samedi 29 juillet 2017

[Interviews] Pierre-Etienne Bram






Bonjour à tous,
 
 
 
On se retrouve aujourd'hui pour une nouvelle interview et c'est Pierre-Etienne Bram qui nous rejoint sur le blog. (L'interview date un peu, du coup, le tome deux est déjà disponible)
 
 
 
 
 
*****
 
 
Bonjour Pierre-Etienne et bienvenue sur Amabooksaddict,






1. Pour commencer, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

J'ai 37 ans depuis quelques semaines. Je travaille dans l'informatique depuis 2001, parisien depuis 2002 (mon fief natal étant Orléans). Ex sportif de haut niveau à la retraite, guitariste/chanteur dans un groupe de rock à mes heures perdues, je suis le genre grand gaillard de l'extérieur, super fragile et manquant cruellement de confiance en moi à l'extérieur. Et surtout, je passe mes journées à cogiter sur tout. Ah oui et pour finir : j'ai les cheveux longs. 
 
 
 
 
 
 
2. Depuis quel âge écrivez-vous ? Qu'est-ce qui vous a poussé à écrire la première fois ?
 
Je devais avoir 8 ans lorsque j'ai écrit mon premier roman. Enfin roman... Je l'ai abandonné après environ 4 pages, ça s'appelait "Abyssjail", et ça avait pour objectif de raconter une prison au fond de l'océan. C'est mignon quand on y repense... Tout petit je rédigeais des journaux intimes (mon côté féminin), puis j'ai longtemps tenu des correspondances par voie postale, avant d'ouvrir mon premier (d'une longue série) blog anonyme, présenté comme un journal intime en 2006, puis il y a eu ce roman, qui est surtout arrivé suite à un concours de circonstance plutôt qu'un vrai projet d'écriture (avec vocation d'être publié). D'une manière générale, écrire est pour moi une thérapie, une manière d'extrapoler cet excès d'énergie ou de questionnement qui sommeille en moi. 
 
 
 
 
 
 
3. Pouvez-vous nous parler de votre parcours concernant la publication de votre/vos roman(s) ?
 
Je dois bien admettre que ça s'est fait assez vite. En novembre 2013, estimant que mon roman était prêt, je l'ai envoyé au format numérique à une vingtaine (ou trentaine ? ) d'éditeurs, visant essentiellement les maisons d'édition "à compte d'éditeur" et surtout celles qui acceptaient les manuscrits au format électronique. J'ai eu (plus ou moins rapidement) 2 retours positifs. Un premier de ruefromentin (avec qui au final ça n'a pas été possible) et de Rebelle Editions avec qui j'ai signé en 2014. Ensuite j'ai attendu, attendu et attendu (j'étais prévu pour une publication en 2017) et le 20/02/2017 mon bébé était enfin né :) 
 
 
 
 
 
 
4. D'où viennent vos idées pour l'écriture ?
 
Ce qu'il faut savoir c'est que ce premier roman est une sorte de biopic, romancé à hauteur de 5/10%. Il raconte une histoire que j'ai vécu, l'histoire d'une rencontre via un site de rencontre dont je tairai l'identité (qui commence néanmoins par M, et se termine par EETIC). Je devais rencontrer une charmante demoiselle argentine, et au bout du 3ème lapin (aussi argumenté que les 2 premiers), soit 3 mois après nos premiers échanges, j'ai décidé de mettre sur papier cette incroyable histoire. Donc ce premier roman a été écrit au jour le jour, sous forme d'un témoignage, et au final une dramatique histoire d'amour avec cette originalité d'être d'un point de vue masculin, et surtout en partie vraie. 
 
J'ai d'autres projets en tête (j'y reviens dans le 6ème point) qui me viennent de réflexions, de projections de situations, en mode "et si ? ". 
 
 
 
 
 
 
5. En quelques mots, pouvez-vous nous présenter votre/vos roman(s) ?
 
Arg, j'en ai déjà trop dit dans le point #4... Donc mon premier roman ("L'interphone ne fonctionne toujours pas", qui se décline en 2 tomes) raconte mon histoire, l'histoire d'une rencontre sur Internet qui tarde à démarrer. La demoiselle est charmante, et est à peu près aussi belle qu'elle est mystérieuse. Les rencontres se soldent trop souvent par des lapins, et quelque chose cloche... Mais quoi ? Et surtout, qu'est ce qui pousse le héro (donc moi) à continuer à y croire ? 
AH AH. Vous en saurez plus une fois que vous aurez dévoré le tome 2 qui devrait sortir dans la première quinzaine de Juin 2017. 
 
 
 
 
 
6. Avez-vous d'autres projets à venir ?
 
La publication d'un premier livre est assez éprouvante... Entre l'appréhension d'avant la sortie, le teasing, prévenir la terre entière que notre livre est sorti, spammer les réseaux sociaux, accueillir en mode "montagnes russes émotionnelles" les chroniques, découvrir qu'il est disponible en téléchargement illégal, et dans mon cas penser très vite au tome 2, sachant que je suis attendu au tournant par tous les lecteurs du tome 1... (et je ne parle pas des séances de dédicaces qu'il faut organiser, etc). Donc pour l'instant je me consacre intégralement à ça. Une fois le tome 2 sorti et avalé par mes fidèles lecteurs de la première heure, je pourrais tourner la page :). 
 
Pour le reste, j'ai un projet (déjà bien avancé) de livre d'anticipation (qui parle d'une projection du projet "Mars One", vue par une des participantes)(c'est un vrai challenge car là ce serait du 100% imaginé, donc je sais aussi qu'on m'attendra au tournant), un autre autour de la crise Syrienne (mais il est trop tôt pour en parler), et parallèlement (donc rien à voir avec l'écriture de livres) il faut aussi que je finisse de composer des maquettes pour me remettre à la musique rock, que j'ai trop laissé de côté ces derniers temps....
 
 
 
 
 
 
7. Avez-vous un rituel particulier avant - pendant - après l'écriture d'un roman ?
 
J'ai cette très mauvaise habitude d'écrire sur mon lieu de travail... Souvent entre midi et deux... (non il ne faut pas le dire... c'est un secret entre nous, promis ? )
 
 
 
 
 
 
8. Pour finir, un dernier mot ?
 
Plusieurs mots  c'est possible ? ^^ Parfait ! 
 
Oui en fait, je découvre vraiment ce petit monde de l'édition côté "auteur", et il y a un parallèle assez fort entre mon passé de zicos et mon présent d'auteur : le plus dur, c'est de sortir de son entourage de la famille et de ses potes, comme dans la musique on apprécie que "des inconnus viennent aux concerts qu'on peut organiser (lorsqu'on est zicos)", le challenge est le même lorsqu'on écrit : réussir à se faire lire par des inconnus, c'est tout un challenge. Sans doute une des raisons qui fait que les chroniques sont essentielles pour les auteurs. 
 
Enfin un dernier mot, sur un aspect pas toujours évident à vivre, la lecture d'une chronique. Lorsqu'elle est positive c'est toujours un petit moment de joie (d'autant plus agréable pour moi qui ait de gros problèmes de confiance en moi) mais lorsqu'elle l'est moins... Ce n'est jamais très facile à recevoir ou à accepter (une chance, pour ma part je suis conscient (ok j'ai surtout fini par accepter) que ce qui fait la force de mon premier roman peut aussi être assimilé à sa première faiblesse :)). Alors certes, être publié c'est s'exposer, et s'exposer c'est accepter de recevoir des critiques, aussi bien positives que négatives. 
 
Mais comme dirait Frédéric Lenoir (oui, Google est mon ami) : "Peu importe ce que tu fais, il y aura toujours quelqu'un pour y trouver à redire. Fais ce que tu aimes ou ce que tu penses juste de faire, et tu seras heureux!"
Je fais partie de ces 0,02% d'auteurs qui ont eu la chance d'être publié dès lors premier manuscrit, alors aujourd'hui je suis heureux.

Merci de m'avoir donné l'opportunité d'être interviewé ! 
 
 
 
 
*****
 
L'interview touche à sa fin, merci Pierre-Etienne pour votre participation et à très vite.
 
Vous pouvez retrouver l'auteur sur Twitter et Facebook. Ses romans sont disponibles  sur Amazon, Fnac, Rebelle Editions, E-Leclerc, PriceMinister, Les Libraires, Google Play et Relay.com
 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire