jeudi 1 décembre 2016

[Interviews] Beth Carlington

Hello,
 
On se retrouve aujourd'hui pour un nouvel interview et c'est Beth Carlington qui me rejoint sur le blog pour vous parlez d'elle et de ses écrits.
 
 
*****
 
 
 
Beth, merci encore d'avoir répondu positivement à ma demande d'interview et d'avoir prit de ton temps pour répondre à mes quelques questions.




1. Pour commencer, pourrais-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis une maman de 4 enfants, qui trouve sa soupape dans l’écriture. Certains font du yoga ou du shopping, moi j’écris !




2. Je te suis depuis déjà quelques temps et j'ai remarqué que tu écrivais plutôt des nouvelles, une raison à cela ?

Oh oui ! Je me lasse vite. Mon impatience chronique me rend incapable d’écrire quelque chose de long. Des romans, j’en ai 15 en cours ! Et cela me prend beaucoup de temps pour y revenir.




3. D'où te proviennent tes idées les concernant ?

De partout ! Mais en particulier des livres que je lis ou de la musique que j’écoute. Par exemple, ma dernière nouvelle en date est directement inspirée d’un morceau de Jean-Jacques Goldman « Tournent les violons ».




4. J'ai également pu voir par le biais de Facebook que tu étais actuellement en train d'écrire un roman, peux tu nous en dire plus à son sujet ?

Oui, j’ai décidé de me faire violence. Il faut que j’arrive au bout d’un roman, au moins un ! Et je pense qu’ensuite, je pourrais enfin m’atteler aux autres qui dorment sur mon pc.
« Tenebrae Et Ignis » est en fait un corpus de trois textes que j’avais écrit pour le calendrier de l’avent du forum d’Otsu, il y a quelques années. Je pensais simplement le reprendre un peu et en faire un recueil. En les relisant, je me suis rendu compte qu’il y avait vraiment quelque chose à faire avec et que cela valait peut-être la peine de le travailler en saga (puisque, à terme, il y aurait plusieurs tomes.)
Le premier livre raconte à la rencontre entre les deux personnages principaux, le capitaine drakenide Kephren Korsini et l’elfe Lerikàn Lòrilùn, et le voyage en mer qui s’ensuit. (les noms sont encore provisoires)




5. En quelques mots, pourrais-tu nous parler de chacune de tes nouvelles ?

Chacune d’entre elles sont soit une synthèse d’un roman que j’aurai pu écrire, soit un prologue qui, au final, se suffit à lui-même. J’aime l’idée que, si jamais ça me prend, je peux les reprendre et les développer. Il n’y a que « Les enquêtes de la BSCAIM » et « Le conteur du Libertad » qui sont plus ou moins des romans découpés en épisodes.




6. Comment t'es venu cette envie d'écrire ?

J’ai toujours aimé l’action même d’écrire. Tracer des mots, dessiner des lettres, puis, peu à peu, on écrit des phrases, puis des petits textes… Et puis on les publie sur le net. Ça a été une surprise quand mes premiers lecteurs m’ont dit avoir aimé. Ça m’a encouragée à continuer !




7. Pour tout ceux qui auraient envie d'écrire, aurais-tu un ou plusieurs conseils à leur apporter ?

De se lancer ! On n’écrit pas un best-seller du premier coup. Alors on se lance, on écrit, on persévère, on s’améliore, et ainsi de suite ! Vous verriez la tronche de mon premier texte, je n’ose même plus le relire ! Et c’était il y a plus de 10 ans maintenant. Alors croyez-en vous ! Personne d’autre ne le fera à votre place.




8. Pour finir, un dernier mot ?

Ah ! Je n’aime pas cette question, je ne sais jamais quoi dire… Je dirais juste qu’avoir sauté le pas de l’écriture amateur à l’écriture professionnelle fut un des meilleurs choix de ma vie ! Et c’est un bonheur sans cesse renouvelé lorsque mes lecteurs me font part du plaisir qu’ils ont eu à me lire. Mes nouvelles ne sont pas des best-sellers, mais rien que de voir qu’elles se vendent un peu et que le retour que j’en ai est positif, rend les choses difficiles de la vie courante tellement plus simple à vivre ! Faire rêver quelqu’un, même juste une personne, est probablement la chose la plus incroyable qu’on l’on puisse réaliser.




*****
 
 
Voilà, c'est la fin de l'interview ; merci encore à Beth Carlington et à très bientôt.
 
Vous pouvez retrouver l'auteure sur Twitter, Facebook et Blog ; ces écrits sur Amazon.
 
Mes chroniques :


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire