vendredi 10 novembre 2017

[Chronique] Asal 1 - Merry Refty

Asal, tome 1, la malédiction du démon misos - Merry Refty





Titre: Asal
Auteure: Merry Refty
Auto-Édition
Genre: urban fantasy



SERVICE PRESSE


Résumé:


Alors âgé de six ans, William assiste au massacre des habitants de son village par Asal, prince-démon de la haine. Épargnant le jeune garçon, le démon lui confère également une puissance colossale mais instable. Puisant sa source dans l’animosité qui ronge le cœur de l’enfant, cette puissance est un don empoisonné, destiné à le corrompre. 
Pourtant, contrairement aux attentes d’Asal, William décide de parcourir les routes en mettant ses nouveaux dons au service de la compassion et de la justice. Épaulé par un mercenaire orgueilleux et une mystérieuse herboriste, le jeune homme voyage à travers le monde, tentant de maîtriser les émotions qui menacent de le faire basculer dans l’obscurité. Mais le prince-démon conspire. Il est bien décidé à ne pas laisser le jeune homme vivre la vie de bienfaiteur à laquelle celui-ci aspire…




Chronique d'Aurélie


Tout d’abord un grand merci à Merry Refty pour sa confiance. J’ai eu la chance de découvrir ce roman pas à pas, puisque j’en ai été l’une des bêtas-lectrices. J’ai donc pu le lire avant tout le monde et le voir évoluer !

Sachant qu’il s’agissait d’un univers fantasy, et étant plus habituée aux traditionnels mondes très médiévaux, j’ai été surprise, tout d’abord, par la modernité du monde d’Asal. Ici, épées et flingues se côtoient, armures, baskets et sweats à capuche également. Une fois ce premier étonnement passé, j’ai trouvé l’idée vraiment séduisante. On a presque l’impression d’être dans une dystopie ou de l’urban fantasy post-apo. Il y a bien une notion de post-apocalypse, d’ailleurs, puisque l’histoire se déroule après que le monde a été libéré des misos qui l’avaient presque détruit.

On se retrouve ici aux côtés d’un duo improbable : William et Arkrey voyagent ensemble dans la zone protégée, direction la Grande Barrière. Leur but ? Quitter cette zone où la vie est censée être belle et facile (ce qui est tout relatif, vous le découvrirez) pour rejoindre Codelass, leur prochaine destination.

Ces deux-là sont aussi dissemblables qu’incompatibles, du moins c’est ce qu’on pense au premier abord. Arkrey est peu loquace, relativement antipathique. C’est un combattant aguerri qui ne fait preuve d’aucune pitié et qui est capable de se laisser engager par le plus cruel des patrons, du moment qu’il est bien payé. Il semble n’avoir aucune forme de moralité. Tout le contraire du gentil William. Ce petit blondinet très jeune à l’air angélique, inattentif et maladroit cherche à faire le bien, à aider les autres et à répandre la paix autour de lui. Chose à laquelle il n’arrive pas trop mal, on doit bien le dire. Mais William cache en lui bien des secrets, dont certains vraiment très sombres. Il a été doté d’immenses pouvoirs, et d’une force surhumaine. Derrière sa bienveillance et sa compassion, se terre une haine sans nom. S’il cherche à l’étouffer, elle peut potentiellement ressurgir à tout moment.

Ce contraste entre les deux principaux protagonistes de l’histoire est un vrai gros point positif de l’histoire. Cela donne bien sûr lieu à tout un tas de situations remplies d’humour, d’autant que de l’humour, William n’en manque vraiment pas. Arkrey, lui, n’en a aucun, ce qui est parfois vraiment cocasse.
Cette histoire est donc un bon mélange d’humour… et de noirceur. Parce que le misos rôdent, et qu’Asal attend son heure pour s’emparer de celui à qui il a conféré tant de pouvoirs et qui devrait être en train de semer la ruine et la désolation au lieu de s’amuser à soutenir les pauvres gens.

Ce roman est peuplé de récits qui nous font remonter sur le passé des personnages. Alors, parfois j’ai trouvé cela un peu lourd, mais c’est un point de vue très personnel, d’autres apprécieront d’avoir de nombreux détails sur l’Histoire et l’univers, chose dont je ne suis pas forcément fan pour ma part. Cela reste très intéressant et généralement nécessaire, en tout cas c’est un gros plus quand il s’agit des personnages principaux puisque cela nous permet peu à peu de mieux les appréhender.

La destruction du village natal de William est particulièrement dure et sombre. William n’est alors qu’un enfant, et on vit avec lui l’horreur de ce massacre sans nom. Malgré la légèreté du style du récit et le caractère enjoué de William en tant que jeune adulte, on ressent fortement cette ambiance tendue et très dark qui menace à tout moment de prendre le dessus sur le reste. Certains passages nous montrent très nettement qu’on est loin de la light fantasy, ici. On est dans une histoire sombre, grave et dont on peut douter de l’issue heureuse (issue que nous découvrirons un jour prochain, dans un autre tome…)

Mon passage préféré, c’est l’arrêt de nos deux héros à Codelass. Les controlympiades sont juste jouissives. Cette ville possède un cachet vraiment à part, surprenant, que je vous laisse découvrir pour ne pas en gâcher la surprise, tout comme ces jeux « post-olympiques », si je puis dire, qui sont complètement délirants. C’est pour moi la partie qui rend vraiment ce roman unique. J’ai eu un immense coup de cœur pour Codelass. Et j’ai vraiment eu l’impression d’y être, j’ai été réellement embarquée par ce passage.

Si l’on découvre différents peuples et personnages au fil du voyage de William et d’Arkrey, et même parfois des races étranges et inattendues, les misos, eux, sont une présence sombre et horrifiante qui sous-tend tout ce premier tome. Ils sont vraiment abominables, aussi bien physiquement que psychiquement. On ne peut tout simplement pas leur trouver de point positif. Et ils sont une véritable menace qu’on ne perçoit certes pas toujours, mais qui, au final, reste bel et bien présente. Un danger qui pourrait faire déraper la situation, et la retourner complètement.

En conclusion, je dirais que ce premier tome est un départ sur les chapeaux de roue pour une histoire bien construite et palpitante, qui vous tient en haleine du début à la fin. Évidemment, lorsqu’arrive la conclusion, on a vraiment envie de découvrir la suite des aventures de William, de savoir quel sera le fin mot de l’histoire. Et la plume de l’auteur, addictive, nous laisse espérer une suite plus qu’à la hauteur…


Points positifs : une belle plume ; un univers riche et surprenant ; un duo de choc ; un héros plein d’humour ; une intrigue complexe et palpitante.

Points négatifs : quelques longueurs, surtout dans les récits de certains personnages.



Note : 4,3/5



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire