samedi 13 janvier 2018

[Interviews] Anne-Cerise Luzy

Bonjour à tous,
 
On se retrouve aujourd'hui pour une nouvelle interview et c'est Anne-Cerise Luzy que nous accueillons sur le blog.
 
 
 
 
 
*****
 
 
 
Bonjour Anne-Cerise et bienvenue sur Amabooksaddict,
 
 




1. Pour commencer, pourrais-tu présenter en quelques mots ?

Anne-Cerise, 38 ans, je vis au Vanuatu depuis un peu plus de 2 ans. J’écris de la fantasy jeunesse et de la romance MM, essentiellement sous forme de fanfictions pour l’instant.

 
 
 
 
2. Depuis quel âge écris-tu ? Qu'est ce qui t'a poussé à écrire la première fois ?

J’ai commencé à écrire il y a environ 5 ans, encouragée par le psychiatre qui me suivait à ce moment là (prise en charge globale pour ma fibromyalgie) et m’a diagnostiqué mon profil neuroatypique. Ca m’a aidée à utiliser mon cerveau trop bouillonnant pour quelque chose de constructif.

 
 
 
 
3. Pourquoi publier en autoédition ?

Un peu par hasard au départ : j’ai suivi le MOOC du site Draftquest, soumis mon manuscrit (inachevé à ce moment là) au concours en partenariat avec Librinova et gagné un des 5 prix. Une année de formule d’autoédition avec Librinova en l’occurrence.

En parallèle j’ai envoyé à divers éditeurs, j’ai refusé quelques contrats qui ne m’apportaient que des contraintes par rapport à l’indépendance. Aujourd’hui je ne cherche finalement plus à fonctionner autrement, j’aime garder ma liberté malgré les difficultés que cela représente aussi.

 
 
 
 
4. D'où te viennent tes idées de romans ?

De diverses influences : beaucoup de mythologies du monde, de mes voyages, de mes lectures (beaucoup de mangas ces dernières années), d’expériences personnelles ou d’autres personnes autour de moi, de faits divers... Bref, tout est source potentielle d’histoires !
 
 
 
 

5. En quelques mots, pourrais tu nous présenter ton œuvre ?

Comme je suis très nulle pour parler de mes écrits, voici le quatrième de couverture :

Dans la tribu isolée des Sajaras, l'âme de chaque être humain est liée à celle d'un anima - un animal avec lequel les hommes communiquent par télépathie et dont ils partagent certains attributs.

Cateline, une adolescente, est liée à la chatte sauvage Kaslane, ce qui est une exception parmi les siens.
Avec sa meilleure amie Varagna, elle assiste à l'enlèvement de leurs parents par des inconnus. Les deux jeunes filles se lancent à leur secours.
Mais qui sont ces hommes sortis de nulle part, notamment celui à la longue chevelure blanche qui les conduit ? D'où viennent-ils ? Pourquoi ont-ils enlevé les Sajaras ?
Dans cette quête, Cateline trouvera peut-être plus de réponses que prévu, pour comprendre qui elle est et pourquoi son pendentif, une opale de feu en forme de lion ailé, semble lui provoquer des rêves étranges.

 
 
 

6. As tu de nouveaux projets à venir ?

Pour cette saga, L’Opale de Feu, je suis en train d’écrire le quatrième et dernier tome. En parallèle j’écris des fanfictions, celle qui est en cours est un cross-over entre Yuri on Ice et l’univers d’Harry Potter et j’ai commencé une romance MM dans le milieu du concours complet d’équitation. J’ai plein d’autres idées en tête mais c’est encore un peu flou.

 
 
 
 
7. Aurais-tu un ou plusieurs conseil(s) à donner pour de futurs écrivains ?

La base : écrivez ce que vous aimer, ce qui vous éclate avant tout ! Ne cherchez pas la recette du best-seller qui vous rendra millionnaire : ça n’existe pas. Il est au contraire très très difficile de vivre de sa plume. Si vous tentez de faire du « commercial » non seulement vous n’allez pas y prendre de plaisir, mais le lecteur le sentira et n’y adhérera pas.

D’un point de vue technique, le MOOC de Draftquest m’a vraiment aidée à me lancer. Il a lieu régulièrement, c’est gratuit, donc je ne peux qu’encourager à s’y inscrire. En plus de conseils pratiques, il y a une bonne ambiance et cela permet de se créer une communauté.

Ce qui m’amène au second conseil : ne pas rester seul. Que nos écrits soient « bons » ou « mauvais », nous ne sommes jamais objectifs. Un regard extérieur bienveillant permet de s’améliorer et de prendre confiance en soi.

Enfin, le conseil qui m’a le plus aidée : aller au bout du premier jet de son histoire. Ensuite il sera toujours temps de le retravailler autant que nécessaire. Souvent, on ne voit pas les points problématiques d’une histoire avant de l’avoir écrite en entier.

 
 
 

8. Pour finir, un dernier mot ?

Tout le monde peut écrire, mais il faut avoir conscience qu’écrire un roman représente BEAUCOUP de travail, de persévérance et de temps. Si une histoire vous tient à cœur, il faudra savoir s’accrocher pour aller au bout : ça en vaut la peine.
 
 
 
 
*****
 
L'interview touche à sa fin, merci Anne-Cerise pour votre participation et à très vite.
 
Vous pouvez la retrouver sur son blog et Twitter ; ses romans sont disponibles sur Amazon.
 


 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire