mardi 20 mars 2018

[Interviews] Larème Debbah



Hello,

On se retrouve aujourd'hui pour une nouvelle interview d'auteurs et c'est Larème Debbah que nous accueillons sur le blog. 

(Vous l'avez surement déjà vu sur Facebook et Twitter mais les interviews sont proposées avec plaisir et c'est à l'auteur ou à l'illustrateur de me contacter par mail si ça l'intéresse. Je n'en ai plus beaucoup en ce moment, c'est pour ça qu'il y a eu un certain temps avant d'en avoir à nouveau sur le blog. Je le redis, une fois encore, si vous êtes intéresser, n'hésitez pas à me contacter sur booksaddictavis@outlook.fr ; j'envoie les questions le plus rapidement possible.)




*****


Bonjour Larème et bienvenue sur Amabooksaddict,




1. Pour commencer, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

J'ai 45 ans, maman de 2 grands enfants qui étudient en haute école et marié à un indépendant. Et comme je ne travaille plus, le silence de la maison me permet de lire et d'écrire à mon aise, sans précipitation, dans le calme.





2. Depuis quel âge écrivez-vous ? Quel a été votre premier roman terminé ?

J'écris depuis l'adolescence. Mais pas des romans. Des choses qui me passaient par la tête que j'étalais sur du papier. Sans plus, sans quelconque ambition. Ensuite, il y a une vingtaine d'années, j'ai commencé un roman, puis 2, puis 3. Mais je n'avais pas confiance dans mes écrits. Ils ne me parlaient pas vraiment. J'ai ensuite acheté un livre qui expliquait comment écrire un scénario car j'aime beaucoup écrire des dialogues. Ensuite, ce scénario s'est transformé en roman. De fils en aiguille, je n'ai plus eu le temps d'écrire : les enfants, la famille, le travail. J'ai donc continué à lire mais sans plus. Cependant, depuis 10 ans, je suis atteinte de sclérose en plaques et cela fait 5 ans que je ne travaille plus. La maladie ne me permet pas d'écrire autant qu'un écrivain et c'est pour cela que je vais doucement, lentement, que mes livres ne sont pas longs, facile à lire, sans intrigue complexe. J'aime à dire que j'écris des livres de métro, ceux qui traînent dans un sac, sur la table du salon, dans la salle de bains. Et c'est ainsi que le 12 septembre 2017, j'ai auto-édité mon premier roman en version numérique "Une vie après l'autre". Il sortira prochainement en version papier, avant les grandes vacances probablement.





3. Pourquoi publier en autoédition ? 

J'ai envoyé un roman (qui n'est pas encore publié, ce sera le 3ème) à plusieurs maisons d'édition. Elles ont toutes refusé mais 2 grandes maisons d'édition m'ont suggéré de proposer mon livre à "Nouvelles plumes" (ME) et à Librinova, une maison d'auto-édition. Je ne savais absolument pas ce qu'était l'auto-édition et c'est ainsi que je me suis lancée et je ne le regrette pas.





4. D'où viennent vos idées pour l'écriture ?

Je ne sais pas d'où me viennent les idées. Elles me semblent évidentes lorsqu'elles apparaissent sur mon écran. Mais j'apprécie les thèmes tels que le deuil, la recherche de soi, l'implication psychologique de certains personnages, l'empathie, faire en sorte que malgré que la situation semble irréversible, chaque problème (même le plus douloureux) à sa solution.





5.En quelques mots, pouvez-vous présenter vos romans ? 

- Une vie après l'autre : " Hélène mène une vie calme, bien rangée entre sa fille Pauline et sa boutique. Un jour, un accident de voiture va bouleverser son quotidien ainsi que sa confiance en elle. Grâce à Damien, le pédiatre de sa fille, elle arrivera à maîtriser sa colère et sa culpabilité qui la poursuivront tout au long du récit.
L’histoire nous guide à travers les épreuves imposées par la perte d’un enfant, et ce tout en sachant qu’il est concevable de prendre le dessus après tel drame."
   - Et si : "Jeanne est une jeune fille de 18 ans qui a  tout pour elle, dont un avenir tout tracé dans la lignée familiale. Mais un jour, sa vie bascule... Elle fera un séjour loin de sa famille afin de prendre le recul nécessaire. Et si sa vie était ailleurs ?"
J'ai mis les résumés des livres afin de ne pas trop rentrer dans les détails.





6. Avez-vous d'autres projets à venir ?

Oui ! J'ai beaucoup de projets mais je travaille en fonction de mon corps. C'est lui qui me dit si je suis dispo ou pas. C'est ainsi que l'on vit avec la sclérose en plaques. Depuis début janvier, je fais partie du club des Indés et peut-être y aura-t-il des projets avec eux ? Le 3ème roman est déjà bouclé. Il ne reste plus que la mise en page et la couverture à faire. Et en attendant sa sortie, à l'automne probablement, je vais commencer un 4ème roman, toujours en prenant mon temps. Sans oublier la lecture qui fait aussi partie intégrante de mon quotidien.





7. Avez-vous un rituel particulier avant - pendant - après l'écriture d'un roman ?

Je n'ai aucun rituel bien particulier. J'écris quand c'est possible et les sessions ne sont jamais très longues.





8. Une dernière chose à nous dire ?

Je souhaite simplement remercier mes enfants et mon mari qui m'aident beaucoup au niveau de la communication, de la gestion de Facebook, Twitter, Instagram ainsi que mon site.
Sans eux, il n'y aurait pas autant de communications concernant mes livres, même si je tente de faire un maximum moi-même.
Et pour terminer, je souhaite aussi faire passer un message simple : la maladie peut nous freiner dans nos habitudes, dans notre quotidien, dans notre vie professionnelle et familiale. Mais dans mon cas, j'ai réussi à trouver un exutoire qui me permet d'oublier, le temps d'un instant la maladie.





Les Réseaux :





*****

L'interview touche à sa fin, merci Larème pour votre participation et à très vite.








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire