vendredi 30 mars 2018

[Chronique] Let's be a family - Toma Kurahashi

Let's be a family - Toma Kurahashi








Titre: Let's be a family
Auteur: Toma Kurahashi
Éditions Taifu comics
Genre: manga, yaoi
Âge: 16+
One-shot



SERVICE PRESSE



Résumé:


En couple depuis huit ans, Kazuma et Chiaki vont se voir confier le bébé de leur amie d'enfance, incapable d'assumer sa maternité. Dès lors, une nouvelle vie commence pour nos deux nouveaux papas de substitution. Se découvriront-ils des instincts maternels ? Une chose est sûre, leur quotidien ne sera plus le même. Les joies de la vie de famille résonneront désormais entre leurs murs !




Chronique d'Aurélie


Tout d’abord un grand merci à Taifu comics pour ce beau partenariat et pour leur continuelle gentillesse et disponibilité.

J’avais très envie de découvrir ce titre aussi intriguant qu’alléchant ! La couverture, déjà, est une belle réussite, je la trouve parfaite. Tendre, pétillante, on discerne une réelle complicité entre les personnages. Et elle est tout à fait à la hauteur de ce manga drôle, léger, mais touchant. Qui aborde un sujet qui forcément, ne peut pas laisser indifférent : l’homoparentalité.

C’est donc avec un très bon pressentiment que j’ai démarré ma lecture. Je suis immédiatement tombée en amour avec les graphismes fabuleux de ce manga. Les dessins sont tout doux, super jolis. Alors certes, certains dessins sont un peu spéciaux par moments, moins bien réalisés, mais j’aime beaucoup la qualité de cet ouvrage pour les traits délicats et tout tendres des personnages. Ils sont juste beaux !! Ça pose une ambiance vraiment très agréable. À la fois drôle, émouvante, et légère, malgré les sujets abordés, les problématiques soulevées, les soucis rencontrés.

Let’s be a family, ce n’est pas un manga gniangnian qui aborde l’homoparentalité comme une situation spontanée et facile. Les problèmes vécus par Chiaki et Kazuma sont réels, et même si le manga est court, que les scènes défilent rapidement, on ressent les défis qu’ils ont à relever : l’arrivée d’Ayuma est inattendue, déjà les deux amoureux ne s’attendaient pas à la grossesse de leur amie Tomoe, et en prime, ils n’imaginaient pas qu’ils « hériteraient » de la petite fille quand Tomoe prend la décision, sans les consulter, de reprendre sa vie très nomade.

Kazuma et Chiaki ne sont donc pas du tout préparés à la vie de famille, ni à gérer un bébé au quotidien. Pour autant, leur union fait leur force. Certes, ils ont des conflits et différends, par exemple, le fait que Kazu veut garder sa liberté et refuse de s’installer chez Chiaki alors qu’ils sont en couple depuis neuf ans. Mais face à ce bouleversement dans leurs existences, ils vont se remettre en question, réfléchir, chercher et trouver les meilleures solutions pour s’en sortir tous les trois. Et l’amour qui les lie l’un à l’autre, ainsi qu’à Ayuma, est fort, très fort, leur permettant de faire face à tous les obstacles.

Certes, parfois, leurs solutions sont un peu cahoteuses. Autant Kazuma assure en tant que « maman », autant pour Chiaki, c’est plus compliqué. Même s’il veut s’investir et permettre à Kazu d’évoluer aussi professionnellement, ce n’est pas évident pour lui à vivre au quotidien. Il est maladroit dans sa façon d’être, se dévalorise de ne pas arriver à être aussi doué que Kazu dans ce rôle qu’il doit endosser. Mais ensemble, en se soutenant, ils vont peu à peu devenir deux vrais papas super touchants… une vraie famille heureuse. Et une équipe de choc !

Il y a aussi le poids que représente au quotidien la présence d’un bébé qui se réveille un peu n’importe quand et les oblige à faire preuve d’inventivité pour continuer à avoir une vie sexuelle épanouissante. Ce manga est peuplé de scènes érotiques pas forcément extrêmement détaillées, mais jolies, agréables, intenses et plaisantes. Attention, dans la première édition du manga, le label « public averti » a été oublié, mais ce manga n’est pas du tout « tout public ». Cela sera corrigé lors des prochains tirages du manga, en attendant, Let’s be a family n’est pas à mettre entre toutes les mains !

Enfin, entre autres sujets, est abordé le regard des autres. Ce n’est pas évident d’être deux papas. Ça soulève des questions. Ce n’est pas plus facile d’être la fille de deux hommes. Mais le sujet est abordé avec intelligence, douceur et parfois humour, de manière très touchante. Cela reste un livre sur l’acceptation et la solidité du lien familial, et non un ouvrage dénonçant l’homophobie, ça reste donc très léger. N’empêche, j’ai adoré la réponse d’Ayuma lorsqu’on lui a fait remarquer que ce n’était pas normal d’avoir deux papas et pas de maman !

L’amitié de Chiaki, Kazu et Tomoe est aussi un pilier de ce manga, et j’ai adoré cet axe. Ces trois-là sont très différents, tout pourrait les séparer, mais ils sont toujours unis, ils se préoccupent toujours les uns des autres… Ils forment, en fait, une vraie famille. C’est donc très naturellement, au final, qu’Ayuma atterrira dans cette famille qui s’agrandit et s’épanouit, chacun à sa place, chacun parfaitement dans son rôle…

Un très bon manga, qui m’a beaucoup touchée et énormément fait sourire. Un peu de douceur pour aborder un thème profond et sensible. Une très belle découverte.



Points positifs : de très jolis dessins ; une belle histoire touchante sur le thème de l’homoparentalité ; des personnages travaillés, tous très différents, tous attachants.

Points négatifs : les scènes sont parfois un poil décousues (passages rapides d’une scène à l’autre avec changement de temps parfois de plusieurs mois ou retours en arrière pas signalés, mais c’est peu gênant).





Note : 4,7/5


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire