vendredi 24 novembre 2017

[Chronique] Void - Ranmaru Zariya

Void - Ranmaru Zariya







Titre: Void
Auteure: Ranmaru Zariya
Éditions Taifu comics
Genre: yaoi
Âge: 18+
One-shot



SERVICE PRESSE



Résumé:


À l occasion de son anniversaire, Maki reçoit comme cadeau Arata, un humanoid fabriqué par les humains pour devenir son « animal de compagnie ». Une surprise qui n enchante guère Maki, jusqu à ce qu on lui annonce que ce dernier a la particularité d avoir les gênes du défunt Ren, l homme qu il aimait et qui l a trahi par amour pour son grand frère. Le c ur de Maki n ayant jamais pu soigner sa profonde blessure, pourra-t-il se venger sur Arata et obtenir l amour inconditionnel qu il espérait tant de la part de Ren ?




Biographie de l'auteure:

La carrière de Ranmaru Zariya débute en 2014 avec la publication de plusieurs histoires courtes pour le nouveau label érotiques des éditions Libre Shuppan : X-BL.

En 2015, plusieurs de ses courts récits sont rassemblés dans le recueil Pet Keiyaku. Cette première publication est suivie par la sortie remarquée de Nemuni Otoko to Koi Otoko, élu meilleur manga érotique et nommé parmi les meilleurs mangas BL édités en 2015 aux CHIL CHIL BL AWARDS 2016.

L’année suivante, Ranmaru Zariya sort deux nouveaux mangas, VOID et Coyote, dont le succès ne se fait pas attendre.

Le premier, édité par Libre Shuppan, lui permet d’être une nouvelle fois lauréate de la catégorie des meilleurs mangas érotiques aux CHIL CHIL BL AWARDS 2017. Le second, édité par Frontier Works, est cité dans la catégorie des meilleurs mangas BL de ce même classement.

Dotée d’une identité graphique surprenante qui rompt avec les codes du manga classique, Ranmaru Zariya accorde énormément d’importance aux expressions de ses personnages, ainsi qu’aux environnements qui les entourent. Expressifs, sensuels et détaillées, ses dessins transmettent ainsi aux lecteurs toutes les émotions et toute l’intensité que la mangaka souhaite insuffler à des récits qui allient toujours avec une grande justesse réalisme, imaginaire et érotisme.

Car oui, si Ranmaru Zariya est devenue l’une des auteures les plus talentueuses de sa génération, c’est également grâce à ce cocktail scénaristique affirmé qui offre à chacune de ses œuvres une ambiance unique, proche de l’expérience que le duo Guilt|Pleasure nous propose de vivre à travers sa série In These Words, dans un style moins thriller certes, mais tout aussi immersif et psychologique.



Chronique d'Aurélie


Tout d’abord un grand merci à Taifu comics pour ce beau partenariat et pour la gentillesse de leur accueil.

Ce manga est une merveille, visuellement parlant. Le grand format et la couverture texturée, mate, sont tellement magnifiques que je l’ai tenu entre mes mains un bon moment sans même l’ouvrir, juste pour le plaisir de le regarder et de caresser la couverture. En plus quelle illustration de couv, franchement ! Elle est à couper le souffle.

Les dessins sont d’une grande beauté. Très précis, très détaillés, et très réalistes. Pour une fois, les scènes érotiques (qui sont aussi splendides qu’intenses), ne sont pas du tout floutées ni censurées. C’est donc du manga très érotique et très graphique, ce qui est un réel plaisir, d’autant que les scènes sont vraiment superbes.

L’histoire est aussi sombre que passionnante. On en découvre peu à peu plus sur Ren, l’ex de Maki, mort depuis 7 ans au début de l’histoire. Quand Maki se fait offrir contre son gré Arata, un humanoïde qui a été conçu à partir de l’ADN de Ren et lui ressemble pour le coup énormément, il est bouleversé, troublé, profondément secoué. Il va passer par toute une foule d’émotions violentes qui vont l’amener à accomplir des actes regrettables et, peu à peu, à nous faire découvrir les raisons de son comportement.

Son histoire avec Ren est vraiment triste, et poignante. Sur la fin, quand on apprend toute la vérité, j’étais presque au bord des larmes. C’est vraiment dur, d’autant que, malgré les actes assez terribles de Maki, on le prend immédiatement en affection. On sent qu’il a souffert, on sent qu’il souffre toujours, et qu’il ne fait que tenter de se réparer, fût-ce d’une horrible manière.
Maki est un homme brisé et torturé, à la personnalité très sombre. Il cache sous sa colère et une forme de cruauté une véritable détresse, et une peur intrinsèque de ne pas être à la hauteur. De ne pas valoir le coup. Son précédent amour s’est servi de lui comme substitut à son frère aîné, qui lui ressemble énormément. Il ne s’estime pas assez bien pour être aimé, au final. Alors il prend, il violente, mais au fond, la seule personne qu’il blesse est lui-même.

Arata est tout l’inverse de lui. Il est frais, jovial, plein de vie et d’énergie. Profondément bienveillant, il s’occupe avant tout du bien-être des autres. Ayant subi l’imprint qui lui a fait découvrir en premier Maki et s’attacher à lui (ou est-ce vraiment à cause de cela ?), il est fou amoureux de lui et prêt à tout pour rester à ses côtés.

L’un fuit et prend, l’autre s’accroche et donne. L’un est d’une complexité folle, l’autre est la simplicité incarnée. Deux êtres foncièrement différents, qui s’accordent mieux qu’on ne pourrait le penser.

Cette histoire est donc réellement poignante, à la fois violente et douce, si captivante qu’il est presque impossible de s’en détacher avant la fin. Et la fin est à la hauteur et laisse un goût de bonheur un peu mélancolique qui ne peut pas laisser indifférent. On reste un bon moment pensif, la tête perdue dans l’histoire, cette romance pesante et touchante, qui nous fait osciller entre ténèbres et espoir.

Void, pour moi, ce n’est pas tout à fait un coup de cœur, mais pas loin. Je pense que ce qu’il manque pour être un coup de cœur complet est un travail un peu plus élaboré sur l’univers, cette notion d’humanoïdes, etc. C’est finalement assez simplifié. On s’y fait bien, et ça n’a pas tant d’importance que ça, mais ça manque très légèrement de réel background sur l’univers.

J’ai en tout cas énormément aimé, et je le conseille très amplement à tous ceux qui ont le cœur accroché, qui aime le bel érotisme bien graphique et les romances complexes et sombres. C’est une très, très belle histoire, qui vous laissera rêveur et ému.



Points positifs : des graphismes magnifiques ; une histoire sombre et touchante ; une romance entre violence, douceur, doute et espoir qui ne peut pas laisser indifférent.

Points négatifs : l’univers manque un peu de profondeur et de background.




Note : 4,5/5


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire