samedi 11 novembre 2017

[Interviews] Florence Clerfeuille


Bonjour à tous,
 
On se retrouve pour une nouvelle interview et c'est Florence Clerfeuille que nous accueillons sur le blog.
 
 
 
 
*****
 
 
Bonjour Florence et bienvenue sur Amabooksaddict,
 
 
 



1. Pour commencer, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

J'ai 50 ans, un mari, deux grands enfants et un chat. Après avoir été informaticienne et responsable admin et RH sur des missions humanitaires, je suis devenue biographe, correctrice et autrice. Après avoir détesté la course à pied pendant trente ans, j'ai couru mon premier semi-marathon cette année (bientôt le deuxième). J'aime les bières, surtout les foncées, mais cela n'a pas toujours été le cas. Preuve qu'on peut toujours changer et évoluer ! Par contre, j'ai toujours adoré le chocolat...





2. Depuis quel âge écrivez-vous ? Qu'est-ce qui vous a poussé à écrire la première fois ?

Depuis que je sais tenir un stylo ^^ Adolescente, j'ai tenu un journal intime et écrit des centaines de poèmes (que j'ai toujours). Avant l'apparition d'Internet, j'écrivais souvent des lettres à mes amis. Ensuite, comme j'ai beaucoup voyagé, j'ai fait le récit de ces expériences. Mon premier roman m'a été inspiré par ma première mission humanitaire. Il y a cinq ans maintenant que je me consacre sérieusement à l'écriture.





3. Pourquoi publier en autoédition et comment s'est passé la publication du tome 1 du Chat du jeu de quilles ?

Une mauvaise expérience avec un pseudo éditeur m'a définitivement détournée de l'édition traditionnelle en 2007. J'ai alors commencé à m'autoéditer en papier. Ce qui n'était pas simple avant l'apparition de l'impression à la demande ! Alors, quand l'édition numérique est arrivée en France avec KDP, j'ai rapidement pris le train en marche. J'aime le fait d'être totalement libre de publier ce dont j'ai envie au moment où je le veux. De pouvoir suivre mes ventes en temps réel. D'être en contact direct avec mes lecteurs.

J'ai ainsi publié entre juin 2014 et mai 2015 une trilogie policière intitulée Le chat du jeu de quilles. Celle-ci s'est suffisamment bien vendue pour qu'un éditeur me contacte et me propose la publication en librairie. Ce que j'ai accepté, dans la mesure où je conservais mes droits en numérique. Le tome 1 du Chat est donc sorti en librairie en janvier 2017 sous les couleurs de Terra Nova. Et (attention, c'est un scoop !) il devrait bientôt sortir en audio grâce à un autre éditeur :-)





4. D'où viennent vos idées pour l'écriture ?

De tout ! De ce qui se passe dans ma vie de tous les jours, de ce que je lis, vois ou entends. De mes rêves parfois. Une minuscule anecdote peut suffire à me donner un début d'idée qui va grossir jusqu'à devenir un livre. J'observe beaucoup. J'écoute aussi. Comme l'affiche un tee-shirt : "Je suis écrivain ; tout ce que vous direz pourra être utilisé dans mon prochain roman" ! La vie est une source inépuisable d'inspiration.





5. En quelques mots, pouvez-vous nous présenter votre roman ?

C'est une trilogie. Une saga familiale sur trois générations centrée sur l'évolution de la condition féminine depuis les années soixante. Dans chaque livre, deux jeunes filles de 17 ou 18 ans découvrent l'indépendance. Nous les accompagnons pendant une année scolaire, à Montpellier.
Dans Le Frisson de la liberté, ce sont Jacqueline et Maryvonne, en 1967-68.
Dans Le Poids de la colère, leurs filles : Isabelle et Elena, en 1986-87.
Dans Le Choc de la haine, les petites-filles : Louise et Chloé, en 2012-13.
Ce sont trois moments-charnières de notre histoire récente. Le contexte historique a donc toute son importance dans mon écriture. Si j'en crois les commentaires des lecteurs, ce sont des livres qui amènent à réfléchir :-)





6. Avez-vous d'autres projets à venir ?

Bien sûr. Plusieurs ! Mais rien de concret pour l'instant, même si l'idée de retrouver Marc et Manon, les héros du Chat du jeu de quilles, dans une autre enquête fait son chemin.





7. Avez-vous un rituel particulier avant - pendant - après l'écriture d'un roman ?

Je n'ai pas de rituel à proprement parler, mais j'écris de préférence le soir, entre 21 h et minuit, en écoutant de la musique dans un casque pour m'extraire des bruits de la maison... et souvent en sirotant une bière :-)
J'écris sur mon ordinateur portable, à mon bureau, sans grande préparation. Je relis le dernier paragraphe et j'y vais !





8. Pour finir, un dernier mot ?

Merci à toi pour cette interview. C'est la magie de l'écriture (et de la lecture) de nous faire faire des tas de belles rencontres <3




*****
 
L'interview touche à sa fin, merci Florence pour votre participation et à très vite.
 
Vous pouvez la retrouver sur son site, Facebook, Twitter, Instagram et Google Plus ; ses romans sont disponibles sur Amazon (certains sont aussi sur Kobo).
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire