jeudi 23 mars 2017

[Interviews] Florian Gautier



 
Bonjour à tous,
 
On se retrouve aujourd'hui pour une nouvelle interview et c'est Florian Gautier qui se joint à moi sur le blog.
 
 
 
 
*****
 
 
Bonjour Florian et bienvenue sur Amabooksaddict,




1. Pour commencer, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m'appelle Florian Gautier, papa d'une adorable petite fille et auteur quand je ne m'en occupe pas. J'ai 28 ans. J'ai arrêté l'école après avoir échoué à mon bac en STI électrotechnique à l'âge de 18 ans. Avec quelques petits boulots à mon actifs, d'ordres alimentaires, j'ai rapidement compris que ce n'était pas le genre de vie que je serai en mesure de supporter et donc de vivre. C'est vers l'âge de 20 ans que j'ai décidé que ce qui me faisait vibrer, c'était l'écriture. Depuis, je poursuis ce rêve, avec des tentatives de retour en vie active ratés à côtés qui ne font que me conforter dans cette décision, qui bien que difficile, est gratifiante.





2. Depuis quel âge écris-tu ? Qu'est-ce qui t'a poussé à écrire la première fois ?

Si on ne compte pas la bande dessinée sur Hercule (la série télé...) faites à l'âge de 8/10 ans, j'ai réellement commencé à m'y intéresser vers 19 ans, avec des fan-fictions sur World of Warcraft, que j'écrivais sur mon lieu de travail. C'est là que mon amour pour les mots s'est réveillé. Je voulais créer ma propre histoire pour les personnages que j'incarnais, mettre ma propre légende, partager les idées qui germaient dans mon esprit. Plus tard, c'est devenu une idée fixe avec la création de mon propre univers pour mon premier roman ainsi que de mes nouvelles.





3. Pourquoi publier en autoédition ?

J'avais commencé mes premiers pas en auto-édition avec une nouvelle,
La traque, publiée en 2010. J'avais eu un peu de retour, sans réellement plus m'y intéresser que cela. Puis, quand j'ai décidé d'écrire de nouveau des nouvelles pour me faire la main, m'améliorer, etc, l'auto-édition m'est apparu comme une évidence. J'ai d'ailleurs réécris en 2016 la Traque, pour offrir à mes lecteurs une version corrigée, repensée, et plus respectueuse de la langue française ! (J'ai fait des progrès en six ans, encore heureux ! )
Pour mon roman, j'ai d'abord tenté l'édition classique, mais n'ait pas eu de réponses positives, je l'avoue. Comme j'avais déjà un pied dans l'auto-édition, quelques lecteurs, je me suis dis, pourquoi pas y aller aussi ? C'est à l'occasion du concours des plumes francophones d'Amazon que je me suis lancé et je ne le regrette pas. Je n'ai pas la portée d'une édition classique, néanmoins, il y a une communauté riche et chaleureuse et je m'y sens bien. L'auto-édition, j'y suis arrivé un peu par hasard, mais c'est un hasard qui fait bien les choses pour moi.





4. D'où viennent tes idées pour l'écriture ?

De différentes choses.
Je m'inspire un peu de tout ce qui m'entoure au niveau des mondes de l'imaginaire. Une idée peut germer d'une chose aussi simple qu'une idée alternative sur une scène (par sur une histoire complète, mais vraiment d'une seule scène) d'un livre, d'un film, d'un passage de jeu-vidéo et grandir jusqu'à former une histoire complète dans ma tête.
ça peut aussi venir d'une chose qui m'aura marqué, comme un personnage, une musique, une belle image.
Et sinon, des mots ou phrases chocs. Une seule chose qui me passe dans la tête et que je note pour ensuite potentiellement l'extrapoler.
Kellygan, héroïne d'un futur roman, est née d'un personnage de jeu-vidéo à la base, sur le concept uniquement, qui n'aura pas le même vécu, etc,
Séréna est née d'une scène d'un jeu également, un autre. L'idée première était : Une femme consumée par son pouvoir. J'ai une idée d'une nouvelle ou peut-être d'un roman, basé sur une idée simple : Un personnage immortel.
Voilà le genre de chose qui me passent par la tête. En bref, j'extrapole, je passe mon temps à ça, même si parfois, j'oublie ce qui a germé dans mon esprit. Et je vis mes aventures que je conte ensuite du mieux que je peux. L'idée, c'est de faire voyager, de faire vivre des aventures. C'est pourquoi j'essaye d'écrire avec mes tripes.





5. En quelques mots, peux-tu nous présenter tes œuvres ?

Je ne suis pas très doué pour présenter mes œuvres, j'ai tendance à m'emmêler les pinceaux... Mais essayons !
Avant toute chose, ce qu'il faut savoir, c'est que mes écrits sont toujours dans le SFFF. L'imaginaire, c'est ce qui me parle et la plupart du temps, j'ai tendance à vouloir m'évader et donc, emmener mes lecteurs avec moi, aussi loin que possible de notre monde actuel. Si je reste sur notre terre, je lui ajoute toute une autre aura. Magie et pouvoirs sont toujours au rendez-vous. Ainsi que la romance. Étant d'un naturel romantique, je ne peux m'empêcher d'ajouter des histoires d'amour, même si je ne fais, par rapport à certains, que survoler le genre.
Le Guerrier Millénaire : Cette histoire vous emmène sur notre terre, en 2006, pour suivre l'histoire de Drake Albin, un garçon comme les autres, ou presque, dont la vie va basculer suite à des évènements plus ou moins surnaturels qui auront lieu autour de lui. L'histoire se concentre sur une légende, sur la naissance d'un héros, le passage à l'âge adulte, mais également sur l'accomplissement ou non d'un destin. L'idée de destin est d'ailleurs assez importante. Il s'agit là d'aventure héroïque et donc, du domaine du super-héros et du fantastique.
Héritage : Dans un monde alternatif, Nalarn, Séréna est ce qui semble être la dernière des mages, à cheval entre les restes d'un ancien monde dont elle fait partie et d'un nouveau qui ne comprend rien à la magie et pire encore, essaye de faire n'importe quoi avec. Mais son propre pouvoir est lui aussi source de problèmes quand elle s'empare d'un orbe de pouvoir dont la puissance la dépasse. C'est de la fantasy.

 Limite : Cette histoire se concentre sur un moment choc, la perte, la souffrance endurée par le deuil qui peut tout faire basculer.
Égarement : La volonté est une chose formidable, mais qui peut facilement faire basculer la plus brave des personnes dans une folie qui la rongera à travers le temps. Le personnage de cette histoire se doit de parvenir à dépasser ce qu'elle a été et ce qu'elle sera pour réussir à réparer les tords qu'elle a causé. Une aventure à travers le temps.
Le choix : Le combat et la décision d'un chef, pour l'avenir de son peuple, durant une crise majeure qui redéfinira à jamais les règles de son monde.
Au-delà : La quête de l'identité à travers des souvenirs sous la forme de rêve, qui hantent les nuits d'une femme qui devrait être morte.
La traque : Savoir dépasser les différences ou la naissance d'une amitié dans un conflit meurtrier entre deux personnes appartenant chacune à un camp. L'acceptation de soi, mais aussi des autres.





6. As-tu d'autres projets à venir ?

D'autres projets, j'en ai, et pas qu'un peu. En fait, on pourrait dire que je commence à m'y perdre un peu ! Le Guerrier Millénaire doit voir des suites, afin de conclure tout ce qui a été démarré et la quête de Drake Albin. Trois tomes pour conclure son voyage, plus un tome supplémentaire pour se concentrer sur une chose précise. Du travail en perspective !
A côté de ça, je suis sur l'écriture d'un autre roman, premier d'une trilogie : Kellygan. J'en parlais un peu avant. Il s'agit d'une femme doté de pouvoirs psychiques qui va affronter un Empire puis une créature plurimillénaires, tout un programme !
J'ai l'idée de plusieurs nouvelles et romans également, dont un : Le pic de Steil, qui me tient à cœur de mener à bien et qui sera un roman unique. Et dont l'histoire est quasiment entièrement créée ! (Et non pas écrite. Car je n'ai pas encore taper plus que le prologue et un début de chapitre 1. ) Un autre roman fait aussi son développement dans mon esprit, sur une société qui est détruite par son protecteur.
En bref, je n'ai pas de quoi m'ennuyer et de nouvelles idées, j'en ai souvent. Ne me manque plus que le courage, l'inspiration et le temps ! Avec un soupçon de motivation et d'encouragements, les miracles, ça arrive ! Pis, la concentration aussi je n'ai... Oh, une vidéo sur Youtube...





7. As-tu un rituel particulier avant - pendant - après l'écriture d'un roman ?

Non, je n'ai pas de rituel particulier, à part peut-être imaginer certaines scènes bien précises dans ma tête, les refaire, encore et encore pour développer l'idée. Mais ça, je le fais souvent, donc...
Sinon, j'écris surtout le soir. J'attends que la fatigue soit là, pas au point de vouloir me coucher, mais suffisamment pour que mon esprit soit à la fois plus et moins "volage". Comme une sorte d'état second dans lequel l'inspiration peut se montrer plus généreuse et chaleureuse pour m'emporter avec elle.





8. Pour finir, un dernier mot ?

Un grand merci. Merci à toi, ma chère, pour tes encouragements, tes retours, ton soutien, envers les auteurs et l'auto-édition. Pour cette interview. Et un grand merci à toutes les personnes qui font vivre l'auto-édition, tant auteurs que lecteurs et blogueurs. Merci à ceux qui ont fait le choix de venir rêver avec moi, de se laisser emporter dans mes mondes. Et qui me portent en m'offrant leur soutien.
Merci et continuez de rêver, c'est là le seul endroit où tout est réellement possible, où il n'y a ni limites, ni frontières.
 
 
 
 
*****
 
L'interview touche à sa fin, merci Florian et à très bientôt.
 
Vous pouvez retrouver l'auteur sur son Blog, son Twitter et son Facebook ; ses écrits sont disponibles sur Amazon.
 
Ma chronique :
 


 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire