jeudi 26 janvier 2017

[Inerviews] J. L. Treuveur

Bonjour à tous,
 
On se retrouve aujourd'hui pour un nouvel article dans la rubrique interviews et c'est la talentueuse J. L. Treuveur qui se joint à moi pour répondre à mes questions.
 
 
 
*****
 
 
 
 
Bonjour J. L. Treuveur et merci pour ta participation à cette nouvelle rubrique.





1. Pour commencer, pourrais-tu te présenter en quelques mots ?

Je m'appelle Jessica et j'ai réalisé mon rêve de petite fille : écrire et être lue. Ma maman m'appelle Jessie et c'est une notion très importante lorsqu'on lit ma saga. Je n'aime pas vraiment parler de moi mais je crois que ceux qui se plongent dans mon univers Thérianthropia finissent par me connaître profondément.





2. Depuis quel âge écris-tu ? Qu'est ce qui t'a poussé à écrire la première fois ?

J'ai commencé à écrire et à dessiner tôt et j'adorais ça ; c'était même nécessaire pour moi, pour évacuer les émotions que je n'exprimais pas oralement car je ne parlais pas. Du plus loin que je me souvienne personnellement, j'ai rédigé des cahiers de poèmes, d'histoires et de scénarios à partir de l'âge de huit ans. Ma passion m'a été transmise par ma maman qui m'a donné le goût de la lecture avec le rituel du soir. A tour de rôle, nous lisions une histoire avant le coucher, et j'ai fait la sieste très longtemps pendant laquelle j'avais le droit de lire. Ces moments de repos forcé m'ont plongée dans de merveilleux rêves éveillés. Par la suite, j'ai appris que mon arrière grand père écrivait lui aussi des poèmes et des romans. Certainement un bel héritage familial.





3. Pourquoi publier en autoédition ?

Comme tous les autoédités, je pense, j'ai sollicité deux / trois maisons d'édition classique avant de me décider à aboutir seule mon projet. Je pense qu'il y a des avantages et inconvénients dans chaque mode d'édition mais l'autoédition est, au fond, beaucoup plus valorisante pour l'auteur. La chance de voir son œuvre bénéficier de l'appui d'un éditeur classique est quasi nulle ; alors il faut créer sa chance ! Et c'est finalement bien plus valorisant dans le sens où l'on sait que c'est le fruit de notre dur labeur qui est récompensé, et que les lecteurs nous apprécient pour une valeur juste. Nous ne sommes pas lu(e)s pour une "marque" mais parce que nous nous sommes battu(e)s pour l'être. Et tout le mérite nous revient.





4. D'où te viennent tes idées de romans ?

Je pense que tout art vient des tripes de son créateur. Ce que nous créons nous représente toujours. Mon inspiration vient de ma vie, de mes expériences, de mon immense bibliothèque d'encyclopédies imaginaires et de références que j'ai pu apprécier antérieurement. J'ai souvent entendu que mon univers était riche parce que je m'applique à intégrer, à ma façon, toute ma culture littéraire et encyclopédique. Après l'idée initiale de Thérianthropia est survenue d'un rêve. Je n'ai pas le moindre souvenir de ce rêve, seulement que lorsque je me suis réveillée, tout était dans ma tête et il fallait que ça sorte, que ça explose !





5. En quelques mots, pourrais tu nous présenter ton œuvre ?

Thérianthropia est une saga Fantasy de cinq tomes. L'héroïne principale Jessie est une dryade Elue pour qui la vie bascule très soudainement lorsqu'elle est jetée dans les Montagnes de l'Oubli après une vie de château. Mais la fragile dryade a des ressources qu'elle ne soupçonne même pas et va partir à la reconquête d'un objet très précieux qu'on lui a dérobé : une boîte. Elle va beaucoup se perdre en chemin, mais elle a un entourage de protagonistes très présents et attachants qui vont partager son aventure. Sur ce fond de quête, plusieurs histoires se mêlent et forment, au fur et à mesure, un univers très vaste et très complet.





6. As tu de nouveaux projets à venir ?

Et bien, les deux premiers tomes de Thérianthropia, La Boîte et Le Sceptre de Pan, sont déjà publiés. Début 2017, je publie le troisième : Le Cœur de Glace et je prévois de publier également le quatrième : La Larme d'Aphrodis puisque j'ai déjà écrit cinquante pour cent du livre.
Ensuite, j'écrirais le dernier tome : L'Armure Philosophale et j'ai deux autres projets en réflexion. Un spin off de Thérianthropia avec déjà une idée assez précise, et une fan fiction sur Batman parce que c'est une promesse que j'ai faite ^.^





7. Aurais-tu un ou plusieurs conseil(s) à donner pour de futurs écrivains ?

Mon refrain de guerre : Jessie n'abandonne jamais ; Jessie préfère se battre ! Voilà, ça marche à peu près avec tous les prénoms ^.^
Le conseil primordial que je puisse donner en gros, c'est de ne pas se décourager. Chaque créateur avance avec ses propres armes et le monde est suffisamment vaste pour qu'un auteur qui a envie de se lancer puisse trouver ses lecteurs. N'écoutez jamais les rabatteurs de moral à la noix et battez-vous pour votre rêve ! Car les rêves se réalisent !





8. Pour finir, un dernier mot ?

Et bien, paix et joie dans le monde ! Non, je déconne. Ca, c'est une utopie par contre ^.^
Bonne année ! C'est plus réaliste.
Et merci infiniment Amandine pour m'avoir lue et entendue.





*****
 
 
C'est donc la fin de l'interview, J. L. Treuveur, merci encore pour ta participation.
 
Vous pouvez retrouver l'auteure sur Twitter, Facebook et son Blog ; ses écrits sur Amazon (ici et ici).
 
Ma chronique :


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire