mardi 26 décembre 2017

[Chronique] Golden Chains - Rohan Lockhart

Le Pavillon des Chimères, tome 1: Golden Chains - Rohan Lockhart








Titre: Le Pavillon des Chimères, tome 1: Golden Chains
Auteur: Rohan Lockhart
Éditions MxM Bookmark
Genre: romance M/M, fantasy



SERVICE PRESSE



Résumé:


"Le Royaume du Feu, voit son roi mourir, de jour en jour...
Khin, second héritier de la couronne, est encore meurtri par la mort de son frère et se perd dans des plaisirs éphémères qui lui procurent un peu de réconfort. Il s’abîme dans sa cage dorée et ne trouve de véritable repos ni près de Kalei, son tendre ami, et encore moins auprès d’Aden, son futur époux qui veut l’enfermer dans un mariage sans amour.
Mais lorsque Shahram – à la recherche de son frère enlevé – passe les portes du palais, sa vie s'en trouve alors ébranlée. Bien plus qu’une nouvelle distraction, Khin trouvera en lui ce qu'aucun homme n’a jamais su lui donner et découvrira, derrière l’éclat de son regard, des sentiments qu’il n’aurait jamais cru éprouver.

Entre intrigues, trahisons et une guerre aux portes du palais, Khin devra se battre plus fort que jamais."




Biographie de l'auteur:


Rohan Lockhart, anciennement connu sous le pseudo 6san est l’auteur de la série Gmo-Project, un récit Boy’s Love publié sur internet en 2011. Il rêvait de pouvoir partager ses histoires sous la forme d’un webcomic et finit par se lancer dans l’écriture, faute de pouvoir dessiner. Illustré régulièrement par des artistes, ce qui devait rester une fiction en ligne finit par être publié en roman à la demande de ses lecteurs.

C’est une étape importante dans la vie de l’auteur qui sortira par la suite un deuxième tome pour finalement donner vie à tout un univers autour du projet « GMO ». La licence s’exportera aux USA via Yaoi Revolution. Aujourd’hui la saga compte, de nombreux volumes. Sans compter les nombreux bonus qu’il offre régulièrement à ses lecteurs grâce à de nombreuses collaborations artistiques comme en témoigne les doujinshis. Et Rohan Lockhart n’est pas prêt de s’arrêter là et compte bien explorer d’avantage l’univers qu’il s’est créé.



Chronique d'Aurélie


Tout d’abord un grand merci à MxM Bookmark pour ce service presse qui fut encore une fois un très bon moment de lecture.

En voyant que le tome 2 allait sortir prochainement, je n’ai pas pu résister à découvrir le premier opus de cette saga de Rohan. Ayant découvert la plume de l’auteur à travers Virtual Room, je ne doutais pas de savourer ce roman-ci. Et en effet, ce n’est pas une déception pour moi, loin de là !

On plonge directement dans une ambiance très babylonienne, aux côté de Den, prince du royaume du Feu. On démarre sur une période de crise intense, qui pose une atmosphère très tendue dès le départ, et ce malgré l’absence d’action potentielle : une sécheresse ravage le pays, la guerre est aux frontières, tandis que le roi se meurt. Son fils, Den, est anxieux à l’idée que ce père tant aimé puisse le quitter, le laisser à la tête du royaume.

Den n’est pas fait pour diriger, il le sait, et il craint le poids de la couronne sur ses épaules. C’est un homme volage, qui ne souhaite aucune charge et préfère une vie tranquille et sensuelle dans une belle cage dorée plutôt que les responsabilités conférées par une telle puissance. Un homme un peu faible, qu’on pourrait qualifier de pleutre, mais qui ne souhaite simplement pas sacrifier sa vie tout entière pour des responsabilités écrasantes, qu’il sait n’être pas à même de tenir.

Quelques pages après la mise en place de cette situation catastrophe, apparait le second héros de l’histoire, ou peut-être même devrais-je dire le véritable héros de ce premier opus. Khin, le cousin de Den, a perdu son père peu de temps après sa naissance, et sa mère et son petit-frère quand il était encore petit. Il a été pris sous l’aile du roi, qui le chérit et l’aime comme un véritable fils. Contrairement à la reine Indira, qui ne l’apprécie visiblement pas des masses.

À peine apparu, le personnage de Khin fascine et intrigue. Sensuel, déluré, en perpétuelle recherche de plaisir, il cache en lui une souffrance qui le pousse à vivre une vie dépravée dans ce palais qu’il aime et déteste à la fois. Le titre de ce tome 1, « golden chains » (les chaines d’or), prend rapidement tout son sens au fur et à mesure qu’on en découvre plus sur cet homme au grand cœur blessé.

Khin est un personnage que j’ai beaucoup apprécié, et l’entourage qui sillonne sa présence également. Il a une bonne âme, il se soucie des gens, qu’ils soient nobles, ou servants. Bien qu’il soit l’un des personnages les plus éminents du royaume, il reste humble et à l’écoute. Contrairement à ses pairs, il est contre l’esclavage, et apprécie de traiter les autres en égaux, fussent-ils de plus bas rang que lui.

Sa gentillesse et sa bienveillance sont connues de tous, de même que sa lubricité. Khin aime se faire posséder par tous les hommes virils qui lui plaisent, particulièrement les soldats de sa garde. L’un d’eux se démarque du lot, son garde du corps, Kalei. Un homme que j’ai beaucoup apprécié également. Kalei, dans le passé, a sauvé la vie de Khin, et puis, il est devenu son seul ami, son protecteur, et son amant. Il est fou de lui, mais Khin ne lui rend pas ses sentiments. Pour autant, Khin a besoin de sa présence, de son amour, de sa tendresse, parce qu’elle comble un manque immense qu’il a en lui.

Oui, Khin a de gros besoins. Besoin de se sentir aimé, choyé et entouré, besoin d’oublier. Oublier qu’il a survécu à la terrible mort de sa mère et de son frère, à laquelle il a assisté et échappé de peu. Depuis ce jour, Khin se sent enfermé. Il est comme une coquille vide qui utilise le sexe et les drogues pour cacher sa souffrance. Il est enchaîné à la fois à son passé et à son rang. Il mène une vie de mort-vivant, incapable de se sentir concerné par quoi que ce soit.

Pourtant, se cache en lui une personnalité forte et décidée, et un cœur si pur et si bienveillant qu’il aurait la carrure pour devenir le futur chef du royaume. Il est intelligent, fin stratège et brillant dans tout ce qu’il entreprend. Si seulement il pouvait se débarrasser du poids du passé et de la douleur qui le fait mourir à petit feu… Sans compter qu’à cause de ses responsabilités, il est fiancé à Aden, commandant des armées du royaume, à qui il devra, un jour ou l’autre, se marier…

C’est dans ce climat que sa route va croiser celle de Shahram. Celui que Khin croit être le dernier Pamai a été capturé et lui est livré comme esclave. Khin le relâche pour en faire son invité. Démarre alors une relation complexe et tendue, qui ne laisse pas le prince indifférent… pas du tout, même. J’ai eu du mal à apprivoiser Shahram, mais au final, je l’apprécie énormément. Moins que Khin, et même moins que Kalei pour qui j’ai un gros faible, mais sa place dans cette histoire est capitale et donne une vraie dynamique à ce premier tome.

Un premier tome dans lequel il ne se passe au final aucune action, du moins, pas avant les tout derniers chapitres, mais qui est bien rempli et captivant. On entre particulièrement dans la tête de Khin, même si on y suit aussi quelques-uns des autres protagonistes, notamment Den. Les rebondissements y sont nombreux, et l’ambiance babylonienne pose un cadre fascinant, dans lequel il est très agréable d’évoluer. Les relations entre les différents personnages sont parfois complexes et donnent lieu à une intrigue travaillée, qu’on pourrait même qualifier de tissée. Les retours sur le passé permettent peu à peu d’embrasser cette grande fresque du regard et de la comprendre de mieux en mieux.

Un élément que j’ai énormément aimé, ce sont les chapitres « d’interlude » qui nous en disent plus sur différents aspects de l’univers : la religion, la politique, l’homosexualité, etc, un bon nombre de sujets y passent et nous donnent peu à peu une vision élargie d’un univers compliqué et vaste qui s’approfondit au fil de la lecture. Ça a été pour moi un vrai plus, et le côté documentaire était un axe intéressant, qui m’a vraiment plu.

La magie y est encore assez peu développée, mais vers la fin de ce tome 1, elle devient plus présente, et plus passionnante. Le personnage de Maïk sera sans doute plus exploité dans le second tome, et c’est tant mieux, car j’ai un vrai désir de mieux cerner l’enchanteur lié et dévoué corps, cœur et âme à Den. Un personnage discret, touchant autant par sa loyauté que par ses sentiments cachés pour celui qui est à la fois son ami et son maître. Une autre romance qui pourrait prendre place par la suite ? Rohan sait nous surprendre dans les directions qu’il prend, alors je n’en donnerais pas ma main à couper, mais j’ai hâte de le découvrir !

Je ne peux que vous conseiller ce très bon roman de fantasy, dépaysant par son univers à la fois très antique, d’inspiration assez proche de ce qu’on peut trouver dans la mythologie mésopotamienne et l’univers des mille et une nuits, et très original. Ce premier opus nous offre un beau voyage de l’esprit et du cœur, et nous ouvre à beaucoup de questions dont nous aurons les réponses par la suite… Du moins, je l’espère !
  


Points positifs : une plume fluide, dynamique et plutôt poétique ; un univers original, très oriental, que nous embarque dans un beau voyage ; des personnages attachants, particulièrement Khin ; une romance prometteuse et des relations entre les différents protagonistes assez complexes.

Points négatifs : parfois quelques lourdeurs de style avec notamment des répétitions ; il m’est arrivé de trouver certains passages un peu trop « faciles ».



Note : 4,3/5


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire