mardi 17 octobre 2017

[Chronique] Passionnément, à ma folie - Gwladys Constant



Titre : Passionnément, à ma folie
Auteur : Gwladys Constant
Editions : Rouergue
Collection : DoAdo
Genre : Contemporain
Pages : 148
Sortie : 11 Octobre 2017
Prix : Papier






Résumé : Gwen est une fille sympa et bonne élève. Une fille qui n'a jamais eu d'histoire d'amour. Alors, quand William, le beau gosse, l'un des plus populaires du lycée, pose ses yeux sur elle, son coeur brûle tout de suite. Elle croit avoir trouvé l'âme soeur, l'amour rare qui rend soudain la vie intense. Mais le conte de fées vire vite au cauchemar. Gwen n'était qu'une marionnette, entre les mains de ce garçon. Alors, pour se sauver et comprendre, elle raconte dans ce carnet intime le piège dans lequel elle est tombée. Un livre bouleversant sur l'amour vampire.





Avis : Nous faisons la rencontre de Gwen, cette jeune fille très sympa, bonne élève à l'école et qui n'a jamais connu d'histoire d'amour. Elle tombe tout de suite amoureuse du beau gosse du lycée quand celui-ci pose les yeux sur elle.
Pour elle, William est l'homme de sa vie, son premier amour et celui qu'elle aime profondément et de tout son cœur. C'est vrai que le début est beau comme dans tous les contes de fées mais ce dernier se termine bien vite et la brise totalement.

C'est une histoire malsaine, poignante et percutante car on sent dès le début que William cache son jeu, on espère pourtant se tromper pour l'héroïne qui est vraiment touchante. Malheureusement, William se comporte vraiment très mal envers elle et j'ai eu le cœur brisé de lire cette histoire car c'est difficile à entendre au final.

C'est une lecture particulière car on suit son histoire comme si on la lisait dans un journal intime et chaque partie son couper via une discussion avec un médecin, ce qui rend le récit plus bouleversant qu'il ne pourrait l'être en tant normal.

L'écriture est fluide et accrocheuse, j'ai pas su lever les yeux du roman avant le point final ; même si je savais que la fin serait cruelle pour Gwen, il fallait que je sache.








Aucun commentaire:

Publier un commentaire