dimanche 26 mars 2017

[Interviews] Marilyne Walker

Bonjour à tous,
 
On se retrouve aujourd'hui pour parler interview et c'est la charmante Marilyne Walker, l'auteure de Cosmogonies, qui se joint à moi sur le blog.
 
 
 
 
*****
 
 
Bonjour Marilyne et bienvenue sur Amabooksaddict, 



1.      Pour commencer, peux-tu te présenter en quelques mots ?
 
Pas facile, mais je vais essayer de balayer les grandes lignes qui me définissent. Tout d’abord, je suis française mais j’ai passé une grande partie de ma vie à l’étranger – je suis rentrée en France il y a seulement deux ans. Le voyage en mode ‘permanent’ est quelque chose de très particulier, qui a un impact réel sur le caractère. Dans mon cas, je pense qu’il est la source de ma philosophie de vie originale et bariolée, qui puise ses vérités dans une multitude de cultures différentes. Ce mode de vie m’a légué ma soif de liberté, une résilience hors du commun et une grande tolérance. Je suis philanthrope, j’aime les gens – tous les gens ; cet amour est l’un des moteurs principaux de ma vie. J’ai aussi une nette inclination au rêve, au mystique, grâce à laquelle j’abreuve les univers imaginaires de mes écrits.
 
 
 
 
2.      Depuis quel âge écris-tu ? Qu'est-ce qui t'a poussé à écrire la première fois ?
 
J’écris depuis que je suis toute petite. Je faisais rire ma famille en écrivant des petites histoires enfantines qui mélangeaient plusieurs langues, car je n’arrivais pas à les distinguer dans ma tête. Mon côté rêveur et nos déménagements incessants m’ont poussée à un certain retranchement – ce n’est pas toujours facile d’être la nouvelle de la classe, de devoir se faire de nouveaux amis tous les quelques mois. Alors, très jeune, je me suis créé un monde à moi, que j’ai d’abord alimenté par la lecture de tout ce qui me tombait sous la main, puis par l’écriture, qui me permettait d’explorer à loisir les univers qui me passaient par la tête et d’y développer des aventures et des idées à l’infini.

 
 
3.      Pourquoi publier en autoédition ?
 
Cette question tombe à pic : je viens d’écrire un article sur le pourquoi de ma démarche sur le blog de Cosmogonies, disponible ici ! En quelques mots, j’ai choisi l’autoédition quand j’ai compris que Cosmogonies ne rentrerait pas dans le ‘moule’ de l’édition traditionnelle. Cosmogonies est une histoire de science-fiction qui trempe dans le mystique, un sujet déjà très original qui empiète sur plusieurs genres, mais, en plus, c’était à l’origine une trilogie… Pour une auteure inconnue à peine revenue en France, cela s’est avéré être un pari commercial qu’aucun éditeur n’a voulu relever. Ainsi, j’ai étudié les possibilités d’autoéditer – et j’ai découvert un univers riche et vibrant, sain et solidaire, empli de talent et empreint de liberté. Je ne reviendrai à l’édition conventionnelle pour rien au monde !

 
 
4.      D'où viennent tes idées pour l'écriture ?
 
En général, mon inspiration vient des sensations, des réalisations ou des points de questionnement qui m’intriguent durant les moments forts d’un voyage. C’est comme si le sentiment de liberté physique que je ressens à être un électron libre sur la route débordait dans ma liberté de penser, autorisant alors toute idée à être considérée, même la moins conventionnelle, pour  devenir la base d’une réflexion qui peut-être deviendra une histoire. Mes rêveries viennent alors déformer, fantastiquer le réel jusqu’à en créer des univers séparés du notre, qui en gardent néanmoins les caractéristiques qui m’intéressent pour me permettre de lancer le débat sur la question qui me tient à cœur. J’utilise principalement des paraboles ancrées dans l’imaginaire pour traiter d’un sujet d’actualité, un sujet fondamental qui concerne tous les humains. Comme dans les contes mystiques primitifs et, justement, comme dans les cosmogonies.  

 
 
5.      En quelques mots, peux-tu nous présenter ton œuvre ?
 
Je n’ai publié qu’un livre à ce jour, donc je vais répondre à ta question en parlant principalement de Cosmogonies. C’est une histoire qui m’a accaparée pendant des années, avant que je n’arrive à la coucher sur le papier ; une véritable épopée qui s’est développée en parallèle à ma vie, jusqu’à en faire partie. J’ai décrit notre relation exclusive dans une série de billets, reliés dans un article posté ici. En quelques mots, Cosmogonies est la culmination de mes réflexions les plus fondamentales, une proposition de réponse aux questions primales de l’humanité : d’où venons-nous ? Qui sommes-nous ? Que se passe-t-il après notre mort ? Les réponses proposées par le livres sont complètement inédites, mais surtout, elles sont la base que j’ai utilisée pour nous réunir, nous tous humains, dans une réflexion que je trouve essentielle : être un être humain, cela veut dire quoi exactement ? Je voulais rappeler aux lecteurs que l’amour inconditionnel dont nous sommes tous capables est un cadeau unique, qui est autant précieux qu’il est gratuit. Que nous sommes tous responsables, pour le monde dans lequel nous vivons. Cosmogonies est un message d’espoir, extrait d’une course effrénée vers les conclusions inéluctables de nos actes.
 
 
 
6.      As-tu d'autres projets à venir ?
 
Plein ! J’écris beaucoup et je suis en train de fignoler une multitude d’anecdotes vers une publication potentielle sous forme de recueil de nouvelles. Je travaille aussi sur un nouveau livre dérivé de Cosmogonies, un ‘spin off’, qui reprend une histoire secondaire du livre pour lui donner toute la place. Cette fois-ci par contre, je soulève des questions bien différentes… Un indice : fantômes !
 
 
 
7.      As-tu un rituel particulier avant - pendant - après l'écriture d'un roman ?
 
Pas de rituel particulier à proprement parler, mais certains éléments me sont indispensables : le silence ; un environnement calme. La tasse près de l’ordinateur toujours pleine : le matin, de café ; l’après-midi, de thé ; le soir, de vin. J’écris assise sur un pouf par terre, sur un coin de table basse. Il y a toujours un grand bric-à-brac autour de moi, mais avant de pouvoir écrire, je dois débarrasser entièrement et nettoyer la table basse qui me sert de support, sinon je n’arrive à rien. Peut-être que de ranger un peu le capharnaüm  autour de moi me permet de mettre de l’ordre dans mes idées alambiquées ? J’aime avoir mon chat Nina près de moi : elle m’a accompagnée dans tous mes voyages depuis 14 ans et elle adore se mettre en boule sur mes genoux pendant que j’écris, même sur la route. J’ai du mal à écrire s’il fait trop froid, par contre j’arrive à travailler très productivement sous un climat chaud, qu’il soit humide ou aride, va savoir pourquoi !
 
 
 
8.      Pour finir, un dernier mot ?
 
Le dernier mot sera ‘Merci’ ! Merci pour m’avoir accordé cette interview et pour ton soutien aux auteurs indépendants !  J’espère que nous serons amenées à travailler ensemble dans le futur !
 



*****
 
L'interview touche à sa fin, merci Marilyne et à très vite.
 
Vous pouvez retrouver l'auteure sur Twitter et son Blog ; son roman disponible sur Amazon.

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire