unité d’Elite et j’ai donc eu la surprise de recevoir un message sur Wattpad de la part de l’éditrice de BMR. Nous avons échangé nos mails puis elle m’a fixé un rendez vous téléphonique. Nous avons dû discuter bien deux heures pendant lesquelles l’éditrice m’a parlé de la fiche de lecture qui avait été faite sur UE et nous avons discuté des termes du contrat. J’ai ensuite eu un temps de réflexion puis j’ai donné mon accord. J’’ai reçu les contrats que j’ai signés puis renvoyés. A partir de ce moment là tout est allé très vite, j’ai envoyé mon manuscrit après l’avoir bien nettoyé, traqué toutes les fautes. L’éditrice a choisi l’endroit où couper car il était trop long et non terminé encore pour pouvoir être édité en un seul tome. Le travail de correction éditoriale a alors réellement commencé. Une préparatrice a pris mon texte en main et l’a corrigé, fait des coupures, des suggestions de modification syntaxique, de reformulation et d’ajout d’éléments. A partir de là j’ai dû le corriger et le retravailler à certains endroits. Puis il y a eu une seconde session de correction avec l’éditrice puis une nouvelle relecture de ma part et enfin la dernière lecture pour traquer les dernières coquilles. Ce qui fait que mon manuscrit a été lu une fois pour la fiche de lecture avant contrat puis relu par 3 personnes au sein de la maison d’édition avant parution. BMR a aussi choisi la couverture. J’ai eu une première proposition que j’ai refusé car elle ne mettait pas en évidence le caractère militaire et le graphiste a fait une deuxième proposition que j’ai dû valider. L’éditrice a ensuite fait un résumé et là aussi j’ai pu faire modifier quelques détails avant validation. Une fois que tout est prêt, la maison d’édition a lancé les précommandes puis la mise en ligne le jour J et voilà !

Actuellement je suis dans la dernière phase des corrections éditoriales pour le tome 2 et c’est le même processus.

Pour Combat d’Amour, les choses se sont passées un peu différemment. J’ai envoyé mon manuscrit à différentes maisons d’édition, j’ai eu plusieurs propositions et à chaque fois les maisons d’édition m’ont dit avoir déjà repéré le texte sur Wattpad mais qu’elles attendaient que je le propose en soumission. La ME avec laquelle j’ai finalement signé ne va habituellement pas prospecter sur Wattpad mais j’avais apparemment suscité leur curiosité. J’avais envoyé un mail pour savoir s’ils acceptaient de faire une exception et que je puisse leur envoyer mon manuscrit en numérique car il était trop lourd et un envoi postal aurait été trop onéreux entre la France et l’Amérique. J’avais simplement mentionné que le texte était sur la plateforme sans préciser le titre ni le thème. Quand ils m’ont répondu, il était évident qu’ils étaient allés se renseigner car ils connaissaient le titre et savaient qu’il s’agissait d’une trilogie. Le texte est passé en comité de lecture et j’ai eu une réponse 7 mois après. Là aussi j’ai fait de nombreux échanges de mails ou téléphoniques entre les maisons d’édition qui me proposaient un contrat. Cette trilogie me tient particulièrement à cœur et j’ai longtemps hésité à signer avec une ME car l’auto-édition me tentait bien pour pouvoir garder le contrôle sur tout compte tenu de ce que cette histoire représente pour moi affectivement. J’ai posé beaucoup de questions sur le contrat, sur le travail éditorial, je me suis renseignée auprès d’auteurs qui avaient signé chez eux pour pouvoir prendre ma décision. Ma ME se trouvant Outre-Atlantique, la signature de contrat s’est faite par voie électronique. Le manuscrit du tome 1 est actuellement en cours de correction et j’attends donc le manuscrit annoté avec un peu d’appréhension.






4. Vous avez commencer par publier sur Wattpad, pourquoi ? Qu'est-ce que ça vous a apporté ?

Cela faisait des années que j’avais un début d’histoire dans mon ordi mais je n’arrivais pas à m’y remettre, à trouver le temps, la motivation pour le faire. J’ai cherché de l’aide sur internet. Je suis tombée par hasard sur Wattpad en rentrant « forum d’écriture » sur google. Dans le même temps ma mère me poussait à reprendre l’écriture et du coup j’ai tenté.

Wattpad m’a apporté beaucoup. J’y ai trouvé le soutien et la motivation dont j’avais besoin. Les votes, les commentaires des lectrices m’ont encouragée. Savoir que les mises en ligne des chapitres étaient attendues avec impatience m’a boosté. J’ai commencé à prendre un rythme d’écriture plus régulier. Les critiques constructives m’ont aussi aidé à ajuster ma trame, modifier certains détails pour améliorer le texte.

Wattpad a été ma planche de salut quand mon univers s’est écroulé. J’y ai fait de très belles rencontres, des filles extras qui m’ont aidée, soutenue, parfois portée à bout de bras quand je craquais et que j’étais au fond du gouffre. Bien sûr je n’y ai pas trouvé que du bon. J’y ai aussi trouvé du mauvais, des personnes jalouses et manipulatrices prêtes à tout par ambition, mais ça n’a été qu’une infime partie. Je peux dire qu’en immense majorité j’ai eu la chance d’être entourée par des filles formidables.

Et enfin Wattpad m’a apporté une certaine visibilité qui a permis que mes histoires soient repérées par des maisons d’édition.

Donc je pense que je peux dire que Wattpad m’a apporté l’inestimable. La plateforme m’a permis de réaliser mon rêve de gamine : publier une de mes histoires.







5. D'où viennent vos idées pour l'écriture ?

J’ai toujours été une grande rêveuse et d’aussi loin que je me souvienne j’ai toujours eu des difficultés à m’endormir le soir car je n’arrivais pas à mettre mon cerveau sur pause, à déconnecter. Le seul moyen pour moi d’arriver à m’endormir était d’imaginer des scénarios. Soit à partir de livres que j’avais lu soit à partir de films que j’avais vus. C’était toujours pareil, je prenais un morceau d’une histoire et je m’imaginais une autre suite. Et je reprenais soir et soir la même trame et j’avançais dans l’histoire. C’est quelque chose que je fais toujours. Donc je visualise mes histoires, je les construis dans ma tête, comme un film et ensuite je décris ce que je vois, ce que j’entends dans mon film. Je retranscris en mots ce que je vois dans ma tête. Je pense que c’est pour cette raison que je suis assez descriptive dans mes textes et que mes histoires avancent assez lentement au niveau de la trame.

Donc mes idées de départ viennent essentiellement de mes lectures, des films que je vois, parfois des endroits que je visite et à partir de là je brode mon histoire, j’étoffe. Les recherchent prennent une grande place dans mon processus d’écriture. J’essaie de me documenter le plus possible et parfois certains documents me donnent de nouvelles idées. Par exemple pour Unité d’Elite, en faisant des recherches sur les embarcation Pandur utilisées en intervention, je suis tombée sur des vidéos d’entraînement et des vidéos d’enrôlement. J’ai décrit certaines de ces séquences dans le tome 2. Ces scènes ont d’ailleurs été reprises pour faire le trailer de UE et collent donc parfaitement au déroulé de l’histoire.

Ensuite certaines de mes idées viennent aussi de mon vécu, que ce soit par rapport à ma famille ou mon entourage. Par certains aspects Alyssandra c’est un peu moi.

*** Attention spoil * /// surlignez la suite pour pouvoir le lire **

L’histoire du pari je l’ai vécu, pas tout à fait comme ça mais quelque chose d’approchant et non pas avec des Seals mais avec des élèves officiers de l’armée de l’air française. Les parents surprotecteurs, un peu étouffants j’ai connu aussi. La culpabilité du survivant, la peur d’aimer et de souffrir en perdant l’être aimé, c’est mon quotidien désormais.




6. En quelques mots, pouvez-vous présenter vos romans ?

Difficile de présenter Unité d’Elite et Combat d’Amour sans spoiler. Je pense que le mieux est de mettre le résumé d’accroche qui donne une petite idée du contenu.

Unité d’Elite :

Ils se sont rencontrés dans le noir.

Captifs d'un groupe terroriste, ils ont partagé la même cellule et, par sécurité, utilisé des faux noms.

Elle était Jessi. Lui, Woody.

Au milieu de l'enfer, sans jamais se voir, ils se sont chamaillés, désirés.

Il l'a sauvée au péril de sa vie.

Presque trois ans plus tard, Alyssandra travaille au sein d'une unité des forces spéciales de la Navy, le Black Squadron.

Elle croit son Woody mort.

Leur histoire, fantasmée.

Leur passé, enterré.

Jusqu'à ce qu'une mission ébranle toutes ses certitudes...

Sinon pour résumer un peu, Unité d’Elite est une romance militaire qui se passe dans le milieu des Navy Seals et particulièrement du DEVGRU, plus connu sous le nom de Team 6, l’unité d’élite des Seals. C’est une romance qui pourrait être considérée comme un mélange de 3 genres car elle mêle suspens, action et amour. L’histoire commence par un huis clos sur 10 chapitres qui permet de mettre le cadre pour la suite de l’histoire qui débute réellement au onzième chapitre. Mais ces dix chapitres sont primordiaux car ils contiennent des petits détails importants pour comprendre la suite. Le tome 1 d’Unité d’élite est basé sur le suspens et l’action et la mise en place de la romance. C’est une histoire où il y a pas mal de rebondissements et j’ai essayé de construire les chapitres de manière à ce que le lecteur s’interroge et mène l’enquête. Je me suis amusée à semer des fausses pistes, à cacher des indices. Le tome 2, lui, est très axé sur le romance et donne des réponses à certaines questions posées dans le 1.

Combat d’Amour :

Alinor est une damoiselle saxonne formée à toutes les tâches domestiques habituellement dévolues aux dames nobles mais elle est également dotée d'un fort caractère et rompue au maniement des armes, qualités bien peu féminines... Lors de l'invasion normande, elle prend en charge le fief familial pendant que son père et son frère partent au combat pour tenter de repousser les troupes de l'envahisseur.

Gauthier de Fougères, fidèle chevalier de Guillaume de Normandie, a pour tâche de prendre le fief de Thurston au nom de son sire. Il se heurte violemment à Alinor qui ne veut pas baisser les bras devant l'ennemi.



Prise entre sa fierté et ses sentiments comment Alinor parviendra-t-elle a se sortir de ce piège tout en sauvant ses gens et son coeur ?







7. Avez-vous d'autres projets à venir ?

Oui beaucoup. Tout d’abord je dois terminer le tome 3 de Combat d’Amour. Ensuite j’ai commencé sur Wattpad le début d’une autre romance historique intitulée « L’amant du clan ennemi » et le prologue d’un autre opus d’Unité d’Elite. Le personnage principal masculin sera un autre de mes Seals et on retrouvera brièvement Alyssandra.

J’ai aussi un projet de 4 mains avec mon amie Axelle Auclair (Ceylogique).

J’envisage également d’autres tomes dérivés de Combat d’Amour, l’un avec Aileen et l’autre avec Edwin, la sœur et le frère de mon héroïne principale. Mais rien n’est encore sûr.

J’ai aussi trois autres idées en tête (deux romances historiques et une romance hybride entre policier/suspens et thriller) mais ce sont des projets lointains pour l’instant.






8. Avez-vous un rituel particulier avant - pendant - après l'écriture d'un roman ?

Aucun rituel particulier si ce n’est de faire pas mal de recherches avant de me lancer. Pendant l’écriture, ce n’est pas un rituel mais j’ai tendance à demander l’avis de certaines amies bêta lectrices quand j’ai un doute. Je carbure aussi au chocolat et aux bonbons quand j’ai un peu de mal à écrire.









9. Une dernière chose à nous dire ?

Je pense qu’il ne faut pas avoir peur de tenter, d’oser mais surtout il faut savoir mettre son égo dans sa poche, savoir se remettre en question. Il est difficile d’exposer ses écrits aux regards des autres surtout quand les retours ne sont pas aussi bons qu’on l’espérait. Mais il faut savoir prendre les bons conseils, corriger les erreurs et maladresses et s’adapter pour rebondir et progresser. Trop souvent j’ai vu sur Facebook ou Wattpad des auteurs qui réclamaient à cors et à cris des vues, des commentaires pour s’améliorer soi-disant. Mais si les commentaires en question ne sont pas positifs, c’est le drame. Si une bonne âme leur corrige les fautes, ils le prennent mal.

Et là je me dis que ces jeunes auteurs vont dans le mur. Parce qu’un auteur qui est persuadé que l’orthographe c’est pas important car tout le monde fait des fautes, un auteur qui est persuadé d’écrire des histoires originales sans cliché, un auteur qui se braque si on émet une critique sur son histoire, est incapable de se remettre en question et n’ira pas jusqu’à la publication en maison d’édition. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il faut être capable d’accepter l’idée que son texte peut être amélioré et tout faire pour que ce soit le cas. Et si on réagit déjà mal à de simples critiques sur Wattpad, qu’est ce que ça va être à la correction éditoriale !!! La première fois que tu reçois ton manuscrit barré de rouge (à condition d’être dans un bonne ME qui fait une réelle correction et qui ne fait pas semblant), je te garantis que tu as envie de te jeter par la fenêtre. Tu as l’impression que le monde te tombe sur la tête, tu te dis que tu écris de la daube, que c’est pas possible. Puis vient le temps de la remise en question et tu te rends compte que la correctrice a eu raison (bon pas sur tout, faut pas exagérer non plus LOL), que ça fluidifie, que tu faisais des répétitions, que tu reprenais la même idée avec d’autres mots mais c’était une redite malgré tout etc… à partir de là, tu peux évoluer, progresser, améliorer le texte. Et puis il y a les auteurs qui vont refuser de se remettre en question persuadés de tout savoir mieux que les pros et qui vont crier au scandale, refuser toutes les suggestions, les propositions. Et bien ces auteurs là, vont se faire débarquer. Rupture de contrat et basta !

Alors si je n’ai qu’un conseil à donner à ceux qui débutent… accepter de vous remettre en question, ne voyez pas toutes les critiques comme des attaques personnelles mais plutôt comme un moyen de vous améliorer.






Question bonus. Par rapport à votre roman Unité d'élite, j'ai trouvé que c'était très réel et qu'il y avait beaucoup d'informations sur les armes, les missions, etc.. ce sont combien de temps de recherches ?

Franchement je n’ai pas tenu le compte. J’ai passé des heures et des heures, des nuits entières parfois (vive le décalage horaire avec les USA !), à me documenter sur internet, sur des forums militaires, dans des bouquins, à faire des comparaisons entre armée française et américaine, à faire des vérifications, à discuter avec mes sources. Je pense que j’ai dû approcher une bonne centaine d’heures. Peut-être même plus.






*****


"Au niveau des réseaux, pour l’instant je suis sur :

Sur Facebook j’ai une page auteur : https://www.facebook.com/LoralineBradernAuteur/ 
Et un groupe consacré à unité d’élite : https://www.facebook.com/groups/739732689565439/about/ 
Et enfin mon compte wattpad : https://www.wattpad.com/user/Loraline_Bradern



Sinon avec ma complice Axelle Auclair plus connue sous le pseudo de Ceylogique, nous allons nous lancer dans 4 mains et nous avons donc créé un compte commun FB : https://www.facebook.com/auclair.bradern.7 
et un blog commun qui va concerner notre histoire commun mais également nos histoires individuelles : https://amoursdenfer.wordpress.com "




Vous pouvez retrouver son roman sur Amazon, Fnac, Kobo, Apple, Google Play et Cultura. D'ailleurs le tome 2 d'Unité d'Elite est déjà en pré-commande sur Amazon.





Ma chronique du premier tome est disponible juste ici







Couvertures WATTPAD





6 commentaires:

  1. J'ai beaucoup aimé cette interview ou Loraline se dévoile un peu et nous fait connaître la façon dont elle prépare la trame de ses héros de ses deux livres Unité d'ÉLITE et Combat d'Amour que j'ai eu le plaisir de lire.
    Cet auteur mérite vraiment que l'on s'intéressé à ses oeuvres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis totalement d'accord et je compte lire ses autres romans avec grand plaisir !

      Supprimer
  2. Loraline Bradern un auteur qun promet.

    RépondreSupprimer
  3. J'attends avec impatience la sortie de Combat d'amour.

    RépondreSupprimer