jeudi 9 novembre 2017

[Chronique] Mords-moi si tu peux - M. R. Stevens

Mords-moi si tu peux - M. R. Stevens







Titre: Mords-moi si tu peux
Auteure: M. R. Stevens
Mix Édition
Genre: romance M/M, bitlit



SERVICE PRESSE


Résumé:


Si l'on vous dit qu'un vampire brille parfois au soleil, cela vous évoque-t-il quelque chose ? Pour Mike, le jeune alpha de la meute Hollyster, c'est surtout synonyme d'ennuis. De gros ennuis Surtout quand le vampire en question est Cody Latimer, enduit de colle et de paillettes par ses Bêtas le jour même de la rentrée. Entre les loups-garous et les vampires, cette agression signe le début d'une guerre des blagues aux conséquences aussi loufoques qu'inattendues.





Chronique d'Aurélie


Tout d’abord un grand merci à Mix Editions pour ce service presse qui fut encore une fois un bon moment de lecture et une belle découverte…

J’avais déjà lu Club Fantasy de cet auteur, et entendu parler de Mords-moi si tu peux. Appréciant l’humour de l’auteur, j’avais bien envie de me lancer à la découverte de ce roman. Le résumé, déjà, est complètement délire et donne le ton. Comment ne pas avoir envie de se plonger dans un livre qui promet d’être décapant.

Et ce n’est vraiment pas raté. Alors certes, parfois l’humour est un peu lourd, surtout au niveau des tournures de phrases (le style d’humour, lui, est bien dosé et jamais « gras » ou déplacé). Disons qu’au bout d’un moment, dire que les héros ne font pas ou ne pensent pas quelque chose alors qu’ils le font ou le pensent (ironie) est un peu trop redondant. Est-ce que ça a gâché ma lecture ? Non, tout de même pas ! Ce roman est un bon réconfortant (ça tombait bien, je me sentais un peu déprimée, je n’avais pas envie d’une lecture sérieuse !), un souffle d’air frais rempli de bonne humeur et de joie.

C’est la guerre entre loups-garous et vampires. Mais pas n’importe quelle guerre : c’est une guerre des blagues qui a été déclarée. Et franchement, les idées sont hilarantes, et complètement délirantes. Un vampire couvert de paillettes, des voitures aquariums, des os et des niches, nos deux clans ne manquent pas d’idées ni d’inspiration pour se pourrir l’existence les uns les autres.

Sur le papier, Cody et Mike, les chefs respectifs des vampires et des loups, sont ennemis et se haïssent dur comme fer. Dans les faits… Eh bien, pour commencer, Mike est gay, et Cody est vachement sexy. Genre, au premier regard, déjà, Mike avait capté Cody et était intéressé par lui. L’inverse n’est pas vrai du tout… à moins que Cody ait vraiment l’art et la manière d’être de mauvaise foi. Parce que bon, on va pas cafter, mais il observe un peu trop Mike, avec un peu trop d’intérêt, et il prend cette guerre un peu trop au sérieux pour que ce ne soit pas carrément louche.

Mike et Cody sont aussi différents que bien assortis, et vraiment adorables. Enfin, je ne sais pas si adorables est le mot qui leur convient le mieux, remarquez. Ce sont un peu des sauvages, quand même. Et ils sont super caractériels, tous les deux. Ce qui est génial, puisque ça crée tout un tas de quiproquos et de situations cocasses, de retournements inattendus et de moments mémorables qui font la joie du lecteur à défaut de faire la leur. M’enfin, qu’ils se débrouillent entre eux, s’ils ont envie d’être bâtés comme des ânes et de jouer au plus borné, on verra bien qui rira le dernier…

Sauf qu’il n’y a pas que Cody et Mike, dans l’histoire. Il y a tout un tas de personnages qui déconnent en tous sens. Il y a Carlos et Noclas, qui font tout foirer par leurs idées idiotes et irréfléchies. Scott qui a l’air d’un petit chiot et qui cache bien des surprises. Kaylana, la guerrière, trop fière pour sympathiser avec l’ennemi, et  Kaspian, le Viking, libidineux comme pas deux. Et Katerina, la sorcière lunatique et mystérieuse. Bref, une joyeuse bande, qui ne va sans doute pas aider Cody et Mike à se rapprocher. Du moins, pas tout de suite. Parce que ça ne serait pas drôle. Il faut faire durer le suspense, non ?

L’intrigue est bien menée, elle part en cacahuète en tous sens, mais c’est voulu, c’est l’idée de l’histoire, après tout. Fatras complet et chaos monstre, dans une ambiance somme toute bon enfant. Et quand je parle de cette ambiance, je ne veux pas juste dire que c’est le ressenti qu’on a en tant que lecteur, mais également que c’est ce qui est posé dans le roman. Une guerre des blagues, même quand on est de jeunes adultes remplis d’idées terribles, ça reste très enfantin. Enfin, jusqu’à ce qu’une chasse au trésor prévue se transforme en calamité et que tout foute le camp…

Côté personnalité, j’ai beaucoup accroché avec les deux héros. D’habitude j’ai ma préférence pour l’un ou pour l’autre, quand il y a plusieurs personnages centraux, mais là, je dois le dire, Cody et Mike m’ont tous les deux conquise. Ils sont pétillants, dynamiques, loyaux, têtus, intelligents, sexy et attentionnés, même si pour ce dernier point, ça ne se perçoit pas forcément vu de l’extérieur.Cody est touchant dans sa découverte de ses nouvelles tendances émergentes, dans sa façon de vouloir refouler, puis chercher à se comprendre. Mike est un roc, mais son inclination pour Cody est belle à voir, autant que son désir de respecter les limites de ce dernier et son incapacité, parfois, à gérer la situation. Parce qu’il ne sait jamais vraiment sur quel pied danser avec lui.

Et tous deux se préoccupent vraiment des leurs, de leur meute ou nid, ainsi que des gens qu’ils affectionnent. Même s’ils se passeraient bien de certaines affections et qu’ils les cachent farouchement, l’un comme l’autre. Entre eux, c’est une guerre sans merci qui cache une véritable émulation, une excitation mutuelle qu’ils tentent de canaliser derrière leur fausse animosité. Mais en fait, ils doivent bien être les seuls du campus à n’avoir pas réalisé leur attirance pourtant flagrante…

Mords-moi si tu peux est une lecture légère et agréable, drôle et touchante, que je ne saurais que vous conseiller. En plus, il n’y a pas de réel érotisme dedans. Une scène un peu chaude, mais malgré tout assez soft pour que j’envisage de laisser mon fils découvrir cette histoire à son tour (il me l’a demandé, le thème le botte complètement ! ^^). Rien de choquant ni de bien méchant, et même si personnellement j’aurais adoré une explosion finale bien érotique, on va dire que la fin est dans la lignée du roman, douce, fun, pétillante et touchante. Un très bon moment de lecture, un livre à lire, vraiment ! 


Points positifs : écriture fluide, légère, moderne ; un humour décapant ; des personnages bien travaillés et attachants ; un scénario délire mais bien ficelé.
Points négatifs : certains traits d’humour son un poil trop redondants.

Note : 4,4/5


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire