mardi 23 janvier 2018

[Interviews] Tia Wolff



Bonjour à tous,

On se retrouve aujourd'hui pour une nouvelle interview et c'est Tia Wolff que nous accueillons sur le blog.





*****



Bonjour Tia et bienvenue sur Amabooksaddict,





Bonjour et merci de m’accueillir ici le temps de cette interview.



Pour commencer, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Tia et j’ai publié mon premier roman (Anthea – Livre 1 : Les Mastels) en auto-édition il y a deux ans. Je suis responsable communication de 9h à 18h en semaine et auteur indépendante le reste du temps. Je suis curieuse et j’aime me lancer dans des projets divers et variés.





Depuis quel âges écrivez-vous ? Quel a été votre premier roman terminé ?

J’écris depuis que j’ai appris à écrire... J’ai remplacé l’ennui de grandir dans un petit village par une passion enrichissante. Ma première histoire faisait quelques lignes et manquait cruellement de suspense, et de contenu… Le premier roman original (j’ai aussi écrit beaucoup de fanfictions à une époque) que j’ai terminé s’appelait Griffures du passé, il racontait l’histoire d’une jeune femme rattrapée par son passé, on alternait entre le présent et le passé. Il n’a jamais été publié. Pour être honnête, il y a beaucoup de travail dessus pour en faire une histoire exploitable.





Pourquoi publier en autoédition ?

A la base, je ne voulais pas publier Anthea avant d’avoir écrit tous les tomes. Et puis un jour je me suis lancée, juste pour voir… C’était facile et sans risque. J’aime la liberté de l’auto-édition et le contrôle qu’elle procure tout au long du processus. J’ai pu créer mes propres couvertures, inclure toutes les scènes que je voulais et choisir le rendu final de mon livre. Bien évidemment, il y a aussi des inconvénients mais le jeu en vaut la chandelle.





D'où viennent vos idées pour l'écriture ?

De partout. Vraiment. Ca peut-être une scène dont je suis témoin, un dialogue que j’entends, une idée loufoque au fil d’une conversation, un sentiment au réveil, le mouvement des mains de quelqu’un… J’ai une imagination débordante, vous voulez une idée ? Je peux en développer une presque à la demande. Bon, rien ne dit qu’elle sera bonne et viable mais dans le lot, il y en a toujours une qui finit par ressortir. J’essaye de ne pas me baser sur la réalité, juste de m’en inspirer, mais j’aime mettre des références dans mes livres.





En quelques mots, pouvez-vous présenter votre/vos roman(s) ?

Les deux romans que j’ai publiés sont les premiers tomes d’une saga fantasy nommée Anthea. Elle raconte l’histoire de Cassandra et Max, deux adolescents amis depuis toujours qui vont se découvrir un héritage magique. L’histoire se concentre sur cette découverte, l’apprentissage qui en découle et surtout les conséquences que cela va avoir sur leur quotidien d’ados. Leurs dons vont bouleverser leur relation, la dynamique avec leurs proches et tout remettre en perspective.





Avez-vous d'autres projets à venir ?

Terminer Anthea. Il me reste encore deux livres à publier. J’écris toujours plusieurs histoires en parallèle alors oui, j’ai d’autres projets. J’essaye de ne pas trop me disperser car mes tiroirs sont déjà remplis de morceaux d’histoires inachevées. Cependant il arrive que mes personnages soient très insistants… De bien avancées, il y a l’histoire de Lucie et Andrew qui est une romance entre une auteur et un photographe, et celle de Len, une agent très spéciale au caractère bien trempé.




Avez-vous un rituel particulier avant - pendant - après l'écriture d'un roman ?

En temps normal, non. Mais ces derniers temps, je me suis lancé le défi d’écrire tous les jours et, petit à petit, un rituel s’est créé. Je m’installe dans un endroit où je sais que je peux être tranquille pendant au moins une heure. J’ouvre mon roman, je prépare le chrono sur mon téléphone et puis je lance une vidéo sur YouTube. Toujours la même. Je ne sais pas
pourquoi mais elle me met en condition pour écrire. Ensuite, je bascule sur une chaine qui propose des reprises au piano de tubes pop actuels. Pas de paroles, c’est primordial. A partir de là, je lance le chrono et je laisse le piano user de sa magie sur mon cerveau.





Une dernière chose à nous dire ?

Merci aux blogueurs qui mettent les auto-édités en avant, que cela soit par des services presse, des interviews, des commentaires sur les différentes plateformes ou de simples tweets. Merci aux lecteurs qui découvrent mes personnages et les adoptent le temps de quelques pages.

Et merci Amandine de m’avoir prêté un bout d’Amabooksaddict pour parler de mes livres.

Si vous voulez continuer la discussion, n’hésitez pas à venir me voir sur mes réseaux sociaux, je suis toujours ravie de papoter.



*****

L'interview touche à sa fin, merci Tia pour votre participation et à très vite.

Vous pouvez retrouver l'autrice sur ses réseaux et ses romans sont disponibles sur Amazon.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire