jeudi 20 juillet 2017

[Interviews] Marie Havard



Bonjour à tous,
 
On se retrouve aujourd'hui pour une nouvelle interview et c'est la charmante Marie Havard que nous accueillons sur le blog.
 
 
 
*****
 
Bonjour Marie et bienvenue sur Amabooksaddict,





1. Pour commencer, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
 
Bonjour ! Je suis Marie Havard, 34 ans, et je publie depuis 10 ans en auto-audition.

Au départ, je n'étais présente que sur TheBookEdition, de façon anecdotique, avec mon premier roman "les Voyageurs Parfaits", et puis j'ai ouvert mon blog il y a deux ans pour concrétiser cette envie d'écrire qui s'est révélée être importante pour moi et j'ai commencé à me référencer sur plusieurs plateformes (Amazon, IggyBook etc...).

J'écris des romans psychologiques réalistes, dans lesquels intervient toujours à un moment donné un peu de fantastique, de façon à surprendre le lecteur. J'ai toujours aimé le style de Stephen King, qui fait entrer du fantastique dans le quotidien, même si mes livres n'ont pas ce côté "thriller" ou "horreur".




 
2. Depuis quel âge écrivez-vous ? Qu'est-ce qui vous a poussé à écrire la première fois ?

J'ai toujours tenu un carnet intime, enfin, depuis que j'ai 10 ans environ. Et depuis petite, j'adore écrire des histoires. Il me semble qu'au début c'est à l'école, dans les classes de rédaction, que je me suis épanouie, et qu'ensuite, en rentrant à la maison, j'ai voulu continuer dans cette voie. Je lisais beaucoup aussi, et j'ai l'impression que plus on lit, plus on a envie d'écrire à son tour.

Ma première histoire, je l'ai écrite à 11 ans : Les aventures de Jennifer. Le texte (court!) racontait les aventures rocambolesques d'une petite fille australienne orpheline. Je ne me souviens plus de ce qui m'a poussé à l'écrire... Mon imagination certainement !




 
3. Pourquoi publier en autoédition ?

Dès le départ, l'édition classique m'est parue inabordable. Un ami de la famille publiait de petits textes sur des feuilles de papier, qu'il accrochait ensuite à ses volets ouverts pour que les personnes de passage dans la rue puissent les lire. Je pense que son idée m'a orientée vers l'auto-édition : pas besoin d'être "validée" par une maison d'édition pour être lue par d'autres ! Et puis, l'auto-édition, c'est aussi le plaisir d'imprimer son livre et de l'avoir concrètement dans les mains pour le diffuser à ses proches, c'est le plaisir de créer soi-même sa couverture, ce côté artisanal de faire tout de A à Z, que j'aime beaucoup. C'est une fierté d'être indépendant.





4. D'où viennent vos idées pour l'écriture ?

Je m'inspire beaucoup des rencontres et des voyages. Un rien va me donner des idées - une personne, un lieu...-  que je mets ensuite longtemps à concrétiser en texte. J'ai donc beaucoup de notes, par ci, par là, avec des idées qui me viennent, sur des feuilles volantes. Les idées peuvent aussi venir de sensations que j'ai eues, d'expériences vécues ou de lieux visités.

Par exemple, pour Les Voyageurs Parfaits, je me suis inspirée de personnes rencontrées (un colombien, une japonaise, une amie française...) et j'ai transposé l'histoire dans un lieu que j'appréciais (l'Ecosse) afin d'en faire un roman initiatique fait de bonds entre les vies entremêlées de ces trois personnes.

Pour Les Larmes du Lac, je voulais avant tout rendre hommage à la ville de St Andrews (Ecosse) dans laquelle j'ai vécu un an, et écrire sur un sujet qui me tenait à cœur : la perte d'un enfant. Dans le livre, pas mal de personnages qu'on rencontre sont des transpositions de personnes que j'ai rencontrées.




 
5. En quelques mots, pouvez-vous nous présenter vos romans ?

Les Voyageurs Parfaits (2010) est un roman initiatique présentant les récits entremêlés de trois personnages qui cherchent leur chemin dans la vie. Le premier est un japonais, accro aux jeux vidéos, qui va apprendre à aimer la vie réelle, le second est un colombien qui s'interroge sur son identité, ses origines, et le troisième est une étudiante qui hésite sur ce qu'elle va faire après ses études. Dans ce texte je voulais présenter la vie quotidienne comme un voyage, dans le temps (les origines de l'identité), l'espace (le voyage dans plusieurs pays) et l'esprit (via les rêves et les pensées).

Les Larmes du Lac (2015) est un drame psychologique situé en Ecosse. Anne est malheureuse suite à la perte de son bébé alors elle quitte tout pour refaire sa vie à St Andrews. Elle s'installe en collocation dans une maison au bord d'un lac, qui va vite se révéler être pleine de mystères. Plus Anne mène son enquête sur l'histoire de la ville et celle de la maison, plus l'intrigue s'épaissit, plus des événements étranges arrivent. Anne cherche à résoudre l'énigme de cette maison et du lac, mais ce n'est pas sans conséquence sur sa santé mentale et l'Histoire avec un grand H rejoint son histoire personnelle...
Ce roman fait la part belle aux éléments historiques réels qui se sont passés dans la ville de St Andrews, dans une ambiance énigmatique, où les disparus refont surface.
 




 
6. Avez-vous d'autres projets à venir ?

Oui, j'ai des tas d'idées en cours, mais je souhaite avant tout finir ce recueil de nouvelles qui me tient à cœur, dans lequel j'intègrerai La femme sans visage et Le Troisième sumo. J'aimerais que chaque nouvelle se passe dans un pays que j'ai visité, afin de faire voyager le lecteur.
Et ensuite, je souhaiterais commencer un troisième roman...
Mais en parallèle, je dois mener le côté promotion de mes livres déjà sortis, continuer les dédicaces et les rendez-vous auprès des lecteurs. Il y a toujours quelque chose à faire !
Un projet que j'aimerais également mener est celui de la traduction en anglais de mon livre Les Larmes du Lac.




 
7. Avez-vous un rituel particulier avant - pendant - après l'écriture d'un roman ?

Pas vraiment de rituel... 
 
Avant l'écriture, je trépigne d'impatience, mes idées sont désorganisées et j'ai des tas de feuilles volantes partout. je suis un peu stressée, car je vois le temps qui passe...
 
Pendant l'écriture, j'ai besoin d'être au calme et bien installée, pour me concentrer. On m'a souvent dit que je souriais en écrivant, c'est parce que je me régale. J'aime être sur la table à manger du salon et regarder mon jardin à travers la vitre.

Après l'écriture, je ressens une grande joie pour ce que j'ai accompli. Souvent, j'ai hâte de faire lire le texte à mes proches, mais eux ne sont pas si pressés car ils ont d'autres choses à lire ou à faire
 



 
8. Pour finir, un dernier mot ?

Merci beaucoup pour cette interview et bravo pour tout ce que vous faites !






*****
 
L'interview touche à sa fin, merci Marie et à très vite.
 
Vous pouvez retrouver l'auteure sur Facebook, Twitter, Instagram, son Blog et Iggybook ; ses romans sont disponibles sur Amazon, The Book Edition (Les Larmes du Lac - Les Voyageurs Parfaits), Fnac, Kobo, Google Play, Epagine.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire