jeudi 27 juillet 2017

[Interviews] Amaëlle Olivier

Bonjour à tous,
 
On se retrouve pour une nouvelle interview et il s'agit de celle d'une auteure venant de l'Attelage, Amaëlle Olivier, de la meute Upsilon.
 
 
 
 
*****
 
 
Bonjour Amaëlle et bienvenue sur Amabooksaddict,





1.      Pour commencer, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Auteure à l'Attelage depuis l'été 2016, j'ai 22 ans et je suis une fière représentante du Finistère Nord ! J'aime me présenter comme étant la petite fille de Merlin, ça fait toujours son petit effet... En plus, c'est (presque) véridique :P

Pour en venir aux informations plus traditionnelles, j'étudie les sciences politiques et les transitions durables à l'antenne caennaise de Sciences Po Rennes, en plus de mon implication à l'Attelage. Je vis en ce moment dans le sud de la Suède pour une année Erasmus. J'ai aussi fondé l'association Je SuisIndestructible France, pour soutenir et aider celles et ceux ayant subi des violences sexuelles. Un peu hyperactive, la nana, oui.

 
 

2.      Depuis quel âge écris-tu ? Qu'est-ce qui t'a poussé à écrire la première fois ?

Je suis très mauvaise avec les dates, donc je serais bien incapable de donner un âge précis, mais ce qui est sûr, c'est que j'ai commencé très jeune. Lorsque j'étais à l'école primaire, je créais des bandes dessinées avec des amis : ils dessinaient et j'écrivais. L'écriture a toujours été mon exutoire et à l'adolescence, elle m'a surtout servi à extérioriser les émotions négatives. Je ne compte plus les projets de romans entamés et jamais terminés... Mais tous mes personnages vivent encore tranquillou dans un coin de ma tête :)
Mon petit rêve, ce serait de réussir à tous les reprendre avec ma maturité d'adulte pour leur donner plus de profondeur !

 
 

3.      Pourquoi avoir choisi une publication via l'Attelage ?

Très bonne question !

La première raison, elle est toute simple : même si je n'ai jamais tenté d'être publiée par une maison d'éditions classique, j'ai pu observer les dérives du système. Beaucoup de mes amis écrivent aussi, certains ont même réussi à se faire publier (Miracle !) mais ils ont souvent davantage de récriminations que d'amour envers leur maison d'édition. Les petits auteurs sont délaissés, la qualité n'est même plus un facteur déterminant face au réseau et le profit dirige tout. Alors le projet communautaire de l'Attelage me plait : de jeunes auteurs qui s'unissent, s'investissent dans la correction pour proposer des romans de qualité et préfèrent l'effet de masse créé par le groupe à la production à la chaîne, ça me parle.

Deuxième point : même si écrire reste une activité solitaire, il s’agit aussi pour moi, comme pour beaucoup, de partager mon monde intérieur. Et la proximité avec le lecteur, mais aussi le fonctionnement en équipe, me comble de ce côté-là. En plus, avoir des retours sur mes textes au fur et à mesure de la création m'aide à améliorer mon style et renforcer mon univers.

Et puis j'ai eu la chance de croiser le chemin de Marion, co-fondatrice, avant même que le projet ne se lance. J'ai assisté à la naissance du projet, que j'ai soutenu depuis le début. Quand l'occasion de rejoindre l'aventure s'est présenté, j'ai sauté de joie !


 

4.      D'où viennent tes idées pour l'écriture ?

J'ai deux sources d'inspiration majeures : le folklore et la vie quotidienne. Je fais partie de ces auteur-e-s clichés qui s'assoient à une terrasse de café et regardent les gens pour enrichir leurs histoires. Ce que j'observe dans la vie de tous les jours, les réflexions qui me traversent l'esprit, viennent souvent nourrir mes projets de fiction.

Le folklore, par contre, c'est ma marque de fabrique. J'ai grandi dans une région très riche en légendes, avec un grand-père conteur. C'est inscrit dans mes gènes ! Les mythes et légendes m'ont toujours fasciné. Je puise dans l'inépuisable réservoir d'histoires populaires pour construire mes intrigues. Mon univers intérieur est un monde hybride composé des folklores du monde entier. J'ai tout de même une préférence marquée pour les monde celtes, nordiques et sumériens. Le premier de par mes origines, le second puisque la Scandinavie est ma deuxième maison (j'y vis en ce moment même), et la Mésopotamie Antique, c'est un coup de foudre qui ne s'explique pas.

 
 

5.      En quelques mots, peux-tu nous présenter ton roman ?

Pour le moment, le seul projet que vous pouvez lire, c'est Caelestia Mundi, publié par épisodes sur l'Attelage. Mon premier roman, mon premier projet sérieux qui dépasse la lubie, un roman initiatique qui s'interroge sur les dieux, ce qu'il est advenu d'eux. Toutes les civilisations évoquent un temps où les dieux marchaient parmi les Humains. Dans Caelestia Mundi, on part en quête de ces dieux disparus, en explorant à la fois les mythologies et les méandres de l'identité.

En tout cas, c'est comme ça que je le vois ;)

 
 

6.      As-tu d'autres projets à venir ?

Pleins !

J'ai une petite note dans mon téléphone où j'accumule les idées nouvelles. Et comme je le disais, je voudrais aussi reprendre tous mes projets abandonnés ! Écrire est chaque fois une aventure, et chaque début de roman apporte sa petite étincelle. Chaque fois, c'est une rencontre avec de nouveaux personnages, leur univers et leur histoire. Je pense que si je le pouvais, je vivrais presque exclusivement dans ma tête, auprès de tout ce petit monde xD

 
 

7.      As-tu un rituel particulier avant - pendant - après l'écriture d'un roman ?

Oui et non. Lorsque l'inspiration frappe sans que je m'y attende, je saisis juste le carnet qui me suit partout et je gribouille. Quand je me lance dans une session d'écriture planifiée, par contre, c'est différent. Je m'installe à ma table de travail, avec une bouillotte sur les genoux et un thé (il faut au moins ça pour vaincre le froid de l'hiver suédois), je coupe internet et je me lance. Quand la productivité me fait défaut, j'essaie de travailler avec des logiciels comme ColdTurkey Writing ou bien OmmWriter (je prévois d'ailleurs un article à ce sujet sur l'Attelage d'ici quelques temps).

 
 

8.      Pour finir, un dernier mot ?

Tout d'abord merci beaucoup de me laisser investir ce petit bout de ton blog :) Ça me fait très plaisir ! J'espère que je ne me suis pas trop étalée, j'ai tendance à écrire des pavés. J'ai essayé de me limiter :D
Et j'aimerais conclure par un message pour tes lecteurs et lectrices : si le concept de l'Attelage ou bien mon petit blabla sur mon roman ont piqué votre curiosité, venez faire un tour sur notre site, vous serez les bienvenus ! On a même un forum pour discuter des chapitres (on est aussi tous présents sur les réseaux sociaux pour discuter avec nos lecteurs en direct, c'est une des choses que je préfère avec l’Attelage !)
J'ai même une page auteure spéciale sur Facebook pour suivre l'avancée de mes projets et des petites anecdotes d'écritures :)

À bientôt j’espère ;D




*****

L'interview touche à sa fin, merci Amaëlle pour ta participation et à très vite.

Vous pouvez retrouver l'auteure sur Facebook et son roman directement sur l'Attelage.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire